Léon Charles Thévenin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thévenin.

Léon Charles Thévenin

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Léon Charles Thévenin

Naissance 30 mars 1857
Meaux (France)
Décès 21 septembre 1926 (à 69 ans)
Paris (France)
Nationalité Drapeau de la France Français
Champs Électrocinétique
Institutions École professionnelle supérieure des postes et télégraphes (EPSPT)
Diplôme École polytechnique
École supérieure de télégraphie
Renommé pour Théorème de Thévenin

Léon Charles Thévenin (30 mars 1857 à Meaux - 21 septembre 1926 à Paris) est un ingénieur en télégraphie français. Il est l'auteur du théorème de Thévenin.

Diplômé de l'École polytechnique (promotion X1876) et de l'École supérieure de télégraphie (EST) en 1879, il entre en 1890 dans la jeune Administration des postes et télégraphes. Dans le même temps, il s'occupe de cours de mathématiques, et mène ses propres recherches en électricité.

Il publie en 1883 une formule de simplification des schémas électriques qui est devenue célèbre sous le nom de théorème de Thévenin, en étudiant les lois de Kirchhoff dérivées de la loi d'Ohm.

Il est à l'origine du décret de 1895 qui confie aux ingénieurs des télégraphes le contrôle des installations électriques industrielles.

Dès la création de l'École professionnelle supérieure des postes et télégraphes (EPSPT), en 1888, qui remplace l'EST, il est chargé d'y enseigner les mathématiques et l'électricité puis, en 1896, il est nommé directeur de l'école à la suite de Jacomet. À ce poste, il conduit des études qui influenceront la manière de construire les réseaux électriques. Il demande que soit renforcé le laboratoire de l'École pour y mener des recherches plus ambitieuses, mais cette requête ne sera satisfaite qu'en 1916, deux ans après son départ à la retraite. En 1901, il est remplacé à la tête de l'EPSPT par Édouard Estaunié.

Jusqu'à sa retraite, il devient alors directeur des Ateliers du boulevard Brune, où il s'occupe des machines fabriquant les timbres-poste.

Quelque peu isolé à la fin de sa vie au sein de l'Administration à cause de son attrait avancé pour la recherche, il est de nos jours bien mieux reconnu.

Son nom est donné à un navire câblier à propulsion électrique de la compagnie France Télécom Marine.

Un amphithéâtre porte son nom à Télécom ParisTech - Paris XIII.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]