Léon Barillot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Léon Barillot
photographié par Étienne Carjat.

Léon Barillot (1844-1929) est un graveur, peintre animalier et paysagiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Léon Barillot naît à Montigny-lès-Metz, en Moselle, le 11 octobre 1844. À Metz, il devient dessinateur de modèles chez son père, qui possède une usine de papiers peints. Parallèlement, il suit des cours de dessin. Sur les conseils d'Auguste Migette, Barillot se rend à Paris pour poursuivre ses études artistiques. Revenu à Metz en 1870, il subit le siège, puis retourne à Paris après la Commune. Il réalise à ce moment de nombreuses gravures à l'eau-forte. Barillot opte alors pour la nationalité française, le 9 janvier 1872, renonçant à vivre dans sa région natale annexée par l'Allemagne. Il s’installe donc à Paris, rue de la Tour d'Auvergne, où il poursuit sa carrière artistique. Il est médaillé au salon de Paris de 1880 et de 1884. La même année, Barillot est médaillé à Londres en 1884, puis à Melbourne en 1888-1889. Peu après, il obtient la médaille d'or à l'Exposition universelle de Paris de 1889. Barillot reçoit aussi le Grand prix à l'exposition universelle de Lyon de 1895. Enfin, Barillot est fait Chevalier de la Légion d'honneur le 7 mai 1895, par le ministre de l'instruction publique[1].

Léon Barillot décédera à Paris le 8 février 1929.

Son œuvre[modifier | modifier le code]

Peintre de plein air, Barillot place des troupeaux dans ses paysages de bord de Seine, en Sologne et dans le Charolais[2].

  • Coup de vent sur les bords de la Manche (h/t), musée du Louvre département des Peintures, Paris.
  • La barrière (h/t), musée des beaux-arts de Rouen.
  • Le Port de Ouistreham (h/t), 1888, musée de Cahors Henri-Martin.
  • La vache brune (h/t), musée des beaux-arts de Pau.
  • Les mauvaises herbes (h/t), musée national du château de Fontainebleau.
  • Matinée d'octobre (h/t), musée maritime de l'Ile Tatihou de Saint-Vaast-la-Hougue.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dossier Léon Barillot de la base Léonore
  2. Œuvres sur le catalogue Joconde.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Liens externes[modifier | modifier le code]