Législature de l'Alabama

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Législature de l'Alabama
Alabama Legislature

Description de l'image  Seal of Alabama.svg.
Type
Type Bicamérale
Chambres Sénat
Chambre des représentants
Présidence
Président du Sénat Jim Folsom (démocrate)
Élection 9 janvier 2007
Speaker Seth Hammett (démocrate)
Élection 1999
Structure
Membres 140
Groupes politiques
Élection
Dernière élection 4 novembre 2008

Alabama State House (Montgomery (Alabama))

Description de cette image, également commentée ci-après

Photographie du lieu de réunion

Divers
Site web Alabama Legislature
Voir aussi Alabama

La législature de l'Alabama (Alabama Legislature) est la parlement d'État de l'Alabama, l'un des 50 États des États-Unis. Elle se présente sous la forme d'un parlement bicaméral composé d'une chambre basse (la chambre des représentants de l'Alabama de 105 élus) et d'une chambre haute (le Sénat de l'Alabama de 35 élus).

Le parlement de l'Alabama siège à Montgomery, la capitale de l'État, au Capitole de l'État d'Alabama jusqu'en 1985 puis suite à une rénovation de celui-ci au State House où il se trouve toujours aujourd'hui.

Durant la session 2007-2009, la chambre basse est dominée par 62 élus du Parti démocrate (contre 43 élus du Parti républicain) et la chambre haute est dominée par 23 élus démocrates (contre 12 élus républicains). La législature de l'Alabama est considérée cependant comme la législature la plus conservatrice des États-Unis d'Amérique.

Historique[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

La législature de l'Alabama fut fondée en 1818 comme assemblée territoriale de l'Alabama (l'Alabama est devenu un État de l'Union, l'année suivante, en 1819).

En 1819, suite à la promulgation de la constitution de l'État de l'Alabama, le parlement territorial devint une législature d'État. La législature est alors dominée par le Parti démocrate, un parti conservateur attaché aux droits fonciers et patrimoniaux et à l'esclavage.

En 1861, la législature de l'Alabama approuva la sécession de l'Alabama envers les États-Unis d'Amérique. C'est au capitole de Montgomery que l'ensemble des parlementaires du Sud proclamèrent ensuite la fondation de la Confédération des États d'Amérique. De février à mai 1861, Montgomery fut alors la capitale provisoire des États confédérés.

Reconstruction[modifier | modifier le code]

Jefferson Davis prêtant serment de président des États confédérés d'Amérique le 18 février 1861 sur les marches du Capitole de Montgomery, qui sera le premier Capitole des États confédérés.

Après la guerre civile américaine et la défaite des confédérés, ce n'est qu'en 1868 que l'Alabama ne fut réintégré avec ses droits d'État dans les États-Unis d'Amérique. L'État est alors politiquement dominé par les républicains radicaux comprenant des Nordistes surnommés "carpetbaggers", et des Sudistes nommés "scalawags" ou "Southern Republicans", ainsi que des Afro-américains libérés de l'esclavage. En effet, alors que les anciens partisans de la sécession étaient privés du droit de vote, les anciens esclaves se voyaient attribuer ce droit pour la première fois de leur vie et votaient pour les républicains, symboles du nord et d'Abraham Lincoln. Cette période est alors connue dans le Sud comme celle de la Reconstruction. Progressivement, les anciens partisans sécessionnistes recouvrèrent leurs droits civiques et en 1874, le Parti démocrate reprenait le pouvoir imposant pendant des décennies une politique ségrégationnistes intransigeante sur tout le territoire de l'Alabama alors que l'opposition républicaine disparaissait. Les constitutions de l'Alabama votées en 1875 et 1901 furent alors l'expression de cette domination démocrate, permettant l'adoption des lois Jim Crow, le démantèlement du Parti républicain local et le retrait du droit de vote des afro-américains.

L'ère du combat pour les droits civiques (1955-1968)[modifier | modifier le code]

C'est en 1955, dans un bus à quelques km du Capitole de l'Alabama que commença le combat des Afro-américains pour recouvrir leurs droits civiques. Débuté par le refus de Rosa Parks de laisser sa place dans un bus à un blanc, le combat se poursuivit par le boycott des compagnies de transports en commun. À l'époque, les gouverneurs ségrégationnistes et le parlement tentèrent de résister aux revendications citoyennes portées par le mouvement des droits civiques. En 1970, consacrant l'échec des ségrégationnistes, les premiers parlementaires noirs, depuis la période de Reconstruction, étaient élus à la législature de l'Alabama.

En mai 2007, la législature de l'Alabama est le quatrième parlement du Sud à présenter ses excuses pour l'esclavage.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]