Légion de l'Est

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Légion de l'Est
Pays Drapeau de l'URSS Union soviétique
Allégeance Flag of German Reich (1935–1945).svg Allemagne
Branche Wehrmacht
Guerres Seconde Guerre mondiale

Les légions de l'Est (en allemand Ostlegionen ou Ostgruppen) étaient des unités de la Wehrmacht constituées de conscrits ou de volontaires qui étaient des prisonniers de guerre ou des hommes venant des territoires occupés par le Troisième Reich à l'est, principalement de l'Union soviétique. Ces unités étaient en général pauvrement dotées, armées et traitées et n'équivalaient pas à des unités allemandes similaires.

La 162e division d'infanterie allemande, en Pologne, eut la charge de recruter et de former ses six légions. Elle recruta et forma ainsi 82 bataillons. Au total sur les 98 bataillons qui furent levés, 80 servaient sur le front de l'Est ou dans les Balkans. Douze furent plus tard transférés en France et en Italie en 1943.

On les retrouva ainsi en divisions fixes postées sur le mur de l'Atlantique dont la Normandie lors du débarquement allié le 6 juin 1944 (éléments de la 243e et 709e divisions statiques). D'autres unités étaient intégrées à de plus vastes unités allemandes chargées de la lutte contre le Maquis, se montrant brutale avec la population civile. À la fin de la guerre, les autorités françaises renvoyèrent en URSS ceux qui avaient été fait prisonniers.

Forces[modifier | modifier le code]

Six légions :

  • Légion arménienne - 11 bataillons arméniens
  • Légion azerbaidjanaise - 14 bataillons azéris
  • Légion géorgienne - 14 bataillons géorgiens
  • Légion musulmane caucasienne - 5 bataillons de nord-caucasiens, composés d'Azerbaidjanais, de Tchéchènes, etc.
  • Légion du Turkestan - 34 bataillons turkestans, comprenant des Turkmènes, des Ouzbeks, des Kazakhs, etc.
  • Légion de la Volga-Tatar - 8 bataillons Volga-Tatar

Ostbataillonen[modifier | modifier le code]

Ces formations, de la taille d'un bataillon, portaient l'uniforme allemand et étaient principalement utilisées pour des actions contre la Résistance et des taches de garde ou surveillance sur les lignes arrières. Elles n'étaient pas indépendantes et étaient en général intégrées à des unités allemandes.

Débutées, d'abord par des initiatives personnelles de commandants militaires allemands, ces unités furent ensuite officialisées et formalisées. À la fin de 1943, elles comprenaient 427.000 volontaires soient en nombre une force équivalente à 30 divisions allemandes.

Photos[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]