László Szabó (joueur d'échecs)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir László Szabó.

László Szabó

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

László Szabó en 1966

Naissance 19 mars 1917
Budapest
Décès 8 août 1998 (à 81 ans)
Budapest
Nationalité Drapeau de la Hongrie Hongrie
Profession
Joueur d'échecs
Distinctions

László Szabó (Budapest, 19 mars 19178 août 1998) est un grand maître hongrois du jeu d'échecs qui fut candidat au championnat du monde à trois reprises (en 1950, 1953 et 1956) et huit fois champion de Hongrie entre 1935 et 1968[1].

Biographie et carrière[modifier | modifier le code]

Débuts aux échecs[modifier | modifier le code]

Szabó face à Botvinnik à Oberhausen en 1961.
Szabo à Dortmund en 1974

Né à Budapest, Szabó fait irruption dans le monde des échecs en 1935, à l'âge inhabituellement jeune de 18 ans. Cette année-là, il remporte le championnat de Hongrie (il le remportera à neuf reprises dans sa carrière), un tournoi international à Tata et est pressenti pour représenter son pays à l'Olympiade de Varsovie. Les prodiges de cet âge ne sont pas habituels à l'époque, et c'est avec curiosité que les spectateurs suivent ce joueur d'attaque, un style radicalement opposé à celui, positionnel et sobre, de ses compatriotes. On pense que Szabó a été l'élève de Géza Maróczy, qui fait alors figure de patriarche dans les échecs hongrois et avait déjà été l'entraîneur du champion du monde Max Euwe et de la championne du monde Vera Menchik.

Avant 1945, il obtient d'autres succès, comme par exemple une nette victoire au tournoi d'échecs d'Hastings en 1938-1939 (un tournoi auquel il participe régulièrement). Il débute aussi une carrière de banquier, spécialisé dans les échanges internationaux.

Quand éclate la Seconde Guerre mondiale, il est assigné à une unité de travail forcé et capturé par les troupes soviétiques qui le détiennent comme prisonnier de guerre. Il joue à nouveau en tournoi une fois la guerre terminée.

Après 1945[modifier | modifier le code]

Szabo finit 12e ex-æquo au Tournoi d'échecs de Groningue 1946, un très fort tournoi auquel participent Mikhail Botvinnik, Max Euwe, Vassily Smyslov, Miguel Najdorf, Isaac Boleslavski et Alexandre Kotov. Au tournoi interzonal de Saltsjöbaden en 1948, il finit deuxième derrière David Bronstein et prend la première place

  • à Hastings 1947-1948,
  • à Budapest 1948 et à
  • Hastings en 1949-1950.

En 1950, Szabó reçut le titre de grand maître international. Lors de la création du titre, il était le plus jeune grand maître non soviétique.

Il partage la cinquième place aux tournois interzonaux de Saltsjobaden 1952 et de Göteborg 1955, ce qui lui vaut l'accès au tournoi des candidats. Il réalise sa meilleur performance en vue du titre de champion du monde au tournoi des candidats d'Amsterdam en 1956. Il se classe 3e ex æquo avec David Bronstein, Efim Geller, Tigran Petrossian et Boris Spassky, derrière Vasily Smyslov et Paul Keres.

Szabo en 1961 à Oberhausen

Dans les années 1960 et 1970, il continue à exceller en compétition internationale :

Au cours de sa carrière, il a représenté la Hongrie à 11 Olympiades, jouant au premier échiquier à cinq reprises, et obtenant de nombreuses médailles. En 1937, il prend la médaille de bronze par équipes, et la médaille d'argent individuelle.

Szabó est le meilleur joueur hongrois pendant près de vingt ans (avant de laisser la place à Lajos Portisch dans les années 1960) et au sommet de sa carrière, il fut l'un des douze meilleurs joueurs du monde.

Sa famille a récemment fait le don de sa bibliothèque d'échecs et de ses documents à la Bibliothèque publique de Cleveland, dans la collections Échecs et dames, John J. White. Cette collection est la plus grande bibliothèque d'échecs du monde, avec 32 568 ouvrages et séries, y compris 6 359 volumes reliés de périodiques.

Publications[modifier | modifier le code]

La tombe de Szabo à Budapest
  • (de) Meine besten Partien (1990)
  • (en) My best games of chess (1986)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nicolas Giffard et Alain Biénabe, Le Nouveau Guide des échecs. Traité complet, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins »,‎ 2009, 1710 p. (ISBN 978-2-221-11013-3), p. 895-896

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) David Hooper, Kenneth Whyld, The Oxford Companion to Chess, Oxford University Press, 484 p. (ISBN 0-19-280049-3), p. 405–406