László Almásy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dans le nom hongrois Almásy László, le nom de famille précède le prénom, mais cet article utilise l’ordre habituel en français László Almásy, où le prénom précède le nom.
Buste de László Almásy

Le comte László Ede Almásy de Zsadány et Törökszentmiklós (22 août 189522 mars 1951) est un aristocrate et aventurier hongrois qui fut officier, pionnier de l'aviation, pilote automobile, chasseur, explorateur, cartographe, espion... et réalisa de nombreuses expéditions au Sahara.

Son personnage a directement inspiré le héros du roman de Michael Ondaatje paru en 1992, L'Homme flambé, dont est tiré le film Le Patient anglais sorti en 1996.

Biographie[modifier | modifier le code]

László Almásy est né au château de Borostyánkő dans l'Empire austro-hongrois (aujourd'hui Bernstein en Autriche), au sein d'une famille aristocratique. Son grand-père, Ede Almásy, était un membre fondateur en 1872 de la Société géographique hongroise. Son père, György Almásy (1867-1933), conduisait des recherches sur l'Asie comme zoologiste et ethnographe ; il épouse Hélène Pittoni et ils ont trois enfants : László, János et Georgina.

Dans sa jeunesse, il bénéficie d'une vaste bibliothèque de milliers de volumes et de cartes de son grand-père. Il fait ses études par cours privés à domicile, ne fréquentant le lycéen bénédictin de Kőszeg que pour les examens. Il lit régulièrement les travaux de l'ornithologue István Chernel, et il commence à s'intéresser aux habitudes de nidification et de migration des oiseaux et à vouloir voler. Il commence des études secondaires à Graz. Pendant ses études, il construit en 1909 un planeur à partir d'un avion vu dans un journal et fait un vol d'essai depuis la falaise d'une carrière, chutant d'une dizaine de mètres sans grands dommages. En 1910, il séjourne un an au sanatorium Arosa en Suisse.

László passe une partie de sa jeunesse en Angleterre à Eastbourne, où il étudie de 1911 à 1914. Il y reçoit une formation technique et apprend à piloter les tout premiers avions. Ses années en Angleterre lui donnent la maîtrise de la langue anglaise, et il se familiarise avec la culture et le mode de vie britanniques. László y découvre les livres du célèbre explorateur Frederick Selous et commence ainsi à montrer de l'intérêt pour l'Afrique.

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Durant la Première Guerre mondiale, il sert comme pilote dans les troupes d'aviation impériales et royales (Kaiserliche und Königliche Luftfahrtruppen) austro-hongroises (donc dans le camp germanique). À la fin de la guerre et après la chute de l'empire d'Autriche-Hongrie, il retourne vivre à Eastbourne. Fidèle à l'idée monarchique, il participe à deux tentatives de restauration du trône d'Autriche par Charles IV, neveu de l'ex-empereur François-Joseph Ier. Charles IV semble alors l'avoir fait comte, un titre non-héréditaire dont László Almásy ne se prévalait qu'en dehors de l'Autriche.

Le Sahara[modifier | modifier le code]

Couverture de la première édition du livre : Unbekannte Sahara (Sahara inconnu)

Après 1921, László Almásy travaille en Hongrie comme représentant du constructeur automobile autrichien Steyr pour lequel il remporte de nombreuses courses.

En 1926, il se prend de passion pour l'Afrique lors d'une expédition automobile le long du Nil entre le Soudan et l'Égypte. Il organise des chasses en Égypte puis, en 1929, monte une première expédition automobile dans le Sahara pour le compte des camions Steyr.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

En 1932, il part avec trois Britanniques (Sir Robert Clayton, le Commander Penderel et Patrick Clayton) à la recherche de la mythique oasis de Zerzura. Financée par le prince égyptien Kemal ed Din, l'expédition est la première à utiliser l'avion et des camions Ford T pour explorer le Sahara. László Almásy cartographie alors de vastes régions inexplorées et, en octobre 1933, découvre en Libye la grotte des nageurs du Gilf al-Kabir dont les peintures révélèrent au monde le passé vert du Sahara et une faune de savane (éléphants, girafes, gazelles, antilopes, autruches). Ces peintures rupestres correspondent à plusieurs époques de l'Holocène humide. Le climat désertique du Sahara fréquenté par Almásy et les ethnologues allemands s'est mis en place au IVe millénaire avant notre ère. Jusqu'alors ignorées des Occidentaux, ces grottes étaient cependant connues des locaux.

Dans les années qui suivent, il mène plusieurs expéditions archéologiques dans le Sahara avec l'ethnologue allemand Leo Frobenius[1].

László Almásy raconte ses souvenirs dans un livre publié en 1934 à Budapest, Sahara inconnu (Azismeretlen Szahara) et traduit en allemand en 1939 : Unbekannte Sahara. Mit Flugzeug und Auto in der Libyschen Wüste. Il y relate ses plus importantes découvertes comme celle du Jebel Uweinat (la plus haute montagne du Sahara oriental), les peintures rupestres de Gilf al-Kabir ou ses recherches de l'oasis perdue de Zerzura.

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Également instructeur d'aviation en Égypte, fin connaisseur d'une région méconnue et stratégique à l'approche de la guerre, il aurait proposé de fournir des informations tant aux services secrets italiens que britanniques. Au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, soupçonné d'espionnage, il retourne en Hongrie et rejoint l'Abwehr (les services secrets allemands) en 1940. Capitaine de la Luftwaffe (aviation allemande), il sert dans l'Afrika Korps d'Erwin Rommel qui le fait major puis lui remet la croix de fer (Eisernes Kreuz) après plusieurs audacieuses missions d'infiltration dans les rangs alliés, notamment au Caire.

Après la Seconde Guerre mondiale, László Almásy est arrêté en Hongrie et conduit dans une prison soviétique. Après la mise en place du régime communiste en Hongrie, il est condamné par le tribunal du peuple pour haute trahison mais finalement acquitté (sans doute parce qu'il avait proposé ses services aux Soviétiques). Il fuit le pays vraisemblablement avec l'aide des services secrets britanniques et d'Alaeddin Mukhtar, un cousin du roi Farouk Ier d'Égypte qui auraient soudoyé des fonctionnaires communistes hongrois. Il gagne ainsi la partie de l'Autriche occupée par les Britanniques (Styrie, Carinthie, Tyrol oriental et certains quartiers de Vienne), avec un faux passeport au nom de Joseph Grossman, accompagné par un agent du MI6, Ronnie Waring Valderano. Poursuivi par le KGB, les Britanniques le placent dans un avion pour Le Caire où il est accueilli par Mukhtar et l'agent du MI6.

Au Caire[modifier | modifier le code]

László Almásy est retourné en Égypte à l'invitation du roi Farouk Ier et il devient directeur technique de la nouvellement fondée "Desert Research Institute" (actuellement au Caire - Al-Matariyah).

Lors d'une visite en Autriche, il meurt d'une crise de dysenterie, à l'âge de 55 ans, en 1951 à Salzbourg.

En 1996, la sortie du film Le Patient anglais qui escamote le double jeu d'Almásy, son engagement auprès de l'Allemagne nazie et son homosexualité[2], pour construire un personnage mythique déclenche une polémique.

Références[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Bonte, M. Izard (dir.), Leo Frobenius, in Dictionnaire de l'ethnologie et de l'anthropologie, PUF, Paris, , 2008, p. 299-300
  2. (en) Allan Hall, « The real English Patient hero was not womaniser... he was GAY, letters show », Mail Online, 5 avril 2010

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Almásy Ladislaus, 1997 - Schwimmer in der Wüste. Innsbruck, Haymon, (nouvelle édition de Unbekannte Sahara)
  • Diemer Edmond et Monod Théodore, 2000 - Zerzura, l'oasis légendaire du désert Libyque. Ed. Vent de Sable
  • Bierman John, 2004 - The Secret Life of Laszlo Almasy: The Real English Patient. Londres, Penguin Books
  • Kelly Saul, 2002 - The Lost Oasis: The Desert War and the Hunt for Zerzura. Westview Press
  • Ondaatje Michael, 1992 - L'Homme flambé. Ed. de l'Olivier (Prix Booker en 1992)

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Anthony Minghella, 1996 - The English Patient. Film
  • Documentaire sur Arte, soirée Thema sur le Sahara, 11 mai 2008.

Liens externes[modifier | modifier le code]