Kurt Gerron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Kurt Gerron

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Siegfried Arno (à gauche) et Kurt Gerron (à droite) à Berlin, en mars 1931.

Naissance 11 mai 1897
Berlin (Allemagne)
Nationalité Drapeau de l'Allemagne Allemand
Décès 28 octobre 1944 (à 47 ans)
Auschwitz (Pologne)
Profession Acteur, réalisateur

Kurt Gerron, de son véritable nom Kurt Gerson, né le 11 mai 1897 à Berlin et mort le 28 octobre 1944 à Auschwitz, est un acteur et réalisateur allemand de confession juive.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né de parents juifs, Kurt Gerron commence par étudier la médecine[1], mais abandonne ses études pour devenir acteur en 1920.

Parmi ses différents rôles, il joue dans L'Ange bleu, de Josef von Sternberg partageant la vedette avec Marlène Dietrich et dans Les Hommes le dimanche, premier film de Robert Siodmak (deux films sortis en 1930).

Il refuse des propositions d'Hollywood préférant continuer de travailler en Allemagne. À l'arrivée des nazis au pouvoir, il se réfugie en France puis aux Pays-Bas où il continue son travail d'acteur et de metteur en scène de théâtre. Après l'occupation allemande, il est interné au camp néerlandais de transit de Westerbork avant d'être déporté vers le camp de concentration de Theresienstadt.

Malgré les conditions de vie du camp, il y tint un cabaret nommé le Karussell, pour distraire les autres détenus. En 1944, les Nazis le persuadèrent et l'obligèrent de réaliser un film de propagande sur le camp pour montrer à la communauté internationale l' « agréable » camp de Theresienstadt[1], film appelé Theresienstadt. Der Führer schenkt den Juden eine Stadt (Le Führer donne une ville aux Juifs).

Après la réalisation de ce film, Gerron fut déporté dans le dernier convoi pour Auschwitz où il fut gazé dès son arrivée ainsi que sa femme et que toute l'équipe ayant participé au film[1]. Le lendemain, devant l'avancée des troupes soviétiques, le Reichsführer SS Heinrich Himmler donna l'ordre d'arrêter les chambres à gaz.

Filmographie partielle[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

au cinéma
au théâtre

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Documentaires sur Kurt Gerron[modifier | modifier le code]

  • Prisonnier au paradis (Prisoner of Paradise (en))
  • Le Karussel de Kurt Gerron. Le narrateur est Roy Kift (en), également auteur de La Comédie du Camp, une pièce sur la vie de Kurt Gerron à Theresienstadt. Ute Lemper figure dans ce documentaire.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles Lewinsky, Retour indésirable (roman traduit de l'allemand par Léa Marcou), Paris : B. Grasset, 2013 (ISBN 978-2-246-79022-8). Le roman (titre original allemand : Gerron évoque la vie et la carrière du comédien et metteur en scène jusqu'à son ultime réalisation à Theresienstadt.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c 100 classiques du 7e Art (ouvrage collectif sous la direction de Jürgen Müller), Hong Kong ; Köln ; Paris [etc.] : Taschen, 2008 (ISBN 978-3-8365-0861-2), vol. 1 : 1915-1959, chap. « L'Ange bleu », p. 108

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (en) Kurt Gerron sur l’Internet Movie Database
  • Photographies de Kurt Gerron
  • Roy Kift, Camp Comedy. A play featuring original cabaret songs from Gerron's Karussell cabaret, and dealing with Gerron's moral dilemma in making the propaganda film for Goebbels. Published in The Theatre of the Holocaust Vol 2. University of Wisconsin Press. German translation available from the author. (for more [1])