Kurisumala Ashram

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Calvaire au sommet du 'Kurisumala' ('Montagne de la croix')

Kurisumala Ashram (Kurisumala signifiant montagne de la croix en malayalam) est une abbaye cistercienne de rite syro-malankar sise à Vagamon (district de Kottayam), dans les montagnes de l’intérieur du Kerala, en Inde du Sud. Fondé de manière indépendante en 1958 l’ashram reçut son affiliation à l’ordre cistercien (trappiste) en 1998.

Fondation[modifier | modifier le code]

Le père Francis Mahieu, moine de l’abbaye de Scourmont (Belgique), cherchant un point d’insertion monastique en Inde est invité dans son diocèse par Zacharias Mar Athanasios, évêque syro-malankar de Tiruvalla (Kerala). Bede Griffiths, moine bénédictin de Prinknash, en Inde pour un projet similaire, le rejoint. Ensemble – et avec deux jeunes novices indiens –, ils fondent l’ashram qui adopte le rite syro-malankar pour l’office divin et la liturgie (21 mars 1958). Les débuts ressemblent fort aux temps des pionniers du monachisme : la terre est rude et rocailleuse. Ils vivent dans quelques huttes de bambou au sol de terre battue. Aucun confort: ni électricité ni eau courante. La vie est des plus simples. Pour leur subsistance ils ont une petite laiterie avec quelques vaches importées de Jersey.

Développement[modifier | modifier le code]

L’église orientale syro-malankare à laquelle appartient l’ashram étant la moins nombreuse des trois églises catholiques du Kerala (à côté des églises syro-malabare et latine) les vocations sont peu nombreuses. Le monastère n’en grandit pas moins. Un grand soin est porté à la liturgie des heures et à adopter une spiritualité et un style de vie oriental indien. Francis Mahieu (qui adopte alors le nom de Francis Acharya) étudie et acquiert une bonne connaissance de la langue syriaque, utilisée dans la liturgie syro-malankare. Il traduit en anglais les textes liturgiques les plus importants de cette tradition orientale, tels que le Panqitho et le livre des fêtes liturgiques. Au monastère la liturgie est syro-malankare.

En 1968 Bede Griffiths quitte Kurisumala pour rejoindre le monastère de Shantivanam, près de Trichinopoly (Tamil Nadu) fondé en 1950 par Henri Le Saux (Abhishiktananda) : Shantivanam répondant mieux à son aspiration de vie érémitique. À Kurisumala le projet de Francis Mahieu est clairement cénobitique : la vie en communauté y a une grande importance.

Monastère cistercien[modifier | modifier le code]

Francis Acharya, qui (c’était avant le concile Vatican II) avait été obligé de quitter l'ordre cistercien de la stricte observance pour fonder un monastère de rite oriental, demande en 1996 l’affiliation de Kurisumala Ashram à cet ordre qui lui avait donné sa formation monastique. Deux ans plus tard (9 juillet 1998), il obtient ce qu’il avait tant à cœur : Kurisumala, qui compte alors une vingtaine de moines, devient abbaye cistercienne-trappiste. Suivant la tradition de filiation qui est propre à l’ordre cistercien, l’abbaye de Tarrawarra en Australie est donnée comme abbaye-mère à Kurisumala. À l’âge de 86 ans, Francis Acharya est fait premier abbé de Kurisumala. Il meurt quatre ans plus tard, le 31 janvier 2002.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  • Marthe Mahieu-De Praetere: Francis Mahieu Acharya, Un pionnier du monachisme chrétien en Inde. Cahiers Scourmontois (N°3), Abbaye de Scourmont, décembre 2001.

Liens externes[modifier | modifier le code]