Kujō Yoritsugu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Kujō Yoritsugu (九条頼嗣?, né le 17 décembre 1239, mort le 14 octobre 1256, r. 1244–1252), également connu sous le nom Yoritsugu no Fujiwara, est le cinquième shogun du shogunat de Kamakura. Son père, Kujō Yoritsune, est le 4e shogun Kamakura[1].

Yoritsugu est membre du grand clan Fujiwara. La famille Kujō est une des cinq branches du puissant clan Fujiwara de courtisans.

Événements du bakufu de Yoritsugu[modifier | modifier le code]

  • 1244 (Kangen 2): Au printemps de cette année, un certain nombre d'événements extraordinaires dans le ciel au-dessus de Kamakura perturbent profondément Yoritsune[2].
  • 1244 (Kangen 2, 4e mois): Yoritsugu, le fils de Yoritsune, passe les cérémonies de maturité à l'âge de 6 ans. Le même mois, Yoritsune demande à l'empereur Go-Saga la permission d'abandonner ses responsabilités comme shogun en faveur de son fils, Yoritsugu Kujō[2].
  • 1245 (Kangen 3, 7e mois): Yoshitsune se rase la tête et devient prêtre bouddhiste[2].
  • 1246 (Kangen 4, 7e mois): Le fils de Yoritsune, maintenant shogun Yoritsugu (qui n'a que 7 ans) épouse la sœur de Tsunetoki Hōjō (qui n'a lui-même que 16 ans)[2].
  • 1e septembre 1256 (Kōgen 1, 11e jour du 8e mois): Yoritsune Kujō, également connu sous le nom Yoritsune Fujiwara, meurt à l'âge de 39 ans[3].
  • 14 octobre 1256 (Kōgen 1, 24e jour du 9e mois): Le fils de Yoritsune et son successeur comme shogun de Kamakura, Yoritsugu Kujō, aussi connu comme Yoritsugu Fujowara, meurt à l'âge de 18 ans[3].

Ères du bakufu de Yoritsugu[modifier | modifier le code]

Les années pendant lesquelles Yoritsugu est shogun sont plus spécifiquement identifiées par plus d'un nom d'ère ou nengō.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nussbaum, Louis-Frédéric. (2005). "Fujiwara no Yoritsugu" in 'Japan Encyclopedia, p. 212 sur Google Livres
  2. a, b, c et d Titsingh, Isaac. (1834). 'Annales des empereurs du japon, p. 247. sur Google Livres
  3. a et b Titsingh, p. 252. sur Google Livres