Christophe Arciszewski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Krzysztof Arciszewski)
Aller à : navigation, rechercher
Krzysztof Arciszewski.PNG

Christophe Arciszewski ou Krzysztof Arciszewski (9 décembre 1592 à Rogalin – 7 avril 1656 près de Gdańsk (Danzig), Pologne) est un un aristocrate polonais de la République des Deux Nations, général en chef de l'armée hollandaise et également ingénieur et ethnographe [1], qui est l'auteur de conquêtes au Brésil entre 1630 et 1635, au début de la phase hollandaise (1630-1654) de l'Histoire du Pernambouc.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1592 d'une famille de dissidents, jeune homme, il a servi sous Krzysztof Radziwiłł. Après le meurtre de Kacper Jaruzel Brzeźnicki, a été condamné à l'infamie (infamia) et l'exil et a quitté la Pologne en 1623.

Il est allé en Hollande où il s'est installé à La Haye. Avec l'aide de Krzysztof Radziwiłł, il a pu étudier l'artillerie, le génie militaire et la navigation à l'université de Leiden. Il prit part en Europe aux sièges de Bréda (1624 — 25) et de la Rochelle (1628).

La cavalerie légère polonaise acquit une réputation de hardiesse et de bravoure dans les Pays-Bas, sur le Rhin, au Palatinat, lors de la Guerre de Trente ans. En Hollande, puis au Brésil, fit une brillante carrière comme général d'artillerie.

En janvier 1630, une flotte de 67 navires hollandais cingla vers la côte brésilienne et enleva au portugais la région de Pernambuco, en prenant progressivement les villes de Recife, après avoir conquis une à une les îles du delta et y avoir construit des forts[2].

Les Brésiliens, sous la conduite du général Mathias d'Albuquerque[3], commencèrent alors contre les envahisseurs une lutte qui dura vingt-quatre ans. Puis les hollandais prirent Natal et Salvador de Bahia, ce qui les amena à s'assurer la plus grande partie de la production sucrière du Brésil portugais.

Il fallut cependant cinq ans pour achever la conquête, au prix de la destruction d'une large partie des moulins à sucre par les portugais, dont un bon tiers se replient dans le sud[4], selon le constat de Christphe Arciszewski[5]. Il éleva alors les forteresses de Rio de Janeiro, Pernambouc et Baia.

Selon lui, le Brésil "ne pouvait pas être possédé tranquillement tant que les Portugais seraient les maîtres du fort de l'Arrayal, situé sur une montagne auprès de la rivière Dos Alfagados"[6].

Le camp retranché de l'Arrayal ne fut pris qu'en 1635, succès qui força le général Mathias d'Albuquerque à faire retraite sur les Alagoas. En 1637, il devient vice-gouverneur de Brésil hollandais et chef des forces militaires néerlandaises dans ce pays.

L'armistice ne fut signé qu'en 1641 entre la Hollande et le Portugal, qui venait de secouer le joug de l'Espagne. Une médaille fut frappée en son honneur par la compagnie hollandaise des Indes occidentales, dont il avait commandé les troupes pendant trois ans. En 1646, il retourne en Pologne, où il est devenu général de l'artillerie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]