Krymsk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Krymsk
Крымск
Blason de Krymsk
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Russie Russie
Région économique Nord-Caucase
District fédéral Sud
Sujet fédéral Flag of Krasnodar Krai.png Kraï de Krasnodar
Code postal 353380 — 353389
Code OKATO 03 415
Indicatif (+7) 86131
Démographie
Population 57 662 hab. (2013)
Densité 1 227 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 56′ N 38° 00′ E / 44.933, 38 ()44° 56′ Nord 38° 00′ Est / 44.933, 38 ()  
Superficie 4 700 ha = 47 km2
Fuseau horaire UTC+04:00 (MSK)
Heure de Moscou
Divers
Fondation 1862
Statut Ville depuis 1958
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Russie

Voir sur la carte administrative de Russie
City locator 14.svg
Krymsk

Géolocalisation sur la carte : Kraï de Krasnodar

Voir sur la carte administrative du Kraï de Krasnodar
City locator 14.svg
Krymsk

Géolocalisation sur la carte : Russie européenne

Voir la carte administrative de Russie européenne
City locator 14.svg
Krymsk

Géolocalisation sur la carte : Russie européenne

Voir la carte topographique de Russie européenne
City locator 14.svg
Krymsk
Sources
Liste des villes de Russie

Krymsk (en russe : Крымск), est une ville du kraï de Krasnodar, en Russie, et le centre administratif du raïon de Krymsk. Sa population s'élevait à 57 662 habitants en 2013.

Géographie[modifier | modifier le code]

Krymsk est située au pied septentrional du Grand Caucase, qui dépasse encore 600 m d'altitude et la sépare de la mer Noire, distante d'une trentaine de kilomètres (baie de Tsemes). La ville est arrosée par la rivière Adagoum, un affluent du Kouban.

Krymsk se trouve à 30 km — 46 km par la route — au nord-est de Novorossiisk, à 78 km — 98 km par la route — au nord-ouest de Krasnodar et à 1 205 km au sud de Moscou.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'origine de la ville remonte à la fondation, en 1858, d'une forteresse et d'une stanitsa nommée Krymskaïa (Крымская), du nom du régiment des Cosaques de Crimée. L'exploitation pétrolière commence en 1866 dans les environs. En 1886 est construite la ligne de chemin de fer reliant Ekaterinodar à Novorossiisk et la gare ferroviaire « Krymskaïa » est ouverte. En 1932, le combinat de conserverie de Krymsk est mis en service. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Krymskaïa est occupée par l'Allemagne nazie du au . Un siècle après sa fondation, le , le village accède au statut de ville et reçoit le nom de Krymsk.

Dans la nuit du 6 au , la région du Kouban subit des pluies torrentielles et de violentes crues, qui frappent particulièrement le raïon de Krymsk où 159 personnes perdent la vie[1] (après un premier bilan à 134 décès[2]). Cette catastrophe entraîna une journée de deuil national et le limogeage notamment du chef du raïon de Krymsk[3].

Population[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Recensements (*) ou estimations de la population[4]

Évolution démographique
1959* 1970* 1979* 1989*
32 803 41 430 48 175 50 893
2002* 2010* 2012 2013
56 623 57 370 58 128 57 662


Nationalités[modifier | modifier le code]

La population de Krymsk se compose à plus de 80 pour cent de Russes, mais comprend également des Ukrainiens, des Arméniens, des Tatars, des Grecs, des Turcs, etc.

Économie[modifier | modifier le code]

La région produits des céréales, des légumes, de la vigne, du tabac, des fruits, et pratique l'élevage de bœufs, de porcs, de volailles, de visons et de ragondins, l'apiculture. Krymsk possède des industries alimentaires, notamment la conserverie OAO Krymski konservny kombinat (ОАО Крымский консервный комбинат). Construite en 1930, cette usine avait une capacité de production annuelle de 30 millions de boîtes de conserve de fruits, légumes et viande. Détruit pendant la Seconde guerre mondiale, le Combinat de conserves de Krymsk fut reconstruit et considérablement développé dans les années 1966-1970 [5].

Krymsk est connue pour sa station agronomique expérimentale et ses importantes collections scientifiques — parmi d'autres cultures — de pois, maïs, tomates, poivrons, aubergines, concombres, pommes, prunes, pêches, poires, abricots et fraises. Les collections de station sont les plus importantes de Russie ou des républiques de l'ex-URSS pour les fruits à noyau et les coings. La station est également connue pour la création de greffes d'arbres fruitiers, qui sont désignées d'après la ville plus un numéro (par exemple Krymsk 1, Krymsk 2, etc.).

On trouve dans les environs de Krymsk des champs de pétrole et de gaz, de l'argile, de la marne, du sable, des sources d'eau salée.

La base aérienne de Krymsk se trouve immédiatement au nord de la ville.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La crue fait plus de 170 morts, la grogne monte, Poutine veut des coupables », La Voix du Nord,‎ 9 juillet 2012, p. 34.
  2. « Russie/inondations : le bilan s'alourdit à 146 morts », Agence RIA Novosti [1] Consulté le 9 juillet 2012.
  3. « Après les inondations, Moscou accuse à son tour les autorités locales » [2], Le Monde, 10 juillet 2012.
  4. « Recensements et estimations de la population depuis 1897 sur », sur pop-stat.mashke.org(ru) « Office fédéral de statistiques, Recensement de la population russe de 2010 », sur www.ru(ru) « Population résidente par municipalité de la Fédération de Russie au 1er janvier 2012 » [rar], sur gks.ru(ru) « Population résidente par municipalité de la Fédération de Russie au 1er janvier 2013 » [rar], sur gks.ru
  5. Article « Крымский консервный комбинат » de la Grande Encyclopédie soviétique [3]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :