Krubera-Voronja

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gouffre Krubera-Voronja
Coordonnées 43° 24′ 35″ N 40° 21′ 44″ E / 43.409722, 40.362222 ()43° 24′ 35″ Nord 40° 21′ 44″ Est / 43.409722, 40.362222 ()  
Pays Drapeau de la Géorgie Géorgie
Divisions administratives de Géorgie Abkhazie Abkhazie
Monts Gagra
Signe particulier gouffre naturel

Géolocalisation sur la carte : Géorgie

(Voir situation sur carte : Géorgie)
Gouffre Krubera-Voronja

Le gouffre de Krubera-Voronja (ou Krubera-Voronya, en géorgien : კრუბერის გამოქვაბული) est la cavité naturelle, accessible depuis la surface, la plus profonde connue au monde, à ce jour.

Description[modifier | modifier le code]

Cette cavité est située dans le massif de l'Arabika, partie des monts de Gagra, en Abkhazie, province sécessioniste de la Géorgie, dans le Caucase occidental. Elle fait partie du système souterrain Arabika.

La profondeur actuelle de cette cavité, atteinte le dans le siphon terminal, est de -2 197 mètres[1]. La précédente profondeur maximale atteinte, le , était de -2 190 mètres, déjà en siphon. Auparavant, en janvier 2007, cette profondeur s'établissait à -2 140 mètres ; cela depuis octobre 2005, quand l'expédition russe (CAVEX) avait déjà accru la profondeur précédemment atteinte. En 2004, une équipe ukrainienne y avait en effet franchi la barre mythique des -2 000 mètres, pour la première fois dans l'histoire de la spéléologie, en atteignant -2 080 mètres.

Le point bas de cette cavité est également accessible par deux autres entrées du système souterrain Arabika : le gouffre Kuybyshev et l'abîme Heinrich, situés un peu plus bas en altitude. Une entrée supérieure baptisée gouffre Berchil (Berchilskaya Cave), située 100 mètres au-dessus de l'entrée Krubera-Voronja, devrait permettre de rejoindre le système souterrain Arabika en lui ajoutant 100 mètres de profondeur supplémentaires.

Record mondial de profondeur[modifier | modifier le code]

Le record mondial de profondeur est détenu en fait par cette cavité, depuis 2001, alors qu'elle n'était explorée, à cette époque, que jusqu'à -1 710 mètres de profondeur, par une équipe de spéléologues russes et ukrainiens.

Avant cette date, le record de profondeur fut longemps détenu successivement par deux cavités françaises, le gouffre Jean-Bernard (-1 602 mètres) et le gouffre Mirolda (-1 732 mètres), avec un bref intermède pour la cavité autrichienne Lamprechtsofen (-1 632 mètres).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Voronja (ou Voronya) signifie corbeau.

Krubera est une forme dérivée du patronyme d'Alexandre Kruber, géographe et karstologue russe du début du XXe siècle, sommité de la karstologie russe et soviétique.

Jusqu'en 1983, la cavité était connue sous le nom de gouffre Sibirskaïa (gouffre sibérien), ainsi dénommée car elle fut découverte dans les années 1960 par une expéditions de spéléologues sibériens venus de Krasnoïarsk, Novossibirsk et Tomsk.

Jalons de l'exploration[modifier | modifier le code]

Les événements marquants de l'exploration de cette cavité sont les suivants[2] :

  • 1960 : Des explorateurs géorgiens du karst local découvrent la cavité et l'explorent jusqu'à la profondeur de -180 mètres.
  • 1968 : Une expédition russo-polonaise découvre trois autres cavités du futur système Arabika : le gouffre Sibérien, l'abîme Henrich et le gouffre Berchil.
  • Années 1980 : le club spéléo de Kiev explore la cavité jusqu'à -340 mètres de profondeur.
  • Août 1999 : L'équipe ukrainienne Deuxième échelon découvre une lucarne à -230 mètres qui l'amène jusqu'à -700 mètres dans le réseau Non-Kuibyshevskaya.
  • Août 2000 : L'équipe Deuxième échelon continue l'exploration jusqu'à -1 200 mètres.
  • Septembre 2000 : Les équipes UkrSA et MTDE poursuivent l'exploration jusqu'à -1 410 mètres.
  • Janvier 2001 : Les équipes UkrSA et MTDE franchissent une lucarne à -1 350 mètres, qui les amènent jusqu'à un siphon à la côte -1 430 mètres. Puis un passage latéral à -1 420 mètres leur permet d'atteindre - 1 710 mètres, ce qui constitue le record mondial de profondeur de l'époque, précédemment détenu par le gouffre Lamprechtsofen (PL2) en Autriche.
  • Août 2003 : Les équipes de CAVEX et du club de Kiev passent le siphon de -1 440 mètres (siphon 1) et atteignent la profondeur de -1 660 mètres.
  • Juillet 2004 : L'équipe CAVEX continue dans la même branche jusqu'à un nouveau siphon (siphon 2) à -1 810 mètres.
  • Août 2004 : L'équipe UkrSA découvre un passage latéral à -1 660 mètres, qui la conduit à un nouveau siphon à -1 824 mètres,
  • Octobre 2004 : L'équipe UkrSA continue jusqu'à -2 080 mètres. Pour la première fois dans l'histoire de la spéléologie, cette équipe franchit donc la côte symbolique de -2 000 mètres, dans une cavité naturelle souterraine.
  • Janvier 2005 : Une expédition CAVEX est annulée à cause du crash d'un hélicoptère. Aucun mort n'est signalé, mais le pilote de l'hélicoptère et deux spéléologues sont blessés.
  • Février 2005 : Un siphon à -1 980 mètres est franchi par UkrSA.
  • Juillet 2005 : CAVEX descend 160 mètres de plus, derrière le siphon de -1 980 mètres. Cela les conduit à la profondeur actuelle de -2 140 mètres, qui constituait le record absolu du moment. Durant cette campagne, trois siphons situés sous la côte relative des -2 000 mètres ont été franchis.
  • Septembre 2006 : Une nouvelle profondeur de -2 158 mètres est atteinte par l'équipe ukrainienne en siphon.
  • Janvier 2007 : La profondeur de -2 170 mètres aurait été atteinte par une expédition russe (CAVEX ?).
  • Août 2007 : Le record actuel de -2 190 mètres est atteint en siphon par l'équipe ukrainienne UkrSA.
  • Septembre 2012 : Nouveau record de profondeur avec -2 196 m[3] par l'équipe ukrainienne UkrSA.

L'exploration d'une telle cavité est évidemment une épreuve physique difficile, liée notamment à la profondeur et aux conditions hivernales. La situation politique troublée par la sécession de l'Abkhazie rend également l'organisation des expéditions très difficile. Enfin, depuis 2005 environ, la concurrence entre les équipes russes et ukrainienne semble entraîner des entorses à l'éthique spéléologique et sportive.

Faune cavernicole[modifier | modifier le code]

Une équipe ibéro-russe a rapporté quatre nouvelles espèces d'arthropodes de la classe des collemboles, vivant à la cote -1980 mètres, dont l'espèce dénommée Plutomurus ortobalaganensis. C'est la première fois que la présence d'arthropodes est mise en évidence à une telle profondeur, établissant par la même un record concernant la vie terrestre[4],[5].

Fictions[modifier | modifier le code]

Caucasus, une nouvelle de Tiephaine G. Szuter, appartenant au genre horreur réaliste parue le 31 janvier 2014 chez House Made of Dawn, met en scène la Krubera-Voronja comme lieu principal de l'intrigue. Après qu'une expédition ait fait une découverte mystérieuse dans les profondeurs du gouffre, une équipe de scientifiques est réunie afin de faire des analyses in situ[6].

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Buachidze, I.M., and Meliva, A.M. 1967. To the question of groundwater discharge into the Black Sea in the Gagra area. Trudy laboratorii gidrogeologii I inzhenernoy geologii Gruzinskogo politechnicheskogo instituta, 3, 33–39.
  • Kiknadze, T. Z. 1972. Karst of the Arabika massif. Metzniereba, Tbilisi, 245 p. (in Russian).
  • Kiknadze, T.Z. 1979. Geology, Hydrogeology and activity of limestone karst. Metzniereba, Tbilisi, 232 p. (in Russian).
  • Klimchouk, A. B. 1984. On impact of the late Quaternary glaciations on the karst development of the Arabika massif (Caucasus). Izvestia VGO (Leningrad), 116 (2), 165¬–170 (in Russian).
  • Klimchouk, A. B. 1990. Karst circulation systems of the Arabika massif. Peschery (Caves), inter-university scientific transactions, Perm: Perm University, 6–16 (in Russian).
  • Klimchouk, A.B. 2006. The deepest cave in the world in the Arabika Massif and the evolution of the Black Sea. Svet (Light), 2 (31), 33–36 (in Russian).
  • Klimchouk, A. 1991. Le grotte del massiccio di Arabika. La Rivista del CAI, 112(1), 37–47.
  • Klimchouk, A.B. 2004. Krubera (Voronja) Cave, Georgia. In: Gunn, J. (Ed.). Encyclopedia of Cave and Karst Science. New York - London: Fitzroy Dearborn – Taylor and Francis Books.
  • Klimchouk, A. and Kasjan, Yu. 2001. In a search for the route to 2000 meters depth: The deepest cave in the World in the Arabika massif, Western Caucasus. Nat. Speleol. Soc. News (USA), 59 (9). 252–257.
  • Klimchouk, A. and Kasjan, Yu. 2004. Krubera: il piu profondo abisso del mondo (Alla ricerca del −2000 metri nel massiccio di Arabika). La Rivista del CAI, 71–75.
  • Klimchouk A.B. and Kasjan Yu.M. 2006. Distribution of temperature in karst systems: data from deep caves of the Arabika Massif. Geologichny Zhurnal (Geological Journal), 1, 108–115, Kiev (Ukraine) (in Russian).
  • Klimchouk, A.B., Samokhin, G.V., and Kasjan Yu.M. 2008. The deepest cave in the word Krubera and its hydrogeological and paleogeographic significance. Speleology and Karstology, 1, 100–104. Simferopol (Ukraine) (in Russian).
  • Kruber, A. A. 1911. Karabi-Yuajla and the Arabika massif. Zemlevedenie (Moscow), 18(3) (in Russian).
  • Kruber, A. A. 1912a. The voyage to Arabika. Estestvoznanie i geografia (in Russian).
  • Kruber, A. A. 1912b. From observations of karst in the vicinity of Gagra and Karabi-Yuajla. Zemlevedenie (Moscow), 19 (1–2) (in Russian).
  • Martel, E. A. 1909. La Cote d’Azur Russe (Riviera du Caucase). Ch. XVI: La massif de l'Arabika, Paris.
  • Maruashvili, L. I., Tintilozov, Z. K., and Changashvili, G. Z. 1961. The results of speleological explorations carried out in 1960 on the Arabika limestone massif. Izvestia AN GSSR (Tbilisi), XXVI (5) (in Russian).
  • Maruashvili, L. I., Tintilozov, Z. K., and Changashvili, G. Z. 1962. Karst and ancient glaciation in Arabika. Abstracts of papers of the 2nd scientific session of speleologists. Tbilisi: AN GSSR (in Russian).
  • Maruashvili, L. I., and Tintilozov, Z. K. 1963. The results of the recent speleological explorations in the karstic belt of the Western Georgia in 1957–1960. Zemlevedenie (Moscow), nov. ser. VI (in Russian).

Liens externes[modifier | modifier le code]