Kristina Keneally

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kristina Keneally
Kristina Keneally.
Kristina Keneally.
Fonctions
42e Premier ministre
de Nouvelle-Galles du Sud
4 décembre 200928 mars 2011
(1 an, 3 mois et 24 jours)
Gouverneur Marie Bashir
Prédécesseur Nathan Rees
Successeur Barry O'Farrell
Biographie
Nom de naissance Kristina Marie Kerscher
Date de naissance 19 décembre 1968 (45 ans)
Lieu de naissance Las Vegas (Nevada,
États-Unis)
Nationalité Américaine (1968-2000)
Australienne (depuis 2000)
Parti politique ALP (depuis 2000)
Dem (avant 2000)
Conjoint Ben Keneally
Enfant(s) Daniel
Brendan
Diplômé de Université de Dayton
Université Marquette
Religion Catholicisme
Résidence Pagewood

Kristina Keneally
Premiers ministres de Nouvelle-Galles du Sud

Kristina Kerscher Keneally, née Kristina Marie Kerscher à Las Vegas le 19 décembre 1968, est une femme politique australienne du Parti travailliste australien (ALP), anciennement Premier ministre de Nouvelle-Galles du Sud de 2009 à 2011.

Éléments personnels[modifier | modifier le code]

Formation et carrière[modifier | modifier le code]

Elle a accompli ses études secondaires à la Notre Dame Academy, un lycée catholique de filles à Toledo, où elle a été sacrée meilleure joueuse de football en 1985 et 1986. À la fin de son cursus scolaire, elle a intégré l'université de Dayton, où elle a obtenu en 1991 un Bachelor of Arts de sciences politiques, puis un Master of Arts de théologie quatre ans plus tard.

Elle a commencé à travailler en 1991 comme stagiaire auprès de Paul Leonard, alors lieutenant-gouverneur de l'Ohio, et a occupé pendant un an un poste de professeur dans le Nouveau-Mexique à compter de 1995. Suite à son arrivée en Australie, elle a exercé les fonctions de coordinatrice de la société de Saint-Vincent-de-Paul pour la jeunesse dans l'État de Nouvelle-Galles du Sud.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Née à Las Vegas, dans l'État du Nevada, elle est la fille d'un père américain et d'une mère née australienne. Elle a brièvement vécu dans le Colorado mais a réellement grandi à Toledo, dans l'Ohio.

Elle a rencontré son époux, Ben Keneally, lors des journées mondiales de la jeunesse de 1991, en Pologne, et l'a alors suivi en Australie. Le couple est rentré aux États-Unis trois ans plus tard, lorsque son compagnon a obtenu un poste au Boston Consulting Group (BCG), et s'est marié en 1996. Leur premiers fils, Daniel, est né en 1998.

Deux ans après, ils sont retournés vivre en Australie, et Kristina Keneally a alors été naturalisée australienne. Leur second fils, Brendan, est venu au monde au cours de cette même année 2000.

Parcours politique[modifier | modifier le code]

À sa sortie de l'université, elle s'inscrit comme démocrate sur les listes électorales. En 2000, elle adhère au Parti travailliste australien (ALP).

En 2003, elle est élue députée à l'Assemblée législative de Nouvelle-Galles du Sud pour la circonscription d'Heffron, après une difficile primaire interne à l'ALP contre la sortante, Deirdre Grusovin. Son investiture est également due aux règles internes au parti en termes de discrimination positive et qui imposait qu'une femme soit désignée, alors même que Ben Keneally, son époux, était lui aussi intéressé par une carrière politique. Dans son premier discours en tant que parlementaire, elle a fait connaître son engagement pour la justice sociale, l'égalité des chances et sa foi catholique.

Carrière ministérielle[modifier | modifier le code]

Elle est ensuite nommée ministre des Services aux handicapés en 2007, et promet alors de rénover les établissements spécialisés obsolètes, reprenant en cela la promesse non tenue de l'un de ses prédécesseurs. Elle change de portefeuille en septembre 2008 pour devenir ministre de l'Aménagement du territoire. À ce poste, elle a géré de façon stricte la construction d'une conduite de désalinisation entre les villes Erskineville et Turnell, en organisant le détournement de la circulation automobile et s'assurant du respect des normes environnementales.

Elle est présentée en août 2009 comme une adversaire possible du Premier ministre Nathan Rees pour la présidence de la fédération de l'ALP et donc la direction du gouvernement. Elle répond à ces allégations en affirmant que « [Rees] a tout mon soutien », et des rumeurs ajoutent qu'elle aurait insisté sur le fait qu'elle ne serait jamais Premier ministre. Face au retour de ces rumeurs en novembre, elle déclare « J'ai toujours soutenu le Premier ministre, que ce soit Bob Carr, Morris Iemma et maintenant Nathan Rees. Maintenant, il est temps de laisser ces ridicules supputations derrière nous ».

Premier ministre (2009-2011)[modifier | modifier le code]

Malgré toutes ces déclarations, elle se présente le 3 décembre 2009 à la présidence de l'ALP de Nouvelle-Galles du Sud contre Rees, qu'elle défait par 45 voix contre 21, grâce au soutien de l'aile droite du groupe parlementaire. Rees annonce alors qu'il démissionnera avant la fin de la journée et que, pour lui, il ne fait aucun doute que son adversaire ne peut être que le « pantin » du sénateur Eddie Obeid et du député Joe Tripodi, chefs de file de la droite des travaillistes. Face à ces accusations, elle a répondu « Je ne suis le pantin de personne, la protégée de personne, la fille de personne ».

Kristina Keally a été nommée Premier ministre de Nouvelle-Galles du Sud le 4 décembre 2009 par la gouverneur de l'État, Marie Bashir, devenant la première femme et la première personne d'origine américaine à occuper ce poste.

Défaite électorale[modifier | modifier le code]

Aux élections du 26 mars 2011, la coalition Libéral/National obtient 51,1 % des voix et 69 députés sur 93, tandis que les travaillistes, dont elle était chef de file, s'effondrent avec 25,6 % des suffrages et 20 sièges, soit 32 de moins que lors du précédent scrutin. Consécutivement à cette défaite, la plus large en Australie depuis la Seconde Guerre mondiale, elle renonce à diriger la fédération travailliste de l'État, tout en conservant son siège à l'Assemblée législative. Elle est remplacée comme premier ministre le 28 mars par le libéral Barry O'Farrell.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]