Kramatorsk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kramatorsk
Краматорськ
Blason de Kramatorsk
Héraldique
Drapeau de Kramatorsk
Drapeau
Façade principale de l'usine NKMZ
Façade principale de l'usine NKMZ
Administration
Pays Ukraine Ukraine
Subdivision Flag of Donetsk Oblast.svg Oblast de Donetsk
Maire Hennadiï Kostioukov
Code postal 84300 — 184390
Indicatif tél. +380 626
Démographie
Population 164 283 hab. (2013)
Densité 1 403 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 43′ 12″ N 37° 31′ 48″ E / 48.72, 37.53 ()48° 43′ 12″ Nord 37° 31′ 48″ Est / 48.72, 37.53 ()  
Altitude 177 m
Superficie 11 710 ha = 117,1 km2
Divers
Fondation 1868
Statut Ville depuis 1932
Ancien(s) nom(s) Kramatorskaïa (jusqu'en 1902)
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oblast de Donetsk

Voir sur la carte administrative de l'Oblast de Donetsk
City locator 14.svg
Kramatorsk

Géolocalisation sur la carte : Ukraine

Voir la carte administrative d'Ukraine
City locator 14.svg
Kramatorsk

Géolocalisation sur la carte : Ukraine

Voir la carte topographique d'Ukraine
City locator 14.svg
Kramatorsk
Liens
Site web www.krm.dn.ua
Sources
Liste des villes d'Ukraine

Kramatorsk (ukrainien : Краматорськ, Kramators'k, russe : Краматорск, Kramatorsk) est une ville industrielle de l'oblast de Donetsk, en Ukraine orientale. Sa population s'élevait à 164 283 habitants en 2013.

Géographie[modifier | modifier le code]

Kramatorsk est située dans le bassin houiller du Donbass. Elle est arrosée par la Kazennyï Torets (en ukrainien : Казенний Торець), un affluent du Donets, et se trouve à 75 km au nord-ouest de la ville de Donetsk et à 542 km au sud-est de Kiev. Elle fait partie d'une région très urbanisée qui comprend également les villes de Sloviansk, à 12 km au nord, et Droujkivka, à 10 km au sud.

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville de Kramatorsk a pour origine une petite gare ferroviaire construite en 1868. Autour de la gare, furent construits une école, un bureau de poste et de télégraphe. Puis la gare s’agrandit avec la construction d’une nouvelle ligne de chemin de fer. Dans le bourg furent mis en activité de petites entreprises métallurgiques, un moulin à vapeur, une minoterie, des ateliers de forge. En 1892, la société allemande « V. Fitzner et K. Gamper » entreprit la construction d'une usine de constructions mécaniques, qui fabriqua de l'équipement simple pour les chemins de fer et les mines. En 1898 des hauts-fourneaux commencèrent à produire de la fonte.

Au début du XXe siècle, Kramatorsk dépassait 12 000 habitants et comptait un hôpital et deux écoles. La ville se modernisa peu à peu et possédait un central téléphonique interurbain, un club de football et une salle de cinéma à la veille de la Première Guerre mondiale.

L'usine de constructions mécaniques se dota d'un four Martin en 1905 et sa production de fonte atteignit 159 000 tonnes en 1911, celle d'acier 60 000 tonnes. L'usine commença à se spécialiser dans la fabrication d'équipements pour usines métallurgiques et mines de houille. Dans ses ateliers, on réparait également les locomotives et les wagons de chemin de fer. Pendant la Première Guerre mondiale, l'usine fit partie du syndicat Snaryadsoyouz et répondit à des commandes militaires. Interrompue pendant la guerre civile, la production reprit en 1920.

Blason de Kramatorsk à l'époque de l'URSS

En 1926, Kramatorsk accéda au statut de commune urbaine. En 1929, dans le cadre du Premier Plan quinquennal, fut décidée la création de la grande Usine de constructions mécaniques lourdes de Novokramatorsk. À partir de 1934, cette usine, connue sous le nom de NKMZ, commença à fabriquer de l'équipement pour des fours Martin, des hauts fourneaux, des installations de blooming, des laminoirs, de l'équipement minier et des batteries de cokerie. La centrale électrique Dnieprogues, les usines sidérurgiques Zaporojstal et Amourstal, le Combinat métallurgique de Magnitogorsk et le métro de Moscou furent ainsi partiellement équipés par l'usine NKMZ.

En 1937, la première ligne de tramway entra en service dans la ville. La même année fut créée l’école technique de mécanique de Kramatorsk. À la veille de la Seconde Guerre mondiale, Kramatorsk comptait 94 000 habitants, dont plus de 30 000 ouvriers et 5 000 techniciens et ingénieurs. Un quartier nommé Novokramatorsk fut construit pour les travailleurs de l'usine NKMZ.

Après l'invasion de l'Union soviétique par l'Allemagne nazie, la ville de Kramatorsk fut occupée par les troupes allemandes le 20 octobre 1941. Une contre-offensive de l'Armée rouge libéra la ville pendant plusieurs semaines, avant le retour des Allemands à la fin de février 1942. La ville fut définitivement libérée le 6 septembre 1943.

Après la Seconde Guerre mondiale, les entreprises détruites furent reconstruites et de nouvelles usines furent mises en service à Kramatorsk (Energomasspetsstal, Elektrolampovyi, Alpha, etc.). En 1965, fut inauguré le Palais de la culture et de la technique NKMZ. Trois années plus tard était célébré le centenaire de la création de Kramatorsk.

Aux élections présidentielles de 2004 la ville vota à 87,94 % pour Viktor Ianoukovytch, candidat du Parti des régions, favorable au maintien de liens étroits avec la Russie, alors que Viktor Iouchtchenko, candidat du parti Notre Ukraine, n'obtenait que 9,35 % des voix.

Agitations d'avril-juillet 2014[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Siège de Sloviansk.

Après la révolution de Maïdan (2013-2014), la majorité de la population[réf. nécessaire] de la ville ne reconnaît pas le gouvernement intérimaire issu du renversement du pouvoir. La mairie « tombe aux mains » de partisans du fédéralisme de l'Ukraine, le 13 avril 2014. Le président par intérim Tourtchinov annonce le 14 avril 2014 le début des « opérations anti-terroristes », après avoir reçu l'appui de ses alliés occidentaux. L'armée ukrainienne déploie le 15 avril 2014 des hélicoptères pour débarquer des forces armées[1]. Dans la soirée du 15 avril 2014, quatre à onze civils, selon les sources, auraient été tués par les forces ukrainiennes à l'aérodrome de Kramatorsk[2], informations démenties le lendemain[3] : on parle plutôt en effet de deux morts. Le petit aérodrome local[4] est aux mains des militaires de Kiev[5]. Le lendemain matin, 16 avril, les blindés ukrainiens changent de camp et se rangent du côté des partisans de la fédéralisation. Les habitants du village voisin de Ptchelkino bloquent en fin de journée l'avancée d'une colonne de dix véhicules envoyés par le gouvernement d'une base de Dniepropetrovsk[6]. Le 17 avril, le gouvernement interdit le passage des hommes russes de 16 à 60 ans en Ukraine[7] et le 18 avril coupe les retransmissions de la télévision russe à Kramatorsk et dans d'autres villes[8] Le 3 mai 2014, six personnes sont tuées au cours des attaques de l'armée ukrainienne, dont une jeune infirmière de 21 ans, Ioulia Izotova, ce qui renforce l'opposition de la population locale au gouvernement central de Kiev. La ville est bombardée par l'armée ukrainienne de Kiev, dans la nuit du 9 au 10 juin 2014. Le village de Semionovka est anéanti. Le 16 juin 2014, une dizaine de civils meurent et plus d'une dizaine d'autres sont blessés dans un assaut mené par les forces gouvernementales, près de Kramatorsk[9].

La ville tombe sous le feu de l'armée régulière ukrainienne, le 5 juillet 2014[10].

Population[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

La population de Kramatorsk dépassa 200 000 habitants au début des années 1990, puis les graves difficultés économiques qui suivirent l'indépendance de l'Ukraine entraînèrent un net déclin démographique. La population totale le la municipalité (міськрада, mis'krada) de Kramatorsk était de 197 752 en 2013.

Recensements (*) ou estimations de la population[11] :

Évolution démographique
1897* 1923* 1926* 1933 1939* 1959* 1970* 1979*
12 000 6 476 12 305 78 000 94 114 115 385 149 832 178 163
1989* 1994 2001* 2009 2010 2011 2012 2013
198 094 202 700 181 025 169 077 167 850 166 284 165 469 164 283


Composition ethnique[modifier | modifier le code]

Selon le recensement de 2001, la population de Kramatorsk se répartissait entre 70,2 % d'Ukrainiens, 26,9 % de Russes, 0,7 % de Biélorusses, 0,6 % d'Arméniens, 0,2 % d'Azerbaïdjanais, 0,1 % de Juifs.

La langue russe est la langue maternelle de 63,4 % des habitants et l'ukrainien de 36,0 %. La langue russe est parlée et comprise par les deux communautés linguistiques.

Illustrations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Des forces ukrainiennes débarquent en hélicoptères à Kramatorsk », Le Figaro, 15 avril 2014.
  2. (ru) RIA Novosti, article du 15 avril 2014
  3. Piotr Smolnar, Le Monde, 17 avril 2014, p. 2
  4. Ancien aérodrome militaire, il sert normalement aux aéro-clubs de la région et n'accueille aucun avion de ligne
  5. Le Figaro, article du 15 avril 2044.
  6. (ru) RIA Novosti, article du 16 avril 2014
  7. Sauf en cas de maladie ou de décès d'un parent.
  8. (ru) ITAR-TASS article du 18 avril 2014
  9. (en) ITAR-TASS, Ukraine's military continues shelling cities in Donetsk, Luhansk regions, article du 17 juin 2014
  10. L'armée ukrainienne reprend Kramatorsk aux insurgés prorusses - article de francetvinfo.fr du 5 juillet 2014.
  11. « Recensements et estimations de la population depuis 1897 », sur pop-stat.mashke.org(uk) « Office des statistiques d'Ukraine : population au 1er janvier 2010, 2011 et 2012 », sur database.ukrcensus.gov.ua« Office des statistiques d'Ukraine : population au 1er janvier 2011, 2012 et 2013 », sur database.ukrcensus.gov.ua

Liens externes[modifier | modifier le code]