Koyū Ohara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

KOYU OHARA

Description de cette image, également commentée ci-après

Koyū Ohara

Naissance 11 juillet 1946 (67 ans)
Drapeau du Japon Japon
Nationalité Drapeau du Japon Japonaise
Profession Réalisateur japonais
Scénariste

Koyū Ohara (小原宏裕 , Ohara Koyū?, né le 11 juillet 1946) est un réalisateur japonais surtout connu pour ses films Roman Porno Fairy In A Cage (1977) et la série des Pink Tush Girl (1978 - 1980). Il est l'un des réalisateurs des studios Nikkatsu aux talents les plus variés et des plus prolifique avec huit films en 1979 à son actif. Ses préoccupations esthétiques l'on fait surnommer « le Roi du Pop Art Pornographique »[1]

Carrière[modifier | modifier le code]

Koyū Ohara est né le 11 juillet 1946 au Japon. Il attribue son intérêt pour le cinéma au fait que son grand-père travaillait comme réalisateur aux studios Nikkatsu et revendique avoir regardé jusqu'à 200 films par an lorsqu'il était enfant. Bien qu'il ait étudié le droit à l'Université Keiō et travaillé comme secrétaire d'un membre de la Chambre des représentants, il préfère passer l'examen d'entrée aux studios Shōchiku plutôt qu'à celui du barreau. Recalé, il se présente chez Nikkatsu et commence à travailler pour ces studios en 1961 en tant que réalisateur-assistant sous les ordres du réalisateur Koreyoshi Kurahara avec lequel il travaille aux côtés de Tatsumi Kumashiro (神代 辰巳, Kumashiro Tatsumi?), le futur maître des Roman Pornos[2].

Nikkatsu: les Roman Porno[modifier | modifier le code]

Ohara n'était pas très enthousiaste concernant la décision de Nikkatsu de recentrer son activité sur les Roman Porno, une version de films pinku eigas alors très en vogue. À cette époque, plusieurs réalisateurs et acteurs quittent les studios Nikkatsu plutôt que de travailler à la réalisation de films pornographiques. Ohara décide de rester en espérant devenir réalisateur à part entière. Il travaille comme assistant réalisateur en chef de Shōgorō Nishimura (西村 昭五郎, Nishimura Shōgorō?) sur le premier des Roman Porno: Apartment Wife: Afternoon Affair (1971). L'année suivante, Ohara fait ses débuts en tant que réalisateur avec Passion: Ohichi's Love Song (1972). Le film est un succès. Après College Girl: Sex Equation (1973), un film classé au top 10 des meilleures ventes, Ohara devient l'un des réalisateur le plus prolifique de la firme Nikkatsu avec laquelle il travaillera exclusivement jusqu'au milieu des années 1980 produisant 42 films dont quatre se révèleront être parmi les dix films les plus lucratifs de tous les temps[3], [4].

Weisser résume le style d'Ohara en disant :

« Le réalisateur Ohara est l'un des cinéastes le plus sous estimé de chez Nikkatsu, [dont la valeur a été] finalement reconnue vers la fin des années 1990 lors de son incursion dans le pop art... Il était sans conteste le réalisateur le plus en vogue des studios mêlant la musique contemporaine aux scènes à la mode dans la plus pure tradition des films pinku eiga[5], [6]. »

Ohara est réputé pour sa faculté à réaliser avec succès des films roses dans des genres variés. C'est ainsi qu'il connaît la notoriété avec des films sadomasochistes tels que Fairy in a Cage (1977) et Wet Rope Confession. Lorsque Nikkatsu arrête la production de « films roses violents » à la suite de ''Rape! 13th Hour (Yasuharu Hasebe, 1976), Ohara reprend le genre en le modifiant dans Zoom Up: Rape Site (1979) puis réalise un série sur le thème des prisons pour femmes intitulée True Story of a Woman in Jail (L'histoire véridique d'une femme en prison) ainsi que le film rose Sister Lucia's Dishonor (Le déshonneur de sœur Lucie) (1978) et Wet Rope Confession: Convent Story (1979) ayant pour thème des nones dans un couvent s'adonnant à la lubricité. Il réalise des émissions enfantines pour la télévision tel que Three Sisters Shushutorian[7] ainsi que des films satyriques (Love Daydream, 1980) et des comédies roses comme I Like It From Behind (J'aime par derrière, 1981) sur le thème des femmes de chambre. Touche a tout, Ohara a également réalisé Lady Momoko's Adventure (Les aventures de Lady Mokomo, 1979), un film rose de science fiction[8].

Au cours de sa carrière, le réalisateur a fait travailler les plus grandes actrices des studios Nikkatsu dont la célèbre Naomi Tani dans Fairy in a Cage, Rope Hell (1978) et Fascination: Portrait of a Lady (1977) dont les scénarios ont tous été écrits par Oniroku Dan[9]. Après avoir réalisé quelques films « noirs », Ohara commence sa trilogie gaie Pink Tush Girl en 1978. Axés sur la vie dans une grande école et une musique populaire, ces films ont touché une audience aussi bien masculine que féminine[10].

L'après Nikkatsu[modifier | modifier le code]

Les Roman Porno perdent peu à peu leurs inconditionnels. En 1982, Ohara s'envole à Hong Kong où il réalise des films pour le compte de la société Golden Harvest. China Scandal: Exotic Dance, coproduit par Golden Harvest et Nikkatsu connaîtra un brillant succès[11]. Il quitte définitivement Nikkatsu en 1984 pour recentrer ses activités sur le musique. Il réalise des vidéos musicales destinées à un public d'adolescents sous la marque Warner/Pioneer et d'autres studios d'enregistrements japonais[12].

Ohara ne travaille plus qu'à temps partiel dès 1988[13]. En 1999, le réalisateur est victime d'une attaque cérébrale en rentrant chez lui après avoir un peu trop bu et se blesse dans sa chute. Depuis, il s'est vu contraint de mettre un frein à son mode de vie ainsi qu'à la réalisation de films[14].

Filmographie (partielle)[modifier | modifier le code]

La filmographie est extraite de:

Titre du film Parution Notes
Passionate: Ohichi's Love Song
Jouen Ohichi no koiuta
1972 Débuts
College Girls: Sex Equation
女子大生 SEX方程式
Joshidaisei: Sex hoteishiki
12 janvier 1973
Japan's Pleasure District: Three Sisters at a Turkish Bath
にっぽん歓楽地帯 トルコ三姉妹
Nippon kanraku-chitai: toruko sanshimai
4 avril 1973
Secret of the College Girls: Part-Time Sex Pros alias Sex Phobia
秘)女子大生 SEXアルバイト
Maruhi joshidaisei: Sex arbeit
26 janvier 1974
Man & Woman Sexology: Private Lessons
男女性事学 個人授業
Danjo seiji-gaku: kojin jugyo
8 juin 1974
True Story of Woman Condemned: Sex Hell
実録おんな鑑別所 性地獄
Jitsuroku onna kanbetsusho: sei-jigoku
5 mars 1975
True Story of Woman Condemned Continues
続実録おんな鑑別所
Zoku jitsuroku onna kanbetsusho
1er juillet 1975
White Female Cat: Ecstasy at High Noon
白い牝猫 真昼のエクスタシー
Shiroi mesuneko: mahiru no ecstasy
1er novembre 1975
New True Story of Woman Condemned to Hell
新・実録おんな鑑別所 -恋獄-
Shin jitsuroku onna kanbetsusho rengoku
24 janvier 1976
Runa's Confession: "Men Crawling All Over Me"
ルナの告白 私に群がった男たち
Runa no kokuhaku: watashi ni muragatta otokotachi
14 avril 1976
Tokyo Secret Night Report: Warm Sap
東京(秘)ナイト・レポート 熱い樹液
Tokyo maruhi night report: atsui jueki
8 septembre 1976
Student Mistress: Taste of a Virgin
学生情婦 処女の味
Gakusei mabu: shojo no aji
27 novembre 1976
Fairy in a Cage alias Woman in a Cage
檻の中の妖精
Ori no naka no yosei
4 juin 1977
Female Convict 101: Sucks
女囚101 しゃぶる
Joshuu 101: Shaburu
6 août 1977
Fascination: Portrait of a Lady
幻想夫人絵図
Genso fujin ezu
1er octobre 1977
* Sister Lucia's Dishonor
修道女ルシア 辱<けが>す
Sudojo Lucia: kegasu
7 janvier 1976
Pink Tush Girl
桃尻娘 ピンク・ヒップ・ガール
Momojiri musume: Pinku hippu gaaru
29 avril 1978
Rope Hell
縄地獄
Nawa jigoku
24 juin 1978
Wet & Rope alias Wet Rope Confession
修道女 濡れ縄ざんげ
Shudojo: nure nawa zange
20 janvier 1979
Pink Tush Girl: Love Attack
桃尻娘 ラブアタック
Momojiri musume: rabu atakku
28 avril 1979
Kōichirō Uno's Female Gymnastic Teacher
宇能鴻一郎の女体育教室
Uno Koichiro no onna taiiku kyoshi
4 août 1979
Zoom Up: Rape Site
ズームアップ 暴行現場
Zoom Up: boko genba
8 septembre 1979
Lady Momoko's Adventure
桃子夫人の冒険
Momoko fujin no boken
22 décembre 1979
Pink Tush Girl: Proposal Strategy
桃尻娘 プロポーズ大作戦
Momojiri musume: purpozu daisakusen
26 avril 1980
Red Fleeting Rain
赤い通り雨
Akai toori-ame
2 août 1980
Love Daydream
愛の白昼夢
Ai no hakujitsumu
6 septembre 1980
From the Back or From the Front
後から前から
Ushiro kara mae kara
26 décembre 1980
Lady Caligula in Tokyo
東京カリギュラ夫人
Tokyo Caligula fujin
6 mars 1981
Essential Information for a College Girl
女子大生の基礎知識 ANO ANO
Joshidaisei no kiso chishiki: ano ano
24 avril 1981
I Like it From Behind
バックが大好き!
Bakku ga daisuki
10 juillet 1981
Female Gymnastic Teacher: "Step and Open"
女体育教師 跳んで開いて
Onna taiiku kyôshi: funde hiraite
9 octobre 1981
Pink Tush Girls: Slinking Classmates
桃尻同級生 まちぶせ
Momojiri dokyusei: machibuse
22 janvier 1982
Seiko's Juicy Thighs: Zoom Up
ズームアップ 聖子の太腿
Zoom Up: Seiko no futomomo
26 février 1982
White Rose Campus: Then Everybody Gets Raped
白薔薇学園 そして全員犯された
Shirobara gakuen: soshite zenin okasareta
25 juin 1982
Gigolo: A Docu-Drama
実録色事師 ザ・ジゴロ
Jitsuroku irogotoshi: The Gigolo
15 octobre 1982
Oh! Takarazuka!
OH!タカラズカ
Oh! Takarazuka
24 décembre 1982
China Scandal: Exotic Dance
チャイナスキャンダル 艶舞
China scandal: Enbu
28 octobre 1983

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Thomas Weisser & Yuko Mihara Weisser, Japanese Cinema Encyclopedia: The Sex Films, 1998, éditeur: Vital Books : Asian Cult Cinema Publications, Miami (ISBN 1-889288-52-7);

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (en) Thomas Weisser & Yuko Mihara Weisser, 1998, p. 182, éditeur: Vital Books : Asian Cult Cinema Publications, Miami, Japanese Cinema Encyclopedia: The Sex Films (ISBN 1-88928-852-7)
  2. (en) Ohara, Koyū. Interview avec Maki Hamamoto. (2000). "Koyu Ohara Speaks Out!" Asian Cult Cinema, volume 27 (2e trimestre 2000), p.30.
  3. Ohara, p.32.
  4. Weisser, p.49.
  5. « Director Ohara is one of Nikkatsu's most underrated filmmakers, finally recognized in the late '90s for his forays into pop art... He was easily the studio's hippest director, interminably mixing contemporary music and fashionable events-of-the-day within the traditional pinku eiga format »
  6. Weisser, p.357
  7. Ohara, p.36.
  8. Weisser, p.134.
  9. Weisser, p.138.
  10. Weisser, p.313.
  11. Ohara, p.35.
  12. Weisser, p.78.
  13. Weisser, p.143.
  14. Ohara, p.38.