Kowsar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kowsar
Image illustrative de l'article Kowsar
Présentation
Fonction Missile anti-navire à courte/moyenne portée
Constructeur Drapeau de l'Iran Iran
Déploiement 2006 - auj.
Caractéristiques
Moteur moteur-fusée à ergols solides
Masse au lancement 117 kg
Longueur 2,507 m
Diamètre 18 cm
Envergure déplié : 58,7 cm
replié avant tir : 45 cm
Vitesse Mach 0.8
Portée 25 km
Altitude de croisière entre 15 et 20 m
(vol de croisière)
Charge 29 kg semi-perforante
HE + charge creuse
Guidage radar actif millimétrique, TV, IR
Précision > 95 %
Détonation fusée à impact retardé
Plateforme de lancement navires de classe Zolfaghar ou véhicules à terre

Le Kowsar (ou Kosar) est un missile anti-navire à moyenne portée basé à terre et produit par l'Iran. Il peut contourner les systèmes de brouillage électromagnétique[1].

D'après le commandant du corps des Gardiens de la révolution islamique, le général Yahya Rahim-Safavi, ce missile « ne peut pas être dévié de sa trajectoire, quels que soient les instruments employés contre lui »[2].

La désignation de Kowsar semblerait apparemment être attribuée à deux missiles différents : les versions produites localement du C-701 chinois et le TL-10A.

Histoire opérationnelle[modifier | modifier le code]

Le Kowsar pourrait avoir été employé par les combattants du Hezbollah pour attaquer et endommager la corvette israélienne INS Hanit, au cours du conflit israélo-libanais de 2006[3],[4]. Il est plus souvent affirmé que le missile C-802, bien plus lourd, serait effectivement l'arme employée, mais il est fort probable que ces affirmations soient basées sur un constat des dégâts initialement exagéré. Si l'on excepte l'avarie de barre et le début d'incendie finalement maîtrisé, le navire a été observé en train de rentrer à sa base par ses propres moyens. En se basant sur l'histoire opérationnelle du missile Harpoon, considéré comme étant assez proche du C-802, on peut légitimement penser que si un vrai C-802 avait été employé, les dommages auraient été bien plus importants.

Un deuxième missile fut tiré mais manqua sa cible et toucha un navire marchand égyptien qui naviguait à 40 km des côtes, lui causant de lourds dommages. Les 13 hommes d'équipage réussirent à quitter le bateau avant qu'il ne sombre, et s'en sortirent sains et saufs[5].

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Douglas Barrie, « Iran acquires additional chinese missile technology », Aviation Week & Space Technology,‎ 10 avril 2006, p. 33 (lire en ligne)
  2. (en) « IRGC test-fires super-modern flying boat », Mehr News Agency,‎ 4 avril 2006 (consulté le 12 juillet 2014)
  3. (en) David Eshel, « INS Hanit Suffers Iranian Missile Attack »,‎ 16 juillet 2006 (consulté le 26 juin 2014)
  4. (en) Kirk Spencer & Trent Telenko, « An analysis of the Hezbollah anti-ship missile strike : The attack on INS Ahi-Hanit », Israel Resource Review,‎ 25 juillet 2006 (consulté le 26 juin 2014)
  5. (en) Mark Tempest, « Missile -not UAV- hit Israeli and Egyptian ships », Eagle speak,‎ 15 juillet 2006 (consulté le 12 juillet 2014)

Articles connexes[modifier | modifier le code]