Kouzma Petrov-Vodkine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Petrov.
Kouzma Petrov-Vodkine

Kouzma Sergueïevitch Petrov-Vodkine (en russe : Кузьма Сергеевич Петров-Водкин) est un peintre, graphiste et décorateur de théâtre russe puis soviétique né à Khvalynsk (oblast de Saratov) en 1878 et mort à Léningrad en 1939.

Biographie[modifier | modifier le code]

Petrov a réalisé des scènes de genre, des portraits dont celui d'Anna Akhmatova, des natures mortes et des paysages. Il étudie à l'école de peinture et de dessin F. E. Bourov à Samara de 1893 à 1895, à l'école de dessin technique du baron A.L. Stieglitz de Saint-Pétersbourg de 1895 à 1897, à l'École de peinture, de sculpture et d'architecture de Moscou de 1897 à 1905, puis encore à l'atelier d'Azbe à Munich en 1901 et des académies privées parisiennes parmi lesquelles l'Académie Colarossi de 1905 à 1908. Il voyage en Italie, en Grèce, en France et en Afrique, et participe à des expositions à partir de 1906 : Le Monde de l'Art Mir Iskousstva, Salon d'automne et de la Section d'Or. À partir de 1907, il participe au mouvement des symbolistes de «Rose bleue». Il devient le premier président de l'association des peintres de Léningrad en 1932, puis député du Conseil des députés pour les ouvriers paysans et soldats de l'Armée rouge. Petrov-Vodkine fut également représentant émérite des arts de la RSFSR[1].

Œuvre[modifier | modifier le code]

La Mère

Certains tableaux de Kouzma Petrov-Vodkine ont un caractère religieux, c'est le cas de : La Madone de la Compassion qui touche le cœur des plus mauvais de 1914-1915, Musée russe, Saint-Pétersbourg. D'autres comme : La Mère ou Petrograd. 1918 traitent de sujets laics mais n'en sont pas moins empreints de spiritualité[2]. Ainsi que l'a dit John Milner : son enthousiasme pour les œuvres de Matisse et des cubistes fit place à son admiration pour l'art traditionnel des icônes et le résultat fut une série de peintures où la puissance et la précision des icônes s'allient à un caractère narratif prononcé[3]. Il est le créateur du mouvement symboliste à Pétrograd où il enseigna.

Petrov-Vodkine laisse également une œuvre littéraire dont Samarkandia, Khlynovsk et Espace d'Euclide entre autres[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Catalogue,la Russie à l'Avant-Garde 1900-1935, Europalia. Russie, biographies:Galina Krétchina
  2. La peinture russe par Peter Leek Parkstone Press
  3. John Milner, A dictionary of Russian and Soviets artists 1420-1970.
  4. Les collections russes, d'une révolution à l'autre, Christina Burrus, Editions du Chêne

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :