Kotobuki Shiriagari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Shiriagari Kotobuki

しりあがり 寿
Nationalité Drapeau du Japon Japonaise
Date 1er janvier 1958

Kotobuki Shiriagari ( しりあがり 寿, Shiriagari Kotobuki?) est un auteur de bande dessinée japonaise né le 1er janvier 1958 (56 ans) à Shizuoka dans la préfecture de Shizuoka, au Japon.

Il est principalement publié dans la presse quotidienne japonaise[réf. souhaitée].

Shiriagari est l'un des premiers mangaka à avoir réagi dans son oeuvre à la catastrophe nucléaire de Fukushima[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Son nom de naissance est Toshiki Mochizuki (望月 寿城?)[2]. Après des études à l'Université des beaux-arts Tama, il mène sa carrière de mangaka en parallèle de son travail de bureau, ce qui influe sur le cadre des histoires qu'il réalise[3]. Il a conçu des emballages de bière[3]. Il aurait reçu des éloges de la part d'Osamu Tezuka pour ses dessins[4][réf. insuffisante].

En 2006, l'auteur est invité au festival d’Angoulême. La même année, il commence à enseigner à l'Université du Design de Kobe (神戸芸術工科大学 Kōbe geijutsu kōka daigaku).

Œuvre[modifier | modifier le code]

En dehors de ses œuvres comiques, Shiriagari Kotobuki a réalisé Yajikita in Deep (弥次喜多 in DEEP?) pour lequel il a reçu le Prix culturel Osamu Tezuka et des éloges, notamment pour avoir creusé le psychisme des personnages[3].

Manga[modifier | modifier le code]

  • 1985 - Ereki na haru (エレキな春?)
  • 1993–2002 - Hinshi no esseiisto (瀕死のエッセイスト?)
  • 1997–2002 - Yajikita in Deep (弥次喜多 in DEEP?), (adapté en film en 2005 ?)
  • 2000 - Jiji Oyaji 2000 (時事おやじ2000?)
  • 2001 - Haikai rōjin Don Quichote (徘徊老人ドンキホーテ?)
  • 1998–2001 Futago no oyaji (双子のオヤジ?)
  • 2006 - Jacaranda (ジャカランダ?) (L'arbre de vie ?)
  • Hinshi no Essayist
  • Oshigoto (おしごと?)
  • Sukiyaki Western Django (SUKIYAKI WESTERN ジャンゴ?)
  • 2011 - Ano hi kara no manga: 2011.3.11 (あの日からのマンが 2011.03.11?) (ISBN 978-4-04-727474-7)

Traductions françaises[modifier | modifier le code]

Adaptations au cinéma[modifier | modifier le code]

Autres supports[modifier | modifier le code]

Shiriagari a aussi contribué à des jeux vidéo pour Sony[6].

Style[modifier | modifier le code]

Shiriagari définit lui-même son style de dessin comme Heta-Uma[7] (dessin volontairement simple et grossier)[8].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Mary A. Knighton, "The Sloppy Realities of 3.11 in Shiriagari Kotobuki's Manga", The Asia-Pacific Journal 11, 26, 1 (30 juin 2014).
  2. (en) Kotobuki Shiriagari sur l'Encyclopédie de Anime News Network
  3. a, b et c (en+de+fr+ja) Masanao Amano, Manga Design, Cologne, Taschen, coll. « Mi »,‎ 15 mai 2004, 19,6 cm × 24,9 cm, broché, 576 p. (ISBN 978-3-8228-2591-4, présentation en ligne), p. 274-277
    édition multilingue (1 livre + 1 DVD) : allemand (trad. originale Ulrike Roeckelein), anglais (trad. John McDonald & Tamami Sanbommatsu) et français (trad. Marc Combes)
  4. Ibid. « Il est même de notoriété publique que de son vivant, Ozamu Tesuka a fait l'éloge des dessins de Shiriagari. »
  5. Site officiel du film
  6. X. Guilbert, Shiriagari Kotobuki, du 9 (2006).
  7. Xavier Guilbert, « Shiriagari Kotobuki », sur du9, l'autre bande dessinée,‎ 28 janvier 2006 (consulté le 1er novembre 2013) : « Pour la manière de dessiner, comme je suis un manga-ka du courant Heta-Uma[1], les gens se disent « même s’il dessine mal, on ne peut rien y faire ». [1] "Maladroit-génial", style initié dans la revue Garo. »
  8. « Tokyo Zombie », sur BoDoï (consulté le 1er novembre 2013) : « Le style graphique heta uma (dessin volontairement simple et grossier) […] »
  9. « Madoka Magica, Saturn Apartments Win Media Arts Awards »,‎ 15 décembre 2011 (consulté le 1er novembre 2013)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]