Konrad von Preysing

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Konrad von Preysing
Image illustrative de l'article Konrad von Preysing
Biographie
Naissance 30 août 1880
à Moosburg (Allemagne)
Ordination sacerdotale 29 juillet 1912
Décès 21 décembre 1950
à Berlin (Allemagne)
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
18 février 1946 par le
pape Pie XII
Titre cardinalice Cardinal-prêtre
de S. Agata de’ Goti
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 28 octobre 1932 par
Mgr Matthias Ehrenfried
Évêque de Berlin (Allemagne)
Évêque d'Eichstätt (Allemagne)

Blason
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Johann Konrad Augustin Maria Felix, cardinal, comte de Preysing-Lichtenegg-Moos né le 30 août 1880 au château de Kronwinkl, près de Landshut, Basse-Bavière et décédé le 21 décembre 1950 à Berlin a été évêque (catholique) d'Eichstätt en 1932, puis évêque de Berlin en 1935, et cardinal.

Biographie[modifier | modifier le code]

Konrad von Preysing, fut l'un des rares évêques qui continuèrent à défendre ouvertement et courageusement des opinions antinazies, même après l'arrivée au pouvoir de Hitler. Il faisait partie avec Fritz Gerlich et Ingbert Naab, les rédacteurs de la revue "Der Gerade Weg", d'un groupe de résistance catholique, le "cercle de Konnersreuth", qui se fixait pour objectif de trouver des mesures permettant de contrer le régime nazi.

Il avait à plusieurs reprises mis les autres évêques en garde contre le nazisme, était un ennemi déclaré du Concordat, et participa à la rédaction de l'encyclique Mit brennender Sorge du pape Pie XI.

Choqué par les télégrammes élogieux que le cardinal Bertram envoyait à Hitler, il démissionna en 1940 de son poste de secrétaire de presse de la Conférence épiscopale de Fulda.

Il rendit compte au Pape des événements se déroulant dans l'Allemagne nazie.

Le 17 janvier 1941, Mgr Konrad von Preysing, évêque de Berlin, écrit à Pie XII : « Votre Sainteté est certainement informée de la situation des juifs en Allemagne et dans les pays voisins. Du côté protestant comme du côté catholique, on me demande si le Saint-Siège ne pourrait pas lancer un appel en faveur de ces malheureux.»

Le 6 mars 1943, il demande à Pie XII de tenter de sauver des juifs de Berlin menacés par une nouvelle vague de déportations. «  N'est-il pas possible à votre Sainteté d'intervenir pour ces nombreux malheureux innocents  ?  », interroge-t-il. Le 30 avril plus tard, le pape lui répond qu'il appartient aux évêques locaux de dire quand il faut être silencieux et quand il faut parler, compte tenu des risques de représailles."[1]

Mgr Preysing est l'un des courageux évêques allemands qui ont le moins soutenu les guerres hitlériennes[2]. Il est enterré à l'église Saint-Sébastien de Berlin.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Monde du 26 octobre 2000
  2. Guenter Lewy, L'Église catholique et l'Allemagne nazie,Stock, 1964, p.204

Source de l'article[modifier | modifier le code]

Timbre poste 1980