Konin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Konin (homonymie).
Konin
Blason de Konin
Héraldique
Hôtel de ville
Hôtel de ville
Administration
Pays Drapeau de la Pologne Pologne
Région Grande-Pologne
Powiat Ville-powiat
Maire Józef Nowicki
Code postal 62-500 à 62-510
Indicatif téléphonique international +(48)
Indicatif téléphonique local 63
Immatriculation PN
Démographie
Population 80 618 hab. (2006)
Densité 983 hab./km2
Géographie
Coordonnées 52° 13′ 00″ N 18° 15′ 00″ E / 52.216667, 18.2552° 13′ 00″ Nord 18° 15′ 00″ Est / 52.216667, 18.25  
Superficie 8 200 ha = 82 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pologne

Voir la carte administrative de Pologne
City locator 14.svg
Konin

Géolocalisation sur la carte : Pologne

Voir la carte topographique de Pologne
City locator 14.svg
Konin
Liens
Site web http://www.konin.pl

Konin est une ville du centre de la Pologne, dans la voïvodie de Grande-Pologne. Konin est une ville-powiat, et est le chef-lieu du powiat de Konin sans. faire partie de son territoire.

Situation géographique[modifier | modifier le code]

La ville de Konin est située sur la Warta, dans la partie orientale de la Grande-Pologne. Elle se trouve à 100 km au sud-est de Poznań et à 50 km au nord de Kalisz. Elle s'est développée sur des terrains marécageux.

Konin est un nœud important sur le réseau routier, au carrefour de l’autoroute A2 (Berlin-Moscou) et de la route nationale 25 (Bydgoszcz-Kalisz).

Konin est traversé par la voie ferrée Berlin-Poznań-Kutno-Varsovie-Moscou.

La Warta constitue une voie fluviale de première importance. Konin est également relié à la mer Baltique via des lacs et des canaux.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site primitif de Konin est un îlot, à l’endroit où la route Kalisz-Kruszwica traversait la Warta. Konin s’impose rapidement comme un lieu de passage essentiel des routes commerciales reliant le nord au sud, l’est à l’ouest. Konin reçoit les droits de Magdebourg vers 1293. Le destin de la ville est étroitement lié à celui de la Pologne. En 1331, Konin est détruit par les chevaliers teutoniques. Casimir III le Grand reconstruit la ville et l’entoure de remparts. Un staroste s’installe dans le château (aujourd'hui disparu) et la ville devient le chef-lieu d’un arrondissement judiciaire. La ville se développe rapidement grâce à l’arrivée de nombreux artisans. Elle devient un important centre culturel et accueille les nouveaux courants religieux. Vers 1600, ce sont deux médecins exerçant à Konin qui fondent à l’Université jagellonne de Cracovie la plus vieille chaire d’anatomie de Pologne.

Au XVIIe siècle, épidémies, incendies et guerre avec la Suède provoquent le déclin de la ville. En 1815, avec la disparition du Duché de Varsovie, Konin se retrouve dans le Royaume du Congrès contrôlé par la Russie. En 1863, la ville participe à l’Insurrection de Janvier. La répression des autorités tsariste est sévère et la ville perd pour longtemps son statut de centre régional.

La situation économique ne s’améliore pas suite à l’indépendance de la Pologne en 1918. Les conditions de vie des habitants sont misérables. Il n’y a pas de réseau de distribution d’eau, pas d’égouts. La ville n’a pas bénéficié de la révolution industrielle. La crise économique de l’Entre-deux-guerres est durement ressentie. La situation ne commence à s’améliorer qu’avec le désenclavement de la ville, grâce à l’ouverture de la voie ferrée Poznań-Varsovie et à la construction du canal reliant la Warta au lac de Gopło.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Konin fait partie des terres annexées par l’Allemagne (Reichsgau Wartheland). Dans les forêts entourant la ville, les Nazis procèdent à des exécutions de masse de Polonais, principalement de confession juive. Les Juifs représentaient 30 % de la population avant la guerre.

Après la guerre, la ville connaît un nouvel essor économique, grâce à la découverte de gisements de charbon, ce qui provoque une explosion démographique. La ville compte 12 145 habitants en 1950, 40 744 en 1970, 83 517 en 2000, 79 359 en 2010

Monuments[modifier | modifier le code]

Słup Milowy
L’église saint André
  • Słup Milowy : le plus vieux poteau indicateur de Pologne (1151).
  • L’église saint André l’Apôtre, de style gothique (consacrée en 1444).
  • Le château Gosławicki, de style gothique (1420-1426), aujourd'hui transformé en musée régional.

Économie[modifier | modifier le code]

L’exploitation de charbon a fixé l’industrie lourde :

L’agro-alimentaire et la construction sont également présents.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]