Kongō-zue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kongō-zue au Ōkubo-ji, 88e et dernier temple du pèlerinage de Shikoku

Le kongō-zue ou kongō-jō (金剛杖?) est le bâton de bois porté par les yamabushi et les henro (pèlerins) au cours du pèlerinage de Shikoku au Japon. Le kongō-zue est censé représenter le corps de Kōbō Daishi et soutenir le henro en cours de route; comme tel, il est traité avec respect, ses « pieds » sont lavés et il est rentré à l'intérieur à la fin de chaque étape du pèlerinage[1],[2]. Il porte inscrit les chants Namu-Daishi-Henjō-Kongō et Dōgyō-Ninin ou « nous deux pèlerins ensemble »[3]. Une autre tradition veut qu'il soit tenu en l'air lors de la traversée d'un pont de sorte qu'il ne touche pas le sol et ne réveille pas Kōbō Daishi[2]. Les pèlerins laissent leur kongō-zue au Ōkubo-ji, le dernier temple, lorsqu'ils ont terminé le circuit[2]. Il existe une pratique funéraire occasionnelle dans le Shikoku et d'autres parties du Japon où les défunts sont habillés en pèlerins et placés dans le cercueil avec leur équipement et un nōkyō-chō pour leur dernier voyage[1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Reader, Ian, Making Pilgrimages: Meaning and Practice in Shikoku, University of Hawaii Press,‎ 2005, 57–59, 63 p. (ISBN 978-0-8248-2907-0)
  2. a, b et c Miyata, Taisen, The 88 Temples of Shikoku Island, Japan, Koyasan Buddhist Temple, Los Angeles,‎ 2006, p. 105
  3. Scott, David, « Travel:Around Shikoku in 60 days », The Independent (consulté le 21 avril 2011)