Kokcha

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kokcha
Illustration
Caractéristiques
Longueur ?
Bassin 21 900 km2
Bassin collecteur l' Amou-Daria (mer d'Aral)
Débit moyen 181 m3/s (Khajaghar)
Régime nivo-glaciaire
Cours
Se jette dans l' Amou-Daria
Géographie
Pays traversés Drapeau de l'Afghanistan Afghanistan

La Kokcha est une rivière du nord-est de l'Afghanistan qui prend sa source dans le massif de l'Hindou Kouch. C'est le principal affluent afghan de l'Amou-Daria qui coule avant tout dans la province de Badakhchan, mais aussi dans celle de Takhâr.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Kokcha prend naissance dans la partie orientale des montagnes de l'Hindou Kouch, dans le district de Kuran wa Munjan du Badakhchan. Elle naît de l'union de deux rivières : le Tagab-i-Anjuman et le Tagab-i-Munjan. La Kokcha coule suivant une orientation générale allant du sud-est vers le nord-ouest. Elle baigne Faïzâbâd, capitale de la province de Badakhchan, et après avoir traversé la province de Takhâr, termine son cours non loin de la province de Kunduz, où elle se jette dans l'Amou-Daria en rive gauche. Au niveau de son confluent se trouvent les ruines de l'importante cité hellénistique d'Aï-Khanoum.

La surface de son bassin versant est estimée à 21 900 kilomètres carrés[1].

Les districts de la province de Badakhchan - localisation de Kuran wa Munjan, Baharak et Faïzâbâd

Affluents[modifier | modifier le code]

Ses deux plus importants affluents sont le Warduj qui conflue avec la Kokcha peu après la localité de Baharak, et le Kichim.

Le bassin de la Kokcha[modifier | modifier le code]

La Kokcha est un cours d'eau abondant qui bénéficie non seulement d'importantes précipitations neigeuses sur les montagnes et d'eau de fonte des glaciers, mais aussi de pluies dans bien des régions de plus basse altitude. Son régime est surtout de type nivo-glaciaire.

Le bassin versant de la Kokcha est avant tout constitué de montagnes à raison de 60 % de sa surface environ. Les neiges éternelles en recouvrent plus ou moins 12 %. Les terres irriguées représentent 3 % du bassin, tandis que la proportion des terres cultivées non-irriguées mais arrosées par les pluies se monte à 18 %[2]

Les débits à la station de Khajaghar[modifier | modifier le code]

Le débit de la Kokcha a été observé pendant 3 ans (1964-1966) à Khajaghar ou Khwaja Ghar, situé peu avant le confluent de la rivière avec l'Amou Daria[3].

À Khajaghar, le débit inter annuel moyen ou module observé sur cette période était de 181 m3⋅s-1 pour un bassin versant de 20,600 km2.

La lame d'eau écoulée dans cette partie du bassin, de loin la plus importante du point de vue de l'écoulement, atteint ainsi le chiffre de 124 millimètres par an.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : Khajaghar
(données calculées sur 3 ans)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]