Knyaz Souvorov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Souvorov (homonymie).
Kniaz Souvorov (Князь Суворов)
Image illustrative de l'article Knyaz Souvorov
Le cuirassé Prince Souvorov à Cronstadt, août 1904

Histoire
A servi dans Naval Ensign of Russia.svg Marine impériale de Russie, 2e escadre du Pacifique
Quille posée juillet 1901
Lancement septembre 1902
Armé septembre 1904
Statut Coulé le 27 mai 1905 à la bataille de Tsushima
Caractéristiques techniques
Type Cuirassé
Longueur 121 mètres
Maître-bau 23,2 m
Tirant d'eau 8,9 m
Déplacement 13 733 tonnes (standard)
14 718 tonnes (max)
Propulsion 2 moteurs à vapeur à triple expansion verticale (TEV), 12 chaudières à charbon
Puissance 15 800 ch
Vitesse 18 nœuds (33 km/h)
Caractéristiques militaires
Blindage Krupp ceinture de 193 mm

Ponts : de 51 mm Tourelles : 254 mm, cloison anti-torpilles 25 mm Aéronefs :

Armement 4 × 305 mm (2 × 2), 12 × 152 mm (6 × 2), 20 × 75 mm, 20 × 47 mm, 4 tubes lance-torpilles 381 mm
Autres caractéristiques
Équipage 28 officiers et 754 hommes d'équipage
Chantier naval Chantiers navals de la Baltique de Saint-Pétersbourg
Port d'attache Port-Arthur

Le Kniaz Souvorov, en russe : Князь Суворов, en français : Prince Souvorov est un cuirassé de la classe Borodino construit par les chantiers navals de la Baltique à Saint-Pétersbourg pour la Marine impériale de Russie. Sa construction débute en juillet 1901, son lancement a lieu en septembre 1902, sa mise en service en septembre 1904. Ce cuirassé reçoit le nom du célèbre général russe Alexandre Souvorov. Il prend part à la bataille de Tsushima le 27 mai 1905.

En 1904, le Kniaz Souvorov fut placé sous le commandement du capitaine de 1er rang Vassili Vassilievitch Ignatsius (1854-1905)[1]. Le cuirassé fut affecté dans la 2e escadre du Pacifique placé sous le commandement de l'amiral Zinovi Rojestvenski, il appartint au 1er détachement blindé. Lors de la bataille de Tsushima, le Kniaz Souvorov est le navire amiral de la 2e escadre du Pacifique.

Comme les navires de sa classe, le Kniaz Souvorov souffre d'un trop haut centre de gravité et d'une surcharge. Les cuirassés de la classe Borodino sont les derniers bâtiments de guerre de ce type, un nouveau modèle de cuirassés voit le jour dont le HMS Dreadnought est le prototype (il est considéré comme la base de tous les cuirassés du XXe siècle).

Le Kniaz Souvorov ne fait pratiquement pas d'essais en mer. Lancé en septembre 1904, il reçoit son affection pour l'Extrême-Orient en octobre 1904 : en conséquence, son équipage ne possède aucune expérience sur ce bâtiment.

Historique[modifier | modifier le code]

Pavillon de la marine impériale russe Le Kniaz Souvorov sert dans la Marine impériale de Russie à peine neuf mois. Il prend part à une revue navale en présence de Nicolas II.

Afin de renforcer la flotte d'Extrême-Orient, le 15 octobre 1904, le Kniaz Souvorov quitta la Russie en compagnie d'autres bâtiments de guerre également affectés dans le 2e escadron du Pacifique. L'Angleterre ayant fermé le canal de Suez aux russes, l'escadre fut contrainte de faire le tour de l'Afrique pour passer dans l'océan Indien. Ajouté à de multiples incidents (incident du Dogger Bank, nuit du 21 octobre au 22 octobre 1904), le 2e escadron mit 8 mois pour rallier sa zone d'affectation, et une partie de la garnison russe de Port-Arthur capitula le 2 janvier 1905, avant son arrivée.

La perte du port, l'une des principales bases d'opérations navales russes, réduisit à néant le projet consistant à réunir la 1re escadre et la 2e escadre du Pacifique. La 2e escadre russe prit donc la décision de rallier le port de Vladivostok destiné à devenir la nouvelle base de la flotte russe. En raison du manque de charbon et de ravitaillement, l'amiral Zinovi Petrovitch Rojestvenski opta pour la route de la Corée passant près de l'île de Tsushima, chemin le plus court mais également le plus dangereux. Ralentie par les cuirassés côtiers et le navire hôpital, la 2e escadre du Pacifique progressait à une vitesse de 10 nœuds.

Bataille de Tsushima[modifier | modifier le code]

Au matin du 27 mai 1905, la flotte russe fut repérée par des bâtiments de guerre japonais. À 14 heures 05, le Kniaz Souvorov ouvrit le feu à une distance de 8 000 à 9 000 mètres. Les Japonais répondirent immédiatement aux tirs russes. La flotte japonaise concentra ses tirs sur le Kniaz Souvorov et l’Osliabia : à bord de ce dernier flottait encore le pavillon de l'amiral Dmitri Gustavovitch von Fölkersahm, décédé depuis trois jours. Se méprenant sur le véritable statut du navire amiral Osliabia, les Japonais concentrèrent leurs tirs sur ce cuirassé, qui fut coulé à 15 heures 15.

Puis les Japonais manœuvrèrent pour se présenter perpendiculairement à la ligne de bataille russe (barrer le T). La distance entre les navires se réduisit à 3 500 mètres, de telle sorte que le blindage pût être perforé. Dès le début du combat, le Kniaz Souvorov subit de graves dommages et un incendie se déclara à bord. Munis des quelques armes en état de fonctionner, les marins continuèrent le combat, mais le Kniaz Souvorov, trop endommagé ne put être sauvé : torpillé, il coula à 19 heures 20. Au cours de la bataille, l'amiral Rojestvenski fut blessé.

Amiral Zinovi P. Rojestvenski

Liste des officiers et des marins tués lors de la bataille[modifier | modifier le code]

  • Mouilleur de mines capitaine 2e rang Pavel Pavlovitch Makelonchine
  • Officier d'artillerie colonel Fedir Arkadievitch Bersenev
  • Lieutenant Evgueny Sventorjetsky
  • Lieutenant Sergey Sverbeïev
  • Lieutenant Alexeï Novosiltsev
  • Officier adjudant prince Georges Rostomovitch Tsereteli
  • Officier adjudant Vladimir Kozakiewicz
  • Ingénieur mécanicien colonel Leonid Nikolaïevitch Stratanovitch
  • Assistant ingénieur naval Evgueni Sigismoundovitch Politovsky
  • Capitaine 1er rang et commandant du Kniaz Suvorov Vassili Vassilievitch Ignatsius
  • Capitaine 2 Andreï Makelonchine
  • Vérificateur lieutenant Piotr I. Ornatov
  • Mouilleur de mines lieutenant Nikolaï Ivanovitch Bogdanov
  • Officier d'artillerie lieutenant Piotr V. Vladimirsky
  • Lieutenant Alexandre A. Prokhorov
  • Adjudant Nikolaï Ilitch Koulnev
  • Officier de navigation lieutenant Vladimir Zotov
  • Adjudant Mikhaïl S. Krajewski
  • Lieutenant Anatoly Redkine
  • Lieutenant Boris Arsenievitch Dantchitch
  • Adjudant-chef, Alexandre A. Floro
  • Officier de quart adjudant Vladimir Fomine
  • Officier de quart adjudant Boris Chichkine
  • Officier de quart adjudant Georgy Ivanovitch Joukovski
  • Officier de quart adjudant Dmitry Golovnine
  • Officier de quart Werner von Kursel
  • Mécanicien de bord Boris V. Vernander
  • Mécanicien de bord adjoint Pavel Stepanovitch Fediouchine
  • Mécanicien de bord adjoint R. Heinrich Krimmer
  • Mécanicien de bord adjoint Sergueï Mitrofanovitch Malyguine
  • Mécanicien de bord Nikolaï White
  • Mécanicien de bord adjoint Georg Gottliebovitch Hirburger
  • Médecin de bord Alexandre Mitrofanovitch Nadeïne
  • Médecin assistant de bord Apollon M. Matavkine
  • Maître de chapelle luthérien Friedrich Dietsch
  • Aumônier orthodoxe du Kniaz Souvorov le Père hiéromoine Nazaire

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. dic.academic.ru

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  • A.S. Novikov-Priboj : Tsushima, 1955, édition populaire de Berlin
  • W. Posnachirev : Vice-Admiral Rojestvenski - Question de l'histoire , 1993, (russe.)
  • W. Posnachirew : « Amiral Rojestvenski la dette et l'honneur », dans la revue Армия, 1992, numéro 2, p. 66-72 (russe)

Ouvrages de références[modifier | modifier le code]

  • R.A Burt : Japanese Battleships, 1897–1945
  • Sir Julian Corbett : Maritime Operations in The Russo-Japanese War 1904–1905, 1994 (ISBN 1-55750-129-7)
  • Tony Gibbons: The Complete Encyclopedia of Battleships, Crescent Books, New York, 1983 (ISBN 0-517-37810-8)
  • Richard A. Hough: The Fleet That Had To Die, Ballantine Books, New York 1960
  • Hugh Lyon: The Encyclopedia of the World's Warships, Chartwell Books, 1985 (ISBN 0-89009-780-1)
  • S. MacLaughlin: „Aboard the Orel at Tsushima“, in Warship 2005, Conways Maritime Press 2005
  • Alexei Silytsch Nowikow-Priboi: Tsushima, George Allen & Unwin Ltd., London 1936
  • Constantin Pleshakov: The Tsar's Last Armada: Epic Voyage to the Battle of Tsushima, 2002 (ISBN 0-46505-792-6)
  • Antony Preston: World's Worst Warships, Conways Maritime Press 2002
  • John Roberts, HC Timewell, Roger Chesneau (Hrsg.), Eugene M. Kolesnik (Hrsg.): Kriegsschiffe der Welt 1860 bis 1905 – Band 2: USA, Japan und Rußland, Bernard & Graefe Verlag, Koblenz, 1983, (ISBN 3-7637-5403-2)
  • V.M. Tomitch: Warships of the Imperial Russian Navy, Vol. 1: Battleships, 1968
  • Denis and Peggy Warner: The Tide at Sunrise, A History of the Russo-Japanese War 1904–1905, 1975 (ISBN 0-7146-5256-3)

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :