Knol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Knoll.
Logo de Knol

URL http://knol.google.com
Slogan Une unité de savoir
Commercial Oui
Type de site Web 2.0
Propriétaire Google
Créé par Google
Lancement 23 juillet 2008[1]
Fermeture 1er mai 2012[2]
Revenus Recettes publicitaires AdSense partagées entre auteur et hébergeur
État actuel Fermé

Knol est une plate-forme d'échange d'informations[3] sur Internet créée par Google, dont le concept central est — selon l'article[4] publié le 13 décembre 2007 sur le blog officiel de Google par Udi Manber, vice-président de l’ingénierie et co-inventeur du concept — « de mettre en lumière les auteurs ». Udi Manber ajoute : « nous pensons que connaître l'identité des personnes qui écrivent les articles aiderait significativement les utilisateurs à mieux se servir du contenu du Web[5],[6],[7],[8] ». Google souhaite que les contenus couvrent « tous les sujets, allant des concepts scientifiques à l'information médicale, de la géographie à l'histoire, les loisirs, les modes d'emploi ou les produits[9] ».

Knol est un mot-valise issu de Knowledge (connaissance) et de Mol (abréviation de mole, unité de mesure de quantité de matière chimique). Un Knol est donc une petite quantité de connaissance (« a unit of knowledge ») c'est-à-dire un article que l'on souhaite faire partager à d'autres utilisateurs. Enfin, le slogan du site : « Write a knol » se veut phonétiquement proche de « Write a note ».

Au bout de quatre ans d'existence, malgré un concept innovant, Knol restait un échec commercial et son audience n'atteignit jamais le grand public[10]. Le 22 novembre 2011, Google annonce qu'il ferme définitivement la plateforme à partir du 1er mai 2012[11], avec quelques-uns de ses autres projets : Google Wave, Google Bookmark Lists et Google Friend Connect.

Concept[modifier | modifier le code]

Udi Manber, vice-président de l’ingénierie, Google Inc.

Le concept central du projet Knol est de mettre en avant les auteurs, de diffuser des articles signés. Une présentation de l'auteur sera disponible depuis l'article visité : nom, prénom, profession, domaine de compétence, photographie.

Les articles seront classés par l'algorithme de Google, l'ordre de classification dépendrait donc principalement du nombre de consultations, la possibilité de coexistence de plusieurs articles sur le même sujet faisant jouer la concurrence entre auteurs, plutôt que la collaboration promulguée par Wikipédia.

Comme dans un blog, des commentaires et des questions peuvent librement être postés par les lecteurs, de façon anonyme, à la suite des articles, mais la modification de l'article lui-même par les lecteurs est possible seulement si l'auteur y est favorable. Un mécanisme permettant l'évaluation par les pairs (validation par un comité de lecture), comme cela se fait classiquement dans le monde scientifique, est actuellement[Quand ?] en développement par l'équipe Google.

Tout internaute pouvant écrire un article sur le sujet de son choix, plusieurs knols pourront traiter du même sujet en exprimant éventuellement des opinions différentes, voire contradictoires. Pour Udi Manber, « la concurrence des idées est une bonne chose ».

Les lecteurs ont la possibilité de voter pour la version de l'article de leur choix, ce qui élèvera sa position dans le classement (position sur la plate forme regroupant les articles et également dans le moteur de recherche Google) si plusieurs knols sont disponibles sur le même sujet.

L'auteur a la possibilité d'intégrer des publicités Adsense dans son article. Il percevra alors une part importante des recettes publicitaires, le reste revenant à Google. Google propose en effet dans ses conditions générales d'utilisation aux « auteurs » d'un Knol de participer à son programme publicitaire.

Les articles knol, indexés dans les moteurs de recherche du net, sont accessibles gratuitement dans le monde entier.

Les knols peuvent être publiés sous licence Creative Commons, qui permet la copie et la distribution si le nom de l'auteur est cité[12] ou avec un copyright « Tous droits réservés ».

Historique[modifier | modifier le code]

Réactions en décembre 2007[modifier | modifier le code]

Florence Devouard, présidente de la Wikimedia Foundation, s'inquiète du fait « que l’équipe chargée du contrôle de la qualité de Knol, sera aussi celle chargée de s’occuper de l’indexation dans Google[13] ». Sachant que 50 %[14] du trafic de Wikipédia provient de Google, elle s'inquiète de voir la principale source de financement des serveurs disparaître, à savoir les dons des visiteurs. Elle émet l'hypothèse que Google chercherait à monétiser le trafic lié aux internautes à la recherche d'informations encyclopédiques, à la suite du refus d'un accord publicitaire avec Google de la part de la Wikimedia Foundation[13]. Florence Devouard : « Je pense que Knol est probablement notre plus grande menace depuis la création de Wikipédia. Vraiment la plus grande. Peut-être pas le projet lui-même, mais la compétition que Knol va engendrer, les conséquences au niveau du Page Rank, le tsunami sur le plan financier, la confusion dans les esprits à propos du concept de liberté[15]. »

Jimmy Wales, président d'honneur de la Wikimedia Foundation, qui héberge les projets Wikipedia, s'est félicité du lancement de Knol, affirmant notamment que « plus il y a de contenu libre, mieux le monde se porte[16]. »

Noël Blandin, éditeur-directeur de publication de La République des Lettres, déclare : « On peut prédire sans grand risque un futur exode massif des meilleurs auteurs de Wikipédia vers Knol[17] ». Eoin O'Carroll, journaliste au Christian Science Monitor, indique que la pollinisation croisée entre Wikipédia (où les articles sont publiés sous GFDL) et Knol sera possible grâce à la publication des Knols sous licence Creative Commons.

Pour Henry Blodget, analyste, « Google continue d'utiliser une approche similaire à celle de Microsoft : prendre à quelqu'un une bonne idée, faire encore mieux, et lancer le rouleau compresseur de la concurrence. Dernière trouvaille : un mécanisme collaboratif pour tuer Wikipédia et About.com, Knol[18]. »

Knol comptait plus de 100 000 articles en janvier 2009[19].

Lancement du site[modifier | modifier le code]

Le projet a été officiellement ouvert au public le 23 juillet 2008[1].

  • La fonction d'authentification des auteurs n'est disponible à ce stade que pour les auteurs des États-Unis[20], la vérification d'identité peut se faire par téléphone ou par numéro de carte bancaire.
  • La présentation graphique nécessite une définition d'écran supérieure à 800 px × 600 px (le menu de droite est tronqué dans le cas contraire).
  • La version en français est lancée le 30 octobre 2008[21].

Année 1 en France : quel bilan ?[modifier | modifier le code]

La communauté francophone des Knolacteurs publie un bilan détaillé d'une année de pratique de la nouvelle plateforme :

observe son évolution et ausculte son futur :

et propose enfin sa devise pour Knol Francophone :

  • « Gutenberg a permis aux hommes de lire et Knol leur a permis d’écrire ! ».

100 000 knols sont dénombrés début 2009[22]. Alors que nombre d'observateurs de la blogosphère pensent que les plateformes Knol et Wikipédia sont concurrentes, certains knolacteurs[23] pensent clairement le contraire[24] et commencent déjà à imaginer les complémentarités entre les deux outils collaboratifs de synthèse des savoirs[25].

Plateforme[modifier | modifier le code]

La plateforme comprend de nombreux outils de management de ses knols :

  • éditeur de texte, insertion de photos, insertion de références,
  • gestion de la modération de ses knols, dépôt de commentaires sur un knol,
  • gestion de collections thématiques,
  • page personnelle d'auteur permettant de présenter ses références et son expérience.

Organisation[modifier | modifier le code]

Fermeture de Knol[modifier | modifier le code]

La société Google a annoncé la fermeture de Knol pour l'année 2012[28]. Le 6 mars, la direction de Google a diffusé aux titulaires de compte Google un message annonçant la fermeture de Knol à la consultation après le 30 avril 2012. Le téléchargement des articles restera ouvert jusqu'au 1er octobre 2012. Les auteurs ont la possibilité de transférer leurs articles vers une structure créée pour cela, nommée Annotum[29], créée par Google en coopération avec un des éditeurs de Wordpress[30].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Keith Dawson, « Google's Knol, Expert Wiki, Goes Live - Slashdot », sur Slashdot,‎ 23 juillet 2008 (consulté le 26 juillet 2012)
  2. « Knol » (consulté le 26 juillet 2012)
  3. « platform for sharing information », knol.google.com, introduction to Knol, consulté le 24 juillet 2008.
  4. Udi Manber, « Encouraging people to contribute knowledge », Google,‎ 13/12/2007 (consulté le 14/12/2007).
  5. Christofer Ciminelli, « Knol, l'enyclopédie selon Google », SVMlemag.fr,‎ 14/12/2007
  6. Barry Collins, « Google unveils Wikipedia rival », PC Pro,‎ 14/12/2007 (consulté le 14/12/2007)
  7. Duncan Riley, « Google Knol: A Step Too Far? », TechCrunch,‎ 14/12/2007 (consulté le 14/12/2007)
  8. Rhys Blakely, « Google unveils rival to Wikipedia », The Times,‎ 14/12/2007 (consulté le 14/12/2007)
  9. « Google lance Knol pour concurrencer Wikipedia », lemonde.fr,‎ 15/12/07 (consulté le 15/12/07)
  10. Carole boinet[http://www.lesinrocks.com/2012/10/01/actualite/google-met-knol-k-o-11308845/ "Knol, le Wikipédia de Google est mis hors service", Les Inrocks, 1er octobre 2012
  11. Urs Hölzle, « More spring cleaning out of season », Blog officiel de Google, 22 novembre 2011.
  12. Google developing Wikipedia rival | csmonitor.com
  13. a et b (fr) Frédérique Roussel, « Florence Devouard : « Avec Knol, Google pense capter une partie du trafic de Wikipédia » », ecrans.fr,‎ 18 décembre 2007 (consulté en 19 décembre 2007)
  14. Google Traffic To Wikipedia up 166% Year over Year
  15. Wikipedia Blog:
  16. The more good free content, the better for the world, 14 décembre 2007.
  17. Google Knol
  18. « Google continues to take a page from the early Microsoft play-book: Take someone else's cool idea, do it better, and steamroll the competition. Next up: a human-generated Wikipedia and About.com (NYT) killer, Knols », in « Google to Wikipedia: You're Toast », Silicon Alley Insider, 14 décembre 2007.
  19. (en) The Official Google Blog, « 100,000th knol published », googleblog.blogspot.com,‎ 16 janvier 2009 (consulté le dimanche 21 mars 2010)
  20. knol.google.com name verification faq, 24 juillet 2008.
  21. http://www.zdnet.fr/actualites/internet/0,39020774,39384544,00.htm?xtor=RSS-1
  22. http://www.wikio.fr/article/88399572 Knol, propose déjà 100.000 articles de haute qualité !]
  23. knolacteurs
  24. Voir Pourquoi Knol et Wikipedia ne sont pas concurrrents.
  25. Voir Pourquoi Knol est-il un grand prématuré et Wikipédia un grand vieillard ?
  26. « Google launches Wikipedia rival Knol », zdnet.co.uk, 24 juillet 2008.
  27. « Knol is open to everyone », blog officiel de Google, 23 juillet 2008.
  28. http://www.webrankinfo.com/dossiers/produits-google/fermetures-produits
  29. Annotum, présentation du projet [lire en ligne] sur le site de Crowd Favorite.
  30. Voir le communiqué de Google [lire en ligne].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :