Klingenthal (Bas-Rhin)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Klingenthal (homonymie).
Klingenthal
Vue sur l'église et le centre de Klingenthal
Vue sur l'église et le centre de Klingenthal
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Bas-Rhin
Arrondissement Molsheim
Géographie
Coordonnées 48° 28′ 00″ N 7° 25′ 00″ E / 48.4667, 7.4166748° 28′ 00″ Nord 7° 25′ 00″ Est / 48.4667, 7.41667  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 15.svg
Klingenthal

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 15.svg
Klingenthal

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Klingenthal

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Klingenthal

Klingenthal (littéralement vallée des lames) est un hameau partagé par la rivière Ehn entre les communes françaises de Bœrsch et d'Ottrott, dans le département du Bas-Rhin.

Le village était célèbre pour sa manufacture d'armes blanches.

Armoiries[modifier | modifier le code]

Blason-ville fr Klingenthal (Bas-Rhin - Alsace).svg

Faits marquant de son histoire[modifier | modifier le code]

Ancienne école communale transformée en musée
  • En 1730, création de la Manufacture Royale d'Armes Blanches.
  • En 1792, devient Manufacture Nationale d'Armes Blanches.
  • En 1804, devient Manufacture Impériale d'Armes Blanches.
  • En 1815, redevient Manufacture Royale.
  • En 1838, devient Entreprises Coulaux Ainé et Compagnie.
  • En 1840, devient Entreprises Coulaux et Compagnie.
  • En 1925, devient Coulaux et Compagnie S.A.
  • En 1962, la dernière forge du Klingenthal cesse son activité.+

Histoire[modifier | modifier le code]

La manufacture d'armes (1830)

Jusqu'au bout du XVIIe siècle, la France ne disposait pas de manufacture forgeant les lames pour les armes blanches. Elle importait ses lames de Solingen en Westphalie (Allemagne). Louis XV décide d'y remédier et charge le secrétaire d'État à la Guerre, Nicolas Prosper Bauyn d'Angervilliers, d'établir une manufacture d'armes blanches en son Royaume. Le 15 juillet 1730 le Roi délivre ainsi des lettres patentes pour l'établissement d'une Manufacture royale d'armes blanches en Alsace. Jean-Henri d'Anthès exploite et dirige les différentes forges en Haute-Alsace (actuel Haut-Rhin). Il choisit la vallée de l'Ehn, en amont d'Obernai, en raison de la présence du cours d'eau obligatoire pour la production d'énergie nécessaire au fonctionnement des usines, de nombreuses matières premières utiles à la construction et au fonctionnement de l'usine (bois, grès). La proximité du Rhin permet le transport de l'acier venant de Siegen[Lequel ?] et de l'Arsenal de Strasbourg pour l'écoulement des armes et la pratique de l'alsacien, en usage dans la région, permet aux premiers ouvriers venus de Solingen de mieux s'intégrer.

La manufacture de Klingenthal faisait partie des manufactures d'armes impériales avec notamment pour les armes blanches la manufacture de Versailles et la manufacture d'armes de Saint-Etienne, ainsi que celles de Charleville et de Turin.

Pour les armes à feu, les manufactures impériales de Tulle, Maubeuge, Mutzig, Roanne, Culembourg, Liège puis plus tard celle de Châtellerault.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Martine Ameur, Elisabeth Gressier, Simone Metz-Schillinger (et al.), Boersch, Klingenthal, Saint-Léonard : lieux d'histoire, ID l'éd., Strasbourg, 2002, 88 p. (ISBN 2-913302-65-3)
  • Alphonse Grau, Chronique de la ville de Boersch (d'origine gauloise) et de ses annexes St-Léonard et Klingenthal, Société d'édition de la Basse-Alsace, Strasbourg, 1952, 210 p.
  • Pierre Hauss, « Une entreprise originale dans la région d'Obernai : la manufacture d'armes blanches de Klingenthal, 1730-1836 », in Annuaire de la Soc. d'hist. et d'arch. de Dambach-la-Ville, Barr, Obernai, no 28, 1994, p. 107-112
  • Pierre Hauss, « Vivre et travailler au Klingenthal (1730-1836) », in Annuaire de la Soc. d'hist. et d'arch. de Dambach-la-Ville, Barr, Obernai, no 29, 1995, p. 65-73
  • Pascal Hennecent, La manufacture royale d'armes blanches de Klingenthal : 1730-1835, contribution à l'étude comparée des relations politiques, économiques et sociales dans les manufactures d'armes d'État, Université de Strasbourg 2, 1994, 215 p. (mémoire de maîtrise d'Histoire)
  • (de) Frédéric Koritké, Die Ehemalige königliche « Manufacture d'armes blanches » zu Klingenthal : und ihre Beziehungen zu den Walfenfabriken zu Solingen, Châtellerault und Saint-Étienne-Unieux, Studie von Fr. Koritké. Mit erläuternden Holzschnitten von Ch. Greyenbühl (préface de Robert Redslob), Impr. des Dernières nouvelles de Strasbourg, Strasbourg, 1954, 64 p.
  • Paul Stintzi, Klingenthal ou la Vallée des Lames, Heiligenstein, Strasbourg, 1984, 36 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :