Kleptocratie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une kleptocratie est un terme péjoratif désignant un système politique où une ou des personnes à la tête d'un pays pratiquant à une très grande échelle la corruption.

Généralement, ces personnes pratiquent le blanchiment d'argent, de manière à dissimuler l'origine de leur richesse.

Ce terme est fréquemment utilisé à propos des revenus tirés de l'exploitation de matières premières, en particulier le pétrole, le gaz naturel ou les diamants en Afrique ou les pays de l'ex-URSS. Il a aussi été employé pour décrire la nature des régimes tunisien, sous la présidence de Zine el-Abidine Ben Ali et du clan Trabelsi[1], libyen, sous la direction de Mouammar Kadhafi[2], ou ivoirien, sous la présidence de Félix Houphouët-Boigny[3], ou encore iranien sous Khamenei.

Origine[modifier | modifier le code]

Formé à partir des racines grecques kleptos (vol) et kratos (pouvoir) ; il signifie donc « gouvernement des voleurs ».

C'est un terme forgé par l'écrivain Patrick Meney, pour désigner le gouvernement russe de la fin de la période communiste (période des privatisations) et de l'ère Eltsine. On constate toutefois une dérive de l'utilisation du terme, utilisé également pour désigner la corruption généralisée, réelle ou supposée, des gouvernements.

Nuance[modifier | modifier le code]

Dans son essai De l'inégalité parmi les sociétés, Jared Diamond donne un sens différent à la kleptocratie. Il présente ce système politique comme une confiscation du pouvoir par une élite au détriment du peuple. La kleptocratie ne menant pas nécessairement à la corruption, même si elle peut y conduire.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]