Klaske Hiemstra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Hiemstra
Klaske Hiemstra

Klaske Hiemstra (1954) est un écrivain néerlandais. Elle a laissé des nouvelles et des contes écrits en langue frisonne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Klaske Hiemstra est née de parents frisons le , à Vledder, dans le pays de Drenthe aux Pays-Bas, où elle grandit dans le bilinguisme. Dès l’âge de huit ans, elle publie des nouvelles et des poèmes en néerlandais pour les enfants dans le journal frison De Friese Koerier.

Pendant ses études en langue et littérature néerlandaise, elle a choisi comme matière secondaire la littérature universelle et la littérature moderne frisonne. Klaske Hiemstra commença son métier d'écrivain en 1996, dès lors qu’elle était priée d’adhérer au conseil d’administration du Skriuwersboun, le syndicat des écrivains frisons. Dans les années 2010, elle a œuvré dans cette langue comme chroniqueuse sur le site du Conseil du Mouvement frison[1].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Retoer Skylge (2004) (Retour Terschelling), un roman autobiographique du phénomène « images du subconscient ».
  • It rinnen fan Silke (2006) (le tour de Silke), un roman sur une fille qui fait des études juristes à Groningen et qui doit vivre avec le fait que sa mère souffre d’une maladie terminale. Elle fait tout son possible pour s’évader des sentiments embarrassants.

Contes de fée[modifier | modifier le code]

  • It lân fan altyd snein (1996) (Le pays où tous les jours, c'est dimanche) dans le livre du Musée Frise dans Leeuwarden : « De bok, it gouden aai en de sân ravens » (Le bouc, l’œuf d’or et les sept corbeaux). Klaske Hiemstra avait le troisième prix avec son conte.
  • Eilânreis (2007) (la tour d’île), un conte de fées à la recherche à la mère de deux sœurs, dont l'une est handicapée mentale. Symbolique fantastique.

Poèmes[modifier | modifier le code]

  • De skaadfrou (2003) (la femme d’ombre).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]