Kiyohara Tama

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Kiyohara Tama

Description de cette image, également commentée ci-après

Tama Kiyohara à Palerme (en 1882-1883 environ)

Nom de naissance Kiyohara Tamayo
Naissance 1861
Edo
Décès 1939
Tōkyō
Nationalité japonaise
Activités Peintre
Dans ce nom japonais, le nom de famille est "Kiyohara".

Kiyohara Tama (清原玉) (Tokyo, 18611939), également connue sous les noms Kiyohara Otama (清原 お玉), Eleonora Ragusa (エレオノーラ ラグーザ), ou Ragusa Tama (ラグーザ玉) est une artiste peintre japonaise qui a passé la plupart de sa vie dans la ville de Palerme.

Avec son mari Vincenzo Ragusa, elle a joué un rôle d'intermédiaire culturel entre l'Italie et le Japon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Kiyohara est née à Shiba, district de Minato. Son père était gardien du célèbre temple bouddhique Zōjō-ji. Avant d'entrer dans l'école primaire, elle a commencé à étudier la peinture japonaise.

En 1878, elle a été la première Japonaise à poser pour un artiste européen : à l'âge de 17 ans, elle fut la modèle du sculpteur sicilien Vincenzo Ragusa[1], qui était professeur de sculpture à Tokyo.

Palerme[modifier | modifier le code]

En 1882, à l'âge de 21 ans, elle se rend à Palerme avec sa sœur et son beau-frère, accompagnant Vincenzo Ragusa. Dans la même année, Ragusa ouvre l'Ecole Supérieure des Arts Appliqués (Scuola Superiore d'Arte Applicata).

En 1889, elle épousa Vincenzo Ragusa et prit le nom italien de Eleonora Ragusa.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Kiyohara a produit de nombreux tableaux et dessins et a également travaillé comme illustrateur reporter pour le tribunal de Palerme et pour la presse.

Ses œuvres qui sont restés en Italie se trouvent en diverses collections privées. La plupart des œuvres au Japon ont été détruits par les bombardements de Tokyo en 1945.

Peintures[modifier | modifier le code]

  • Ragazze in barca sul lago, huile sur toile, 168 × 250 cm.
  • La Notte dll'Ascensione, huile sur toile.
  • Peintures murales de la salle à manger de Villa Caruso Valenti à Palerme, 1906-1908.
  • Primetemps, 1912.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Portrait de Tama Kiyohara par Vincenzo Ragusa, Musée de l'Université des Arts de Tokyo. URL consultée le 2 mars 2011

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (ja) Takeshi Kimura, Ragusa Otama Jijoden (Autobiographie de Otama Ragusa), Kobunsha, Tokyo, 1980.
  • (ja) Akira Nakao, Ikyo ni Saita Nadeshiko no Hana: Italia ni watatta Nihon sho no Joryu Yogaka Ragusa Tama (La fleur rose qui a fleuri dans la terre étrangère: Tama Raguse, la première femme peintre japonaise en Italie), PHP Kenkyusho, Tokyo.
  • (ja) Etsuko Kaji. Ragusa Tama, Joryu yogaka daiichigo no shogai (La vie de Tama Ragusa, la premiere japonaise qui a peint à l'huile), Nihon Hoso Shuppan Kyokai, Tokyo, 1984 (ISBN 4-14-003022-4)
  • (it) Fabio Olivieri. O Tama. Dal Sol Levante all'isola del sole', Krea, Palerme, 2003.
  • (it) V. Crisafulli. 1884. Vincenzo Ragusa e l'Istituto d'Arte di Palermo, Kalos, Palerme, 2004 (ISBN 88-89224-06-1)
  • (it) Maria Antonietta Spadaro, O'Tama e Vincenzo Ragusa. Echi di Giappone in Italia. Palerme, Kalòs, 2008 (ISBN 88-89224-46-0)
  • (it) V. Crisafulli, L. Paderni, M. Riotto, Kiyohara Tama. La collezione dipinta, Sellerio, Palerme, 2009 (ISBN 978-88-7681-178-4)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :