Kiteboat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un kiteboat est un bateau principalement tracté par un cerf-volant, qu'il soit conçu pour, modifié ou de série. Malgré l'existence de nombreux prototypes utilisant des cerfs-volants pilotés manuellement[1],[2],[3] ou automatiquement[4] et de quelques supports commercialisés[5] ou en voie de commercialisation[6],[7] [Quoi ?]. En France, le ministère de la Jeunesse et des Sports délègue la gestion des sports connexes au cerf-volant à la Fédération française de vol libre[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Il y a déjà 1000 ans, les hawaïens utilisaient des cerfs-volants pour tirer des canoës entre les îles, avant les premiers contacts avec les européens[9]. Marco Polo témoigne d'habitants des îles Samoa utilisant les kites[10].

En 1903, le concept de kiteboat est créé en Europe par Samuel Cody[11], qui réalise la première navigation (traversée de la Manche) avec une barque tractée par un cerf-volant de son invention.

1984 : Premier test d'un C-kite par les frères Legaignoux sur une annexe de voilier
1990. Un prototype d'engin gonflable des frères Legaignoux destiné à un usage grand public

Il faudra attendre 1980 pour voir à nouveau émerger le concept mais dans un registre très différent, celui du cerf-volant de secours. Cette année là, Arnaud de Rosnay utilise le cerf-volant (de type parafoil) pour tracter son embarcation de nuit lors d'une navigation en planche à voile dans le Pacifique[12]. À son retour de la traversée, il dépose un brevet concernant un kit de secours en mer contenant un cerf-volant et un ensemble d'éléments de signalisation. Le brevet n'est pas exploité commercialement.

Dans les années 1980, le cerf-volant de traction connaît un engouement croissant sur terre et sur l'eau. Les ailes souples développées par Jalbert pour la NASA[Quoi ?] sont utilisés par les cerfs-volistes pour la pratique sportive. Durant cette période, quelques prototypes font leur apparition à la semaine de vitesse de Brest. On retiendra notamment :

  • 1982 : Ian Day sur Jacob's Ladder (Tornado tracté par un train de cerfs-volants Flexifoil[13]) bat le record de vitesse en classe C avec 25 nœuds (46 km/h)[14],[10]
  • 1990 : Gilles et Loic Durand sur O-PAF battent le record de vitesse en classe C avec 27 nœuds[15],[16]

Dans ces années là, Peter Lynn met au point son premier kiteboat de série, un petit tripode monoplace. La commercialisation est un échec et Peter Lynn remplace les flotteurs par des roues. Le char à cerf-volant est né. Il connaît un succès important. Au Canada, dans le nord de l'Europe ou encore en Russie, les roues seront remplacées par des patins et l'engin retourne sur l'eau... enfin... sur la glace.

1995. Trimaran à foils en V des frères Legaignoux
Le trimaran sur ses foils (frères Legaignoux).

En 1995, le kiteboat connaît une étape importante avec la traversée de l'Atlantique par Nicole van de Kerchove. Partie des îles Canaries sur un Jod24, elle atteindra la Guadeloupe 28 jours plus tard, n'utilisant que des cerfs-volants mono-ligne pour se propulser dans la direction du vent. Son objectif était de démontrer l'intérêt du cerf-volant pour l'assistance de bateau en situation de détresse.

Depuis que cette pionnière a ouvert un nouveau sillage, de nouvelles navigations ont vu le jour, notamment :

  • 2006 : Traversée de l'Atlantique Nord de New-York à Ouessant par Anne Quéméré[17],[18] avec une aile de traction de série pilotée manuellement.
  • 2010 : Traversée de l'Atlantique d'un catamaran à moteur de série sans moteur des Canaries à la Guadeloupe par Vincent Leblond et Jean-Marc Meunier.
  • 2011 : Traversée du Pacifique par Anne Quéméré avec une aile de traction de série pilotée manuellement.

Le cerf-volant de secours cher à Nicole van de Kerchove a fait une timide apparition. On retiendra le sauvetage d'Anne Quéméré en 2008 lors de sa première tentative de traversée du Pacifique, ou encore la performance de Christophe Lemur en 2009 dans la course transatlantique à la rame Bouvet-Guyane : privé de safran, il finit les 1500 derniers milles de sa traversée tracté par un cerf-volant de 2 m2 un vol non-stop de 15 jours pour ce cerf-volant.

Avantage par rapport à la voile[modifier | modifier le code]

  • Application de la traction de la voile en un point où elle minimise ou annule la gite, ce qui permet de supprimer la quille et de gagner du poids ou réduire le tirant d'eau..
  • Possibilité de capter le vent plus haut, où il est plus établi et plus fort qu'à la surface.
  • Économie lié à la suppression ou réduction du mât.
  • Possibilité grâce aux mouvements de l'aile de balayer une surface plus grande qu'une voile et ainsi d'avoir une puissance supérieure pour une même surface de voilure.
  • Au vent arrière, un écoulement laminaire peut-être obtenu sur l'aile grâce au vol dynamique[19].
  • Portance apportée par le cerf-volant permettant de réduire la trainée de la coque.
  • Possibilité momentanée d'avoir un surcroit de puissance grâce au vol dynamique, pratique si le vent baisse ou pour passer, soit au planning soit sur foils.
  • Réduction du couple à piquer susceptible de faire enfourner le bateau dans les vagues[20].
  • Meilleur champ de vision

Avantage par rapport au kitesurf[modifier | modifier le code]

[21],[22],[23]

  • Possibilité de naviguer à plusieurs.
  • Accès aux personnes handicapés[24],[25], ou moins sportives.

Inconvénient par rapport à la voile[modifier | modifier le code]

  • Risque de chute du cerf-volant.
  • Besoin de stabiliser le cerf-volant (pilotage manuel permanent, coût de l'électronique, ou stabilisation passive entrainant une diminution de la performance).
  • Risque de perte de contrôle de l'aile en cas de décrochage.
  • Difficulté à déployer/replier la voilure.
  • Force de traction variable lors du vol en dynamique pouvant entraîner une variation dans les efforts sur la barre, pouvant surprendre le barreur[23].
  • Difficulté pour virer de bord[16].
  • Force aérodynamique évoluant dans les 3 directions et avec des pics très considérables en vol dynamique.

Inconvénient par rapport au kitesurf[modifier | modifier le code]

  • Difficulté de la navigation en solitaire (pilotage navire + aile)
  • Besoin d'un moyen de propulsion auxiliaire pour replacer/orienter le bateau dans le cas d'un décollage de l'aile depuis l'eau.

Brevets[modifier | modifier le code]

  • Chul
  • SkySails[26]
  • Omégasails[27], WO 2007/080257 du 19/07/2007, "Aile en forme de cône avec des plages de voilure à effets opposés et une propulsion constante" [28]
  • US Patent[29] "Boat powered by means of a kite via a hinged arm" par Pierre Chatelain. Filed:April 1, 1998.

Différents types de kiteboats[modifier | modifier le code]

La forme la plus simple du kiteboat est le catamaran. Des kits existent pour transformer un catamaran en kiteboat[30].

L'embarcation peut également être un kayak[31],[32].

Un cas particulier est le SeaQuad[33], une embarcation amphibie capable d'aller sur l'eau et de rouler sur la plage.

Les cargos tirés par les cerfs-volants de SkySails[34],[3] ou Beyond the sea[35] (projet) ne peuvent être considérés que partiellement comme des kiteboats, car le cerf-volant n'est pas le moyen principal de propulsion.

Les cerfs-volants peuvent également être utilisés comme moyen de propulsion de secours[36],[37].

Un cas extrême du kiteboat est l'aile d'eau[38], qui utilise une paravane. Le projet Dared est une tripod utilisant aussi un système de paravane traversantes.

Les plus grands kiteboats atteignent des vitesses supérieures à 30kt[39], et pourraient battre des records océaniques[40].

Sur les bateaux à taille humaine, le pilotage peut se faire au moyen d'un palonnier, comme sur le SeaQuad, ou au moyen d'une barre manuelle. Sur les plus petites embarcations, le pilotage peut également se faire grâce au déplacement du poids des équipiers (influent sur la position du centre de dérive) ou de la position du point de tire du cerf-volant (comme en planche à voile).

Sur les grands bateaux, tout devra être mécanisé et informatisé, avec probablement radio-contrôle pour diminuer le nombre de lignes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (nl) http://www.kitetender.nl/
  2. http://project.kiteboat.com/
  3. a et b http://arscreatio.com/revista/articulo.php?articulo=276&revista=18
  4. http://www.youtube.com/watch?v=Ta0XGi3uJHU
  5. http://www.omegasails.com/
  6. http://www.iks-boats.com/Index
  7. http://www.yachtandcoast.com/featured/tired-of-reefing-shallow-water-berth-fees-try-a-dutch-kiteboat/
  8. https://www.gdfsuez.com/wp-content/uploads/2013/05/130514-DP-GDF-SUEZ-Energies-France_Saison-kitesurf-2013.pdf
  9. http://peterlynnhimself.com/Kites_For_Yachts.php
  10. a et b http://www.dcss.org/speedsl/ST89intro.html
  11. http://cerfvolantancien.free.fr/cody/calais-douvres.htm
  12. http://www.arnaudderosnay.com/index.php?option=com_content&view=article&id=58&Itemid=67
  13. http://inflatablekite.com/vsd-glisse-062001/
  14. http://www.sailspeedrecords.com/500-metre-records.html
  15. http://www.flickr.com/photos/goulu/3130076555/in/photostream/
  16. a et b http://foils.wordpress.com/2009/02/15/o-paf-et-autres-tripodes-des-freres-durand/
  17. http://www.anne-quemere.com/
  18. http://www.carnetdevol.org/actualite/anne/quemere.html
  19. http://iospress.metapress.com/content/crprx6wjl5vgderj/
  20. http://www.kiteboat.co.uk/4642/index.html
  21. Laurent PERUCHO "Le catakite en école à St-Pierre la Mer", http://basedocumentaire.envsn.fr/dyn/portal/index.seam;jsessionid=311df0b0a8127ebd40a145405a57?page=alo&aloId=40864&fonds=&cid=134342
  22. Aurélie JANICKI "Initiation au catakite pour les handis du 17 au 20 mai 2012" http://basedocumentaire.envsn.fr/dyn/portal/index.seam;jsessionid=311df0b0a8127ebd40a145405a57?page=alo&aloId=38961&fonds=&cid=134342
  23. a et b "Catakite! Un retour possible dans le monde des glisses aérotractées" de Mathieu Mechain, http://basedocumentaire.envsn.fr/dyn/portal/index.seam;jsessionid=311df0b0a8127ebd40a145405a57?page=alo&aloId=1868&fonds=&cid=134342
  24. http://www.kitesurf22.com/kitesurf/seatkite.html
  25. http://www.kiteboatspeed.com/les-hommes/
  26. http://www.patentgenius.com/patent/8215588.html
  27. http://cyrille.billet.free.fr/home/INSA/MECA_4/Projet_BE3/BARRE%20DE%20COMMANDE/RAPPORT/rapport_projet.pdf
  28. http://www.google.com/patents/WO2007080257A1?cl=fr
  29. http://www.google.com/patents/about?id=78wWAAAAEBAJ&dq=6003457 6003457
  30. http://kite-boat-systems.com/index.php/en/
  31. http://www.xssailing.com/tag/kite-boating/
  32. http://vimeo.com/42781884
  33. http://bretagne-info-nautisme.fr/Sea-Quad-a-la-fois-char-a-voile.html
  34. http://www.skysails.info/english/
  35. http://www.supmaritime.fr/pdf/Beyond_the_sea.pdf
  36. http://www.vendeeglobe.org/fr/actualites/breve/5783/captain-s-log-s-davies-free-to-do-some-kite-surfing.html
  37. http://www.volanz.net/
  38. http://www.augredelair.fr/joomla/recits/luc_armant/ailedeau.pdf
  39. http://www.xssailing.com/moving-pictures/kiiteboat-project/
  40. http://www.thekiteboarder.com/2012/12/the-kiteboat-project/#