Kirby's Dream Land

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kirby's Dream Land
image

Éditeur Nintendo
Développeur HAL Laboratory
Concepteur Masahiro Sakurai
Musique Jun Ishikawa

Date de sortie Icons-flag-jp.png 27 avril 1992
Icons-flag-us.png Icons-flag-ca.png 1 août 1992
Icons-flag-fr.png 5 novembre 1992[1],[2]
Genre Plates-formes
Mode de jeu Un joueur
Plate-forme Game Boy
Média Cartouche 2 Mb

Évaluation ESRB : K-A

Kirby's Dream Land (星のカービィ, Hoshi no kābi?, Hoshi no Kirby en japonais, soit littéralement Kirby de l'Étoile) est un jeu vidéo de plates-formes développé par HAL Laboratory et édité par Nintendo, sorti en 1992 sur Game Boy. Il marque à la fois le début de la série Kirby et du personnage Kirby. Kirby's Dream Land a été conçu par Masahiro Sakurai pour être joué par des joueurs débutants. Les mouvements caractéristiques de Kirby devinrent le point de départ d'une série riche en épisodes même si la marque de fabrique de la licence, la capacité de Kirby à copier les pouvoirs de ses ennemis, n'apparut qu'à l'épisode suivant, Kirby's Adventure.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Kirby's Dream Land se joue dans les grandes lignes comme les autres jeux de plates-formes en défilement horizontal de l'ère des consoles 8 et 16 bits. Kirby doit utiliser ses capacités naturelles et des objets pour atteindre la fin de chaque niveau. Comme dans la plupart des jeux de plates-formes des années 1980, le joueur peut cumuler des points et obtenir, à certains seuils, des vies supplémentaires. Le jeu ne possédant pas de système de sauvegarde, ces scores ne sont pas enregistrés[3].

Le scénario du soft met en scène le roi Dadidou, qui a dérobé toute la nourriture de Dream Land ; celle-ci devait pourtant servir à une fête. Kirby, un habitant de Dream Land, a décidé de venir en aide au royaume et récupérer la nourriture[4].

Les obstacles les plus communs rencontrés par Kirby sont des ennemis basiques. L'ennemi de base récurrent rencontré par Kirby est le Waddle Dee qui devint par la suite l'ennemi de base de la série. Si la plupart des ennemis ne font que se déplacer suivant une trajectoire déterminée, certains d'entre eux ont des armes comme Sir Kibble et ses boomerangs. En plus de ces ennemis basiques, La plupart des niveaux possèdent également, à leur moitié, un mini-boss. Tous possèdent un boss à leur fin[4]. À chaque fois que Kirby touche un ennemi, un boss ou un projectile, il perd l'un de ses six points de vie. S'il les perd tous, il perd une vie et recommence au début de la zone parcourue. S'il perd toutes ses vies, le jeu est terminé.

Kirby peut marcher, nager, sauter, voler et avaler des ennemis et des objets. Il peut voler autant de temps que le joueur le souhaite en avalant de l'air, ce qui lui permet d'atteindre des objets et des endroits inaccessibles. À tout moment, le joueur peut dégager de l'air pour atterrir. Ce dégagement d'air peut blesser des ennemis de base ou détruire des blocs. Lorsqu'il nage, Kirby peut frapper les ennemis et n'a pas besoin de remonter à la surface pour respirer.

La technique principale d'attaque de Kirby est associée à sa capacité d'avaler ennemis et objets. Il peut les garder dans sa bouche et les renvoyer sous forme d'étoile pour blesser ennemis et boss ou détruire des blocs. S'il avale certains objets, il peut régénérer ses points de vie[4].

Développement[modifier | modifier le code]

Kirby's Dream Land a été développé par Masahiro Sakurai de HAL Laboratory. Il n'a pas toujours été prévu que Kirby soit le protagoniste de ce jeu. À la base, ce personnage n'était qu'une ébauche et il était prévu de le remplacer par un personnage de même taille beaucoup plus détaillé. Mais les développeurs se sont pris d'affection pour lui et ont décidé de le conserver dans la version finale du jeu. Il devait s'appeler Popopo et le jeu Twinkle Popopo mais il fut renommé tout comme le jeu qui devint Hoshi no Kirby (littéralement Kirby de l'étoile)[3]. La couleur de Kirby n'a été décidée que tardivement : Masahiro Sakurai le voulait rose alors que Shigeru Miyamoto l'aurait préféré en jaune. Rose devint finalement sa couleur principale mais on peut aujourd'hui voir, dans certains jeux de la série, Kirby dans différents coloris. Comme les graphismes du jeu étaient en échelle de gris, Nintendo of America décida pour sa part que la boîte de jeu nord-américaine ferait figurer Kirby en blanc[3].

La musique du jeu — qui sera réutilisée dans la série Super Smash Bros. — a été composée par Jun Ishikawa, qui fut seul à travailler sur la bande son du soft[5]. Il est depuis devenu un compositeur régulier des musiques de jeux Kirby.

Équipe de développement[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Kirby's Dream Land a reçu un accueil moyen de la part de la presse spécialisée. Il a obtenu une moyenne — basée sur six critiques — de 64,83 % sur Game Rankings, ce qui fait de lui le treizième meilleur jeu Game Boy, même si ce classement est à nuancer compte tenu de la non-exhaustivité de la base de données de Game Rankings[6]. Le 28 mai 1995, Kirby's Dream Land s'était vendu à 1,3 million de copies et constituait la quatrième meilleure vente de Game Boy[7]. À ce jour, il s'est vendu à plus de cinq millions d'exemplaires dans le monde entier ; Gamasutra a attribué son succès à son nouveau style de gameplay. Il s'agissait à l'époque du plus gros succès de HAL Laboratory[8]. Osamu Inoue de Gamasutra a fait valoir que le succès du titre était dû à Satoru Iwata, auparavant employé de HAL Laboratory, qui a selon lui « une passion naïve pour la création de jeux »[8]. L'auteur Wendy Despain a utilisé le scénario de Kirby's Dream Land pour illustrer le fait que les scénarios des premiers jeux de plates-formes suivaient tous le même schéma : le personnage principal doit atteindre le méchant afin de redresser un tort[9]. Jonathan Wahlgren de Nintendo Life l'a qualifié de « jeu solide », mais l'a trouvé « trop élémentaire »[10]. Brett Elston de GamesRadar a consacré un article à la musique du jeu où il a particulièrement loué la musique du boss final, déclarant que c'est le « seul morceau du premier Kirby qui donne un sentiment de défi et de conflit »[11]. Nadia Oxford de 1UP.com a quant à elle félicité les mécanismes originaux de Kirby's Dream Land, décrivant ce dernier comme le début d'une légende[12]. Joshua Crystal d'Allgame l'a dépeint comme un « jeu idéal pour les joueurs débutants et ceux qui veulent avoir une expérience courte mais amusante »[13].

Déguisement représentant Kirby.
Déguisement représentant Kirby.

Dans un article consacré aux différents jeux de la série Kirby, IGN a affirmé que Kirby's Dream Land était un jeu « décent » mais très basique comparé aux titres qui le suivront[14]. Kirby's Dream Land a été inclus dans la liste dressée par Lucas M. Thomas et Craig Harris d'IGN des jeux qu'ils souhaiteraient voir sur une hypothétique console virtuelle pour la Nintendo DSi. Ils ont fait valoir que les vedettes de la Game Boy ont davantage été les personnages nouvellement créés tels que Kirby que les personnages déjà établis comme Link, Mario, Samus Aran ou Pit[15]. IGN a également qualifié Kirby's Dream Land de « jeu original » dans un article consacré à l'histoire de Game Boy, ajoutant que bien que la plupart des nouvelles mascottes de jeux de plates-formes avaient à l'époque « du style » (en raison du succès de Sonic the Hedgehog), Kirby était « gai et adorable » et que le jeu disposait d'un « gameplay jovial et destiné aux joueurs occasionnels » et d'une atmosphère légère[16]. Gerald Villoria, Brian Altano et Ryan Scott de GameSpy l'ont jugé « basique » par rapport aux jeux de la série Kirby qui le suivront et ont fait valoir qu'il ne donnait pas de sentiment de danger au joueur, en raison de la capacité de Kirby à voler[17]. George et Bob du magazine Nintendo Power partagent à peu de choses la même opinion sur le jeu : George a déclaré que c'était un jeu vraiment amusant qui doit sa qualité à son excellent gameplay et à son concept bien pensé, tandis que Bob a affirmé que sa simplicité apparente était trompeuse et qu'il proposait en réalité un challenge satisfaisant pour les joueurs expérimentés[18].

Héritage[modifier | modifier le code]

Kirby's Dream Land a donné lieu à des dizaines de suites, faisant de la licence une des séries phares de Nintendo. La première suite directe a été Kirby's Adventure, sorti sur Nintendo Entertainment System en 1993. Ce dernier a introduit un concept qui se retrouvera dans la plupart des jeux suivants : la capacité de Kirby à copier les pouvoirs de ses adversaires[19]. Kirby's Dream Land a par ailleurs été inclus dans Kirby Super Star[20], avec des graphismes et un gameplay revu : par exemple, Kirby y a désormais la possibilité d'imiter les pouvoirs de ses ennemis. Comme Kirby Super Star a fait l'objet d'un remake sur Nintendo DS, nommé Kirby Super Star Ultra, on peut également jouer à Kirby's Dream Land sur cette console. Kirby's Dream Land sera suivi de deux autres jeux estampillés Dream Land : Kirby's Dream Land 2 et Kirby's Dream Land 3[21],[22]. Depuis sa création, la série Kirby a fait l'objet de plusieurs spin-offs, dont le jeu de course Kirby Air Ride et le jeu de flipper Kirby's Pinball Land[23],[24]. Enfin, dans Super Smash Bros. et Super Smash Bros. Melee, un des stages disponibles — intitulé « Dream Land » — fait figurer des éléments tirés de Kirby's Dream Land[25].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Kirby's Dream Land », ign.com.
  2. (fr) « Kirby's Dream Land - Panorama », gamekult.com
  3. a, b et c (en) « Welcome to Kirby's Rainbow Resort! - Creation », gamespy.com
  4. a, b et c « Test de Kirby's Dream Land sur Game Boy », Jeuxvideo.com,‎ 2009 (consulté le 29 octobre 2010)
  5. (en) « Kirby's Dream Land for Game Boy - MobyGames », MobyGames.com,‎ 2007 (consulté le 24 juin 2007)
  6. (en) « Kirby's Dream Land for Game Boy », GameRankings (consulté le 9 octobre 2010)
  7. (en) « Atlanta News, Sports, Atlanta Weather, Business News | ajc.com », Nl.newsbank.com,‎ 1995 (consulté le 9 octobre 2010)
  8. a et b (en) « Features - Iwata and Miyamoto: Business Ascetics - An Excerpt from Nintendo Magic », Gamasutra (consulté le 9 octobre 2010)
  9. (en) « Writing for video game genres: from ... - Google Books », Books.google.com (consulté le 9 octobre 2010)
  10. (en) « Kirby's Dream Land (Retro) review », Retro.nintendolife.com,‎ 2009 (consulté le 9 octobre 2010)
  11. (en) « Game music of the day: Kirby's Dream Land », GamesRadar,‎ 2010 (consulté le 9 octobre 2010)
  12. (en) « Complete History of Kirby », 1up.com (consulté le 9 octobre 2010)
  13. (en) « Kirby's Dream Land - Review », Allgame,‎ 2010 (consulté le 9 octobre 2010)
  14. (en) « Kirby Compared », IGN.com,‎ 2008 (consulté en 1er octobre 2008)
  15. (en) Lucas M. Thomas, « The DSi Virtual Console Wishlist - DS Feature at IGN », Ds.ign.com,‎ 2009 (consulté le 9 octobre 2010)
  16. (en) « Travis Fahs », Retro.ign.com,‎ 2010 (consulté le 9 octobre 2010)
  17. (en) « GameSpy: Game Boy 20th Anniversary Celebration, Day 1: Then and Now - Page 1 », Ds.gamespy.com (consulté le 9 octobre 2010)
  18. (en) « Nintendo Power », Gamespy.com (consulté le 26 mars 2007)
  19. (en) Mark Ryan Sallee, « 27. Kirby's Adventure », IGN (consulté le 29 octobre 2010)
  20. « Spring Breeze », L'Univers de Kirby (consulté le 30 octobre 2010)
  21. (en) « Kirby's Dream Land 2 », 1UP.Com (consulté le 29 octobre 2010)
  22. (en) « IGN UK Kirby's Dream Land 3 Review », IGN (consulté le 29 octobre 2010)
  23. (en) « IGN: Kirby Air Ride », IGN (consulté le 29 octobre 2010)
  24. (en) « IGN: Kirby's Pinball Land », IGN (consulté le 29 octobre 2010)
  25. (en) « Super Smash Bros. Melee Walkthrough & Strategy Guide », Gamespy,‎ 2002 (consulté le 29 octobre 2010)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 13 novembre 2010 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.