Kintsugi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le kintsugi (金継ぎ?) (japonais : « jointure en or ») ou kintsukuroi (金繕い?) (japonais : « réparation en or ») est une méthode japonaise de réparation des porcelaines ou céramiques brisées au moyen d'une résine laquée saupoudrée de poudre d'or[1],[2]. Le kintsugi serait apparu lorsque, à la fin du XVe siècle, le shogun Ashikaga Yoshimasa a renvoyé en Chine un bol de thé chinois endommagé pour le faire réparer. Le bol étant revenu réparé avec de vilaines agrafes métalliques, les artisans japonais auraient cherché un moyen de réparation plus beau.

Les collectionneurs se sont ensuite à ce point épris de cet art nouveau que certains ont été accusés d'avoir délibérément cassé de précieuses poteries afin qu'elles puissent être réparées avec les coutures d'or du kintsugi[1]. Le kintsugi est étroitement associé aux ustensiles en céramique employés pour la cérémonie japonaise du thé[2].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • U. A. Casal. Japanese Art Laquers. Université Sophia, Tokyo, 1961. (Monumenta Nipponica monographies 18.)
  • S. Drescher. Kintsugi Technik – Japanische Goldverbindung, 1. Auflage, 2011, Korest Porzellanrestaurierungsbedarf, ISBN 978-3-00-034502-9.
  • Blake Gopnik. At Freer, Aesthetic Is Simply Smashing. Washington Post, 3 mars 2009.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]