Kincardineshire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

56° 55′ N 2° 30′ O / 56.917, -2.5 ()

Localisation du Kincardineshire sur une carte de l'Écosse.

Le Kincardineshire était un comté d'Écosse jusqu'en 1975. Sa capitale la plus récente était Stonehaven.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Kincardine apparaît dans les documents d'époque sous différentes formes : « Kincardin, Kyncardyn, Kyncardyn in Miernes, Kincardin in Miernes, Kyncardyn en Mernes ». Ne pas confondre avec « Kyncardyn en Nele » qui correspond à Kincardine O'Neil (en)[N 1].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'existence de ce comté est attestée depuis le XIIIe siècle. Il doit son nom au château médiéval de Kincardine[1] construit pendant le règne d'Alexandre II d'Écosse[2] et au bourg qui en dépendait[N 2]. Les comtés du royaume d'Écosse à cette période étaient administrés par des shérifs et trouvent leurs origines dans les anciens thanedoms (en). On parle alors de sheriffdom (en), littéralement « le domaine du Shérif », chargé de collecter l'impôt pour le royaume[3]. Ces sheriffdoms sont attestés depuis le XIIe siècle mais celui de Kincardine n'est avéré qu'au siècle suivant[N 3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Norman H. Reid et Geoffrey Wallis Steuart Barrow, The Sheriffs of Scotland : An Interim List to C.1306, University of St Andrews Library,‎ 2002, 68 p. (ISBN 978-0-9008-9717-7)
  • (en) Alexander Grant et Keith John Stringer, Medieval Scotland : Crown, Lordship and Community, Edinburgh University Press,‎ 1998, 319 p. (ISBN 978-0-7486-1110-2, résumé)
  • (en) George H. Kinnear, Kincardineshire, Cambridge University Press Archive, coll. « Cambridge County Geographies » (1re éd. 1921) (lire en ligne)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. On trouve parfois la graphie « Kingcardin » y compris dans des chartes en latin mais elle ne semble pas être associée avec le comté.
  2. « Kincardine in Mearns », paroisse de Fordoun (en). cf. Kinnear 1921, p. 1-2, 63, 83.
  3. La construction du château datant du début du XIIIe siècle, c. 1222. La première mention officielle semble être 1260[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Kinnear 1921, p. 1-2
  2. Royal Commission on the ancient and historical monuments of Scotland, « Kincardine castle », sur www.rcahms.gov.uk (consulté le 29 janvier 2014)
  3. (en) David Carpenter, « Scottish royal government in the thirteenth century from an english perspective », dans Matthew Hammond, New Perspectives on Medieval Scotland, 1093-1286, Boydell & Brewer Ltd,‎ 2013, 272 p. (ISBN 978-1-8438--38531, lire en ligne), p. 118
  4. Carpenter 2013, p. 135