Kimmel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kimmel
Noms
Nom algérien كيمل
Nom amazigh ⴽⵉⵎⴻⵍ
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Région Aurès
Wilaya Batna
Daïra T'kout
Code ONS 0517
Démographie
Population 4 355 hab. (2008[1])
Densité 7,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 34° 59′ 19″ N 6° 31′ 27″ E / 34.98869, 6.52422 ()34° 59′ 19″ Nord 6° 31′ 27″ Est / 34.98869, 6.52422 ()  
Superficie 557 km2
Localisation
Localisation de la commune dans la wilaya de Batna.
Localisation de la commune dans la wilaya de Batna.

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Kimmel

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Kimmel

Kimmel est une commune de la wilaya de Batna en Algérie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Kimmel est situé au sud-est de la wilaya de Batna.

Communes limitrophes de Kimmel
T'Kout Inoughissen M'Sara (wilaya de Khenchela)
El Mizaraa (wilaya de Biskra) Kimmel El Oueldja (wilaya de Khenchela)
El Mizaraa (wilaya de Biskra) Zeribet El Oued (wilaya de Biskra) Khenguet Sidi Nadji (wilaya de Biskra)

Localités de la commune[modifier | modifier le code]

La commune de Kimmel est composée de 23 localités[2] :

  • Abbassa
  • Beld El Kelba
  • Bouder
  • Bordj Tizdain
  • Dermoune Oum Demkha
  • Djenien
  • Draa Béni Mestiri
  • El Oustia
  • Foum El Benia
  • Isra El Hamman
  • Khirdja
  • Lebaal
  • Mechgoug
  • Ouarjène
  • Regba
  • Rhaskil
  • Sallat
  • Sidi Ali
  • Sidi Fathallah
  • Taddarth
  • Tadjine
  • Taghlissia
  • Tamdint
  • Draa tire

Géographie physique[modifier | modifier le code]

La commune, étroite et allongée en direction Nord-Sud, se trouve dans le massif de l'Aurès, sur le versant sud-est du Djebel Ahmar Khaddou ; elle s'étend des crêtes (1600 m) jusqu'aux abords du Sahara.

Elle est disposée le long de la vallée de l'oued Guechdane.

Histoire[modifier | modifier le code]

Période de la colonisation française

La commune de Kimmel est issue du douar Kimmel, un des quatorze douars de la commune mixte de l'Aurès (département de Constantine, arrondissement de Batna), dont le chef-lieu était Arris.

Ce douar regroupait les arch (« tribus ») chaouis Cheurfa et Serahna ; le centre du douar (siège du caïd) était à El Baâl[3] (Lebaal).

Période de la guerre d'Algérie

En 1956, Batna devient une préfecture, Arris une sous-préfecture et le douar Kimmel une commune[4].

La période de l'indépendance

La commune de Kimmel reste dans la wilaya de Batna, contrairement aux deux autres douars de l'Ahmar Khaddou (douar Tadjemout et douar Oulèch), qui sont rattachés à la wilaya de Biskra.

Économie[modifier | modifier le code]

La source thermale de Chabora[modifier | modifier le code]

Chabora est une source thermale encore non exploitée. La direction du tourisme de la wilaya de Batna a entrepris une l'étude de la source (température et débit des eaux) dans le cadre d'un plan d'investissement 2010 de 3 millions de dinars algérien, en vue d'une éventuelle exploitation[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Wilaya de Batna : répartition de la population résidente des ménages ordinaires et collectifs, selon la commune de résidence et la dispersion ». Données du recensement général de la population et de l'habitat de 2008 sur le site de l'ONS.
  2. Journal officiel de la République Algérienne, 19 décembre 1984. Décret n° 84-365, fixant la composition, la consistance et les limites territoriale des communes. Wilaya de Batna, p. 1479.
  3. Cf. Germaine Tillion, Il était une fois l'ethnographie, 2000, p. 22 : « Carte des trois douars et des neuf "peuples" situés sur le versant sud de l'Ahmar Khaddou ». Le mot « peuple » correspond ici à arch, mot qui, dans le vocabulaire administratif colonial, est traduit par « tribu ».
  4. Cf. Fonds Arris aux Archives d'Outre-Mer
  5. Cf. Article sur le site Liberté Algérie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Germaine Tillion, Il était une fois l'ethnographie, Paris, Le Seuil, 2000 [l'ouvrage porte essentiellement sur le douar Tadjemout, que l'auteur a étudié en détail entre 1934 et 1940]

Articles connexes[modifier | modifier le code]