Kimbanseke

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Commune de Kimbaseke
Kinshasa
Administration
Pays Drapeau de la République démocratique du Congo République démocratique du Congo
Province Kinshasa
Future province Kinshasa
Bourgmestre M. Edouard Aimé Gatembo Nu Kaké
Nombre de députés 7
Démographie
Population 946 372 hab. (2004 est.)
Densité 3 980 hab./km2
Géographie
Coordonnées 4° 26′ 31″ S 15° 24′ 11″ E / -4.441917, 15.4030044° 26′ 31″ Sud 15° 24′ 11″ Est / -4.441917, 15.403004  
Superficie 23 778 ha = 237,78 km2
Divers
Langue nationale Lingala
Localisation

Géolocalisation sur la carte : République démocratique du Congo

Voir la carte administrative de République démocratique du Congo
City locator 14.svg
Commune de Kimbaseke

Géolocalisation sur la carte : République démocratique du Congo

Voir la carte topographique de République démocratique du Congo
City locator 14.svg
Commune de Kimbaseke
Liens
Site web http://www.kimbanseke.cd

Kimbaseke est une commune urbaine du sud-est de la ville de Kinshasa en République démocratique du Congo, au sud de la commune de Ndjili. Elle est l'un des nouveaux lieux de peuplement, situé dans la zone des collines. C'est la commune la plus peuplée de la ville depuis les années 1980, elle est aussi une des communes urbaines les plus vastes de la ville-province de Kinshasa avec près d'un million d'habitants.

Histoire[modifier | modifier le code]

La plaine de Kimbanseke servait avant tout à assurer l'approvisionnement en produits vivriers de la province de Kinshasa. C’est pourquoi cette terre propice à l’agriculture fut demandée au grand chef coutumier André Ngandu Mukoo. Ensuite, elle servait aux colons belges d'établir des réfugiées venues d’Angola qui fuyaient la rigueur du régime Salazar, communément appelés Bazombo, qui participaient à l'exploitation agricole.

La Commune de Kimbanseke fut créée le 30 mars 1968 sous le nom de Commune de Tshangu et ses limites sont fixées le 23 janvier 1969. Avant, Kimbanseke était une zone annexe, un territoire suburbain qui dépendait de Mont-Ngafula dont l’administrateur résidait à Kimwenza. Le dernier administrateur avant l'érection de la commune fut Monsieur Ngataba[1]. L'érection de la commune a mis fin au régime coutumier et de zone annexe[2].

C'est seulement après la construction du cimetière et de l’asphaltage de la route qui y mène, que Kimbanseke deviendra une vraie agglomération. L'ancien Kimbanseke se trouve le long de l'axe Dokolo-Cimetière et de l'avenue CECOMAF[1].

Politique[modifier | modifier le code]

La Commune est géré par le bourgmestre, le bourgmestre adjoint, le conseil communal et l'administration communale.

Bourgmestres de Kimbanseke[3],[4]
Année Titulaire Assistant adjoint
1968 – 1970 Emilie Unzitisa Londelobe
1970 – 1973 Gérard Biyela Patrice Lambi
1973 – 1975 Denis Malonda Kabasa Tumba
1975 – 1977 Antoine Alunga Ntumba Mputu
1977 – 1982 Denis Malonda Matsasa Bikweni Baguene
1982 – 1989 Nganzio Gango Mambo Milambo Kasongo
1989 – 1997 Ngamazita Dianunga Kiala Luyindula
1997 – 2002 Munkoka Luanda -
2002 – 2005 F. Mayengele Kivunga Ngiesi Mi Lusu
2005 – 2007 Paul Kambombo Frédéric Ngiesi Mi Lusu
2007 – Edouard Aimé Gatembo Nu Kaké Frédéric Ngiesi Mi Lusu

Géographie[modifier | modifier le code]

Les 4 districts et
les 24 communes de Kinshasa
Blason de Kinshasa
v · d · m
abréviations : Kinshasa (Kin.), Kasa-Vubu (K.-V.), Lingwala (Ling.), Ngiri-Ngiri (Ng.-Ng.)

La commune est limitée:

  • au Nord par l’intersection de la rivière Nsanga avec l’axe du Boulevard Lumumba jusqu’à son intersection avec la rivière Tsuenge
  • à l’Est par la rivière Tsuenge jusqu’à sa source, ensuite par une ligne droite nord-sud reliant la source de la Tsuenge à la source Ouest de la rivière Bosumu. La rivière Bosumu jusqu’à son intersection avec la limite sud de la Province de Kinshasa.
  • au Sud par la limite de la Province de Kinshasa jusqu’à son intersection avec la rivière Ndjili
  • à l’Ouest par la rivière Ndjili jusqu’à son intersection avec l’axe prolongé de l’avenue Kumbi

Les plus importants cours d'eau sont Tsuenge, Nsanga, Mokali, Bansimba, Tumpu, Manzanza, Mango, Bosumu et Bono[2].

Population[modifier | modifier le code]

La population rassemble les Humbu, autochtones, les Zombo cité ci-dessus et des Congolais d’autres provinces en quête d’un lopin de terre, moins cher[1]. Parmi ces derniers, on compte une majorité du Bandundu, suivi des ressortissants du Kongo central[2].

Nom[modifier | modifier le code]

Le nom Kimbanseke provient de la mauvaise prononciation des Agents Sanitaires belges et surtout du souci de l’euphonie qui ont modifié Mbensio en Kimbanseke. Mbensio peut être divisé en deux mots «Mbe» (terre ou étendue) et «Nsio» (plane). Kimbanseke signifie donc terre plane ou encore grande étendue ou encore terre vaste[1].

Division administrative[modifier | modifier le code]

District[modifier | modifier le code]

Kimbanseke, avec les communes de Masina, N'sele et Ndjili, fait partie du district de Tshangu.

Quartiers[modifier | modifier le code]

La commune de Kimbanseke est divisée en 30 quartiers :

  • 17 mai
  • Bahumbu
  • Bamboma
  • Biyela
  • Boma
  • Disasi
  • Esanga
  • Kamba Mulumba
  • Kasa-Vubu
  • Kikimi
  • Kingasani
  • Kisantu
  • Kutu
  • Luebo
  • Malonda
  • Mangana
  • Maviokele
  • Mbuala
  • Mfumu Nkento
  • Mikondo
  • Mokali
  • Mulie
  • Ngamazita
  • Ngampani
  • Ngandu
  • Nsanga
  • Nsumabwa
  • Révolution
  • Sakombi
  • Salongo

Santé[modifier | modifier le code]

Le centre de santé hospitalier Elikya est situé dans la commune. On y compte 190 centres de santé et 227 pharmacies[5].

Éducation[modifier | modifier le code]

En 2008, la commune compta 23 Écoles Maternelles (tous privé), 316 Écoles Primaires dont 4 écoles officielles et 178 Écoles Secondaires[5].

Religion[modifier | modifier le code]

À Kimbanseke, il y a 14 paroisses catholiques, 60 de différentes églises protestantes et 12 paroisses Kimbanguiste. Deux mosquées pour les Musulmans et deux temples des Témoins de Jéhovah se situent à la commune, ainsi que cinq paroisses des Salutistes. En plus, on compte 42 églises indépendantes et180 églises de réveil[5].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Il y a 13 hôtels homologués.

Sport[modifier | modifier le code]

2500 athlètes sont regroupés dans une quarantaine de club dont 5 affiliés. Selon des sources officielles, il y a 3 terrains de football non aménagés[5].

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « Histoire », sur Commune de Kimbanseke (consulté le 28 décembre 2010)
  2. a, b et c « Géographie », sur Commune de Kimbanseke (consulté le 28 décembre 2010)
  3. « Le Bourgmestre », sur Commune de Kimbanseke (consulté le 28 décembre 2010)
  4. Écriture: Prénom Nom Postnom
  5. a, b, c et d « Société », sur Commune de Kimbanseke (consulté le 28 décembre 2010)