Kim Young-ha

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Kim Young-ha

alt=Description de l'image Kimyoungha.jpg.
Nom de naissance 김영하
Activités Écrivain
Naissance 11 novembre 1968 (46 ans)
Goryeong, Gyeongsang du Nord, Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud
Langue d'écriture Coréen

Kim Yeong-ha est un écrivain sud-coréen né le 11 novembre 1968 à Goryeong dans la province de Gyeongsang du Nord[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de militaire, il a connu une enfance itinérante. Enfant, à la suite d'une intoxication au gaz, il perdit tout souvenir antérieur à l'âge de 10 ans[2]. Il a poursuivi ses études à l'université Yonsei avec pour spécialité l'administration financière .

C'est après son service militaire, en 1995, qu'il se consacre à sa carrière d'écrivain avec son premier récit : Une méditation à travers le miroir (Geo-ure daehan myeongsang). Il anime en parallèle une émission littéraire sur la radio sud-coréenne. L'année suivante, il compose La mort à demi-mot (Naneun nareul pagoehal gwolliga itda) qui lui vaut le prix du Nouvel Écrivain attribué par le Munhakdongne. Auteur prolifique, Kim Young-ha a depuis publié deux recueils de nouvelles, Récepteur d'appel (Hochul, 1997), Qu'est devenu l'homme coincé dans l'ascenseur ? (Elebe-iteo-e kkin geu namjaneun eotteoke doe-eonna, 1999), une nouvelle intitulée Pourquoi Arang (Arang-eun we 2001) etc. jusqu'à sa dernière nouvelle Souvenirs d'un assassin (Sarinja-ui gi-eokbeop, 2013).

Ses œuvres sont publiées en plusieurs langues et il s'est vu décerner le Prix Dong-in pour son roman historique Fleur noire (Geomeun kkot)[3].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Kim Yeong-haoung-ha est souvent considéré comme un auteur urbain, figure de proue d'une nouvelle génération d'écrivains ayant grandi dans une société modernisée loin du joug des dictatures.

Mettant en scène un protagoniste ayant pour fonction l'assistance au suicide, La mort à demi-mot est un roman pionnier dans cette nouvelle littérature coréenne. Son ouvrage Qu'est devenu l'homme coincé dans l'ascenseur ? englobe des sujets comme les jeux d'ordinateurs, les arts plastiques, les films culte, les prises d'otages, l'homosexualité et d'autres sujets jusque là peu traités dans la littérature coréenne mais qui sont devenus réalité dans la Corée actuelle. Kim Yeong-ha utilise des procédés originaux pour dépeindre les rouages du libéralisme et des diverses cultures urbaines. Il évoque ainsi l'aliénation, l'impossibilité de communiquer, l'extrême narcissisme et ses limites. Sa seconde nouvelle, Pourquoi Arang?, est centrée sur la légende d'Arang.: assassinée par sa nourrice, Arang devient un fantôme revenant dans le but de se venger hanter les sous-préfets qui se succèdent à Miryang ; l'apparition du fantôme provoque la mort des sous-préfets effrayés par cette présence, jusqu'au jour où un sous-préfet décide de lui faire face et de l'éliminer. Cette légende recoupe l'histoire de deux protagonistes d'aujourd'hui dans le récit, le coiffeur Yeong-ju et l'écrivain Park; le narrateur endosse le rôle de conteur de légende tout en dénouant une intrigue plus moderne entre ces deux personnages. Ce procédé narratif révèle la volonté de l'auteur de transcender les codes de lecture aujourd'hui.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 엘리베이터에 낀 그 남자는 어떻게 되었나 Qu'est devenu l'homme coincé dans l'ascenseur ?, 1999. (traduit en français)
  • 아랑은 왜 Pourquoi Arang, 2001.
  • 나는 나를 파괴할 권리가 있다 La mort à demi-mot, 2002. (traduit en français)
  • 포스트잇 Post-it, 2002.
  • 검은 꽃 Fleur noire, 2003. (traduit en français : roman qui raconte l'épopée de 1033 Coréens partis émigrer au Mexique au début du XXe siècle)
  • 빛의 제국 L'empire des lumières, 2006. (traduit en français)
  • 퀴즈쇼 Quiz show, 2007. (traduit en français)
  • 네가 잃어버린 것을 기억하라 Souviens-toi de ce que tu as perdu, 2009.
  • 너의 목소리가 들려 J'entends ta voix, 2012.
  • 살인자의 기억법 Souvenirs d'un assassin, 2013.

Prix littéraires[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Author Database: Yi Mun-yol - LTI Korea http://eng.klti.or.kr/ke_04_03_011.do
  2. http://www.authortrek.com/kim_young-ha_page.html
  3. a et b Mustapha Harzoune, « Fleur Noire de Kim Young-ha », sur Hommes et migrations (consulté le 1 septembre 2014).
  4. (en) « Featured Authors Vol.16 Summer 2012 », sur list_Books from Korea (consulté le 8 octobre 2014).
  5. http://www.iworldtoday.com/news/articleView.html?idxno=17797

Liens externes[modifier | modifier le code]