Débit binaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Kilobit par seconde)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir bps et débit.

Le débit binaire est une mesure de la quantité de données numériques transmises par unité de temps. Il est le plus souvent exprimé en bits par seconde (bit/s, b/s ou bps) ou un de ses multiples en employant les préfixes du système international (SI) : kb/s (kilobits par seconde, kbit/s, kbps pour 1 000 b/s), Mb/s (mégabits par seconde, Mbit/s, mbps pour 1 000 kbit/s soit 1 000 000 b/s), Gb/s (gigabit par seconde, Gbit/s, Gbps pour 1 000 Mbit/s soit 1 000 000 000 b/s) et ainsi de suite.

Le débit est souvent exprimé en octets par unité de temps au lieu de bits par unité de temps. Un octet par seconde équivaut à 8 bits par seconde. L'octet est la traduction française du byte, d'où le fait que le B soit plus populaire sur les machines anglophones que le o. On trouve donc aussi bien des notations comme Bps (byte per second) que ko/s (kilo-octet par seconde)[1].

Utilisation[modifier | modifier le code]

Le « bit par seconde » est principalement utilisé en informatique et dans les télécommunications, la terminologie anglaise « bit rate » (ou « bitrate ») est fréquente.

Ses principaux multiples sont :

  • le kilobit par seconde (symbole kbit/s) équivalent à 1 000 bit/s ;
  • le mégabit par seconde (symbole Mbit/s) équivalent à 1 000 kbit/s ;
  • le gigabit par seconde (symbole Gbit/s) équivalent à 1 000 Mbit/s ;

Quand le débit est exprimé en octets par seconde, on utilise parfois implicitement des puissances de 1024. Donc 1 ko/s peut représenter 1 024 o/s au lieu de 1 000 o/s. L'écriture correcte, imposée par la norme IEC 60027-2, serait d'employer un préfixe binaire, par exemple 1 Kio/s. Certains logiciels récents comme KTorrent utilisent cette notation.

Bande passante et bauds[modifier | modifier le code]

Il est courant d'utiliser le terme bande passante pour désigner le débit d'informations maximal, bien que cet emploi soit impropre. L'origine du terme est une analogie avec la bande passante en électronique. Dans ce contexte, la bande passante d'un câble est la différence entre les fréquences extrêmes qu'un signal modulé peut y prendre sans trop perdre en qualité, exprimée en unité multiple du Hz.

Le débit binaire est quelquefois indiqué en baud, mais là aussi cet emploi est impropre. La différence est que les bauds traduisent le nombre de symboles transmis physiquement par seconde, alors que le bit désigne une unité d'information. Lorsque le système de transmission code un bit sur un symbole transmis, bits par seconde et bauds sont équivalents, mais même là, le débit binaire reste à préférer si l'on pense en termes de quantités d'informations.

Exemples[modifier | modifier le code]

On peut décrire la vitesse de transfert d'un modem, et le standard V.90 autorise des liaisons entre modems allant jusqu'à 56 kbit/s brut, sans prendre en compte les possibles compressions numériques.

Quelques exemples de taux de débit par application[2]:

Par câble[modifier | modifier le code]

Sans fils[modifier | modifier le code]

Réseau d'ordinateurs[modifier | modifier le code]

Internet[modifier | modifier le code]

Accès à Internet :

  • Modem : 56 kbit/s maximum
  • ADSL : 384 kbit/s en téléchargement - et 64 kbit/s Upstream (DSL „light“) jusqu'à 25 Mbit/s en téléchargement- et 1 Mbit/s en Upstream (ADSL2+)
  • VDSL : 25 Mbit/s 52 Mbit/s, jusqu'à 100 Mbit/s Downstream, et 5 Mbit/s jusqu'à 10 Mbit/s en Upstream
  • DOCSIS (Cable TV) : 160+ Mbit/s en téléchargement
  • FTTH : 1+ Gbit/s en téléchargement

Signaux audio[modifier | modifier le code]

Signaux vidéo[modifier | modifier le code]

  • 16 kbit/s – Qualité Visiophonie (minimum nécessaire pour une qualité acceptable via divers schémas de compression)
  • 128–384 kbit/sVisioconférence professionnelle via divers schémas de compression
  • 1,5 Mbit/s max – Qualité VCD (Compression MPEG1)[3]
  • 3,5 Mbit/s typ — Qualité SDTV (avec compression MPEG-2)
  • 9,8 Mbit/s max – Qualité DVD (avec compression MPEG-2)[4]
  • 8 à 15 Mbit/s typ – Qualité HD TV (avec compression MPEG-4 AVC)
  • 19 Mbit/s approx — HDV 720p (avec compression MPEG-2)[5]
  • 24 Mbit/s max — AVCHD (avec compression H.264/MPEG-4 AVC)[6]
  • 25 Mbit/s approx — HDV 1080i (avec compression MPEG-2)[5]
  • 29,4 Mbit/s max – HD DVD
  • 40 Mbit/s max – Disque Blu-ray (avec compression MPEG-2, H.264/MPEG-4 AVC ou VC-1)[7]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les ouvrages spécialisés anglophones font la différence entre byte (unité d'adressage en mémoire) et octet (unité de transmission en ligne), ce qui ferait du o l'abréviation correcte, même en anglais, dans un contexte de réseau, même si en pratique personne ou presque ne parle en octet per second dans les pays anglo-saxons. Le français utilise « octet » pour l'ensemble de 8 bits et « mot » pour l'unité d'adressage.
  2. voir version allemande de cet article sur wikipedia
  3. (en) « MPEG1 Specifications », ICDia (consulté le 25 janvier 2014)
  4. (en) « DVD-MPEG differences », SourceForge.net (consulté le 25 janvier 2014)
  5. a et b (en) « HDV Specifications », HDV Information (voir archive) [PDF]
  6. (en) « AVCHD Format Specification Overview », AVCHD Information (consulté le 25 janvier 2014)
  7. (en) « Blu-ray Disc Format : 2.B Audio Visual Application Format Specifications for BD-ROM Version 2.4 »,‎ mai 2010 (), p. 17 [PDF]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]