Killzone 2

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Killzone 2
image

Éditeur Sony Computer Entertainment
Développeur Guerrilla Games
Concepteur Mathijs de Jonge
Neil Alphonso
Musique Joris de Man

Début du projet 2005
Date de sortie Icons-flag-eu.png 25 février 2009
Icons-flag-us.png 27 février 2009
Icons-flag-jp.png 23 avril 2009
Version 1.27
Genre FPS
Mode de jeu Un joueur
Jeu en ligne (32 joueurs)
Plate-forme PlayStation 3
Média Blu-ray Disc
Langue français
Contrôle DualShock 3, Sixaxis

Évaluation PEGI : 18
ESRB : M17+
BBFC : 18
CERO : D
USK : 18
Moteur « Killzone 2 Engine » avec Havok

Killzone 2 est un jeu vidéo développé par le studio néerlandais Guerrilla Games et édité par Sony Computer Entertainment, sorti en 2009 sur la console PlayStation 3. Il s'agit d'un jeu de tir subjectif (FPS) qui fait partie de la série Killzone.

L'action se déroule deux ans après les évènements du premier épisode. Les troupes de l'ISA, l'armée terrienne, s'apprêtent à envahir la planète Helghan afin de capturer le leader Helghast, Scolar Visari. Le jeu est situé dans un monde de conquête de l'espace. Il fait maintenant partie de la gamme Platinum, vendu à 15 €.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Deux ans après la libération de Vecta par le capitaine Jan Templar, l'ISA décide de mettre fin à la guerre par une opération armée sur Helghan cherchant à capturer le dictateur Scolar Visari, puis à le juger publiquement. Visari, au courant de l'invasion, décide de donner carte blanche pour défendre Helghan à son protecteur et leader favori, le colonel Mael Radec.

Fin stratège, Radec va mettre en place une défense extrêmement bien organisée. En effet, à l'arrivée des troupes de l'ISA, celles-ci se font littéralement massacrer. Cependant, contre toute attente, l'unité Alpha, dirigée par le commandant Jason Narville et les sergents Sevchenko et Velasquez, réussit à se frayer un chemin à travers la planète...

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Killzone 2 est un jeu d'action à la première personne classique dans son principe qui mise sur l'intensité des combats dans un univers futuriste ravagé. Il propose deux modes de jeu : le mode solo « Campagne » et le mode multijoueur en ligne « Zone de guerre ».

Solo[modifier | modifier le code]

Dans le mode solo, le joueur incarne Sev, un membre de l'unité Alpha des forces spéciales de l'ISA, engagé dans l'invasion d'Helghan.

Le personnage porte une arme primaire, par défaut un fusil d'assaut, et une arme secondaire, un revolver. Il dispose également d'un couteau pour le combat rapproché, et d'un lot de grenades à main.

Le mode implémente le système de couverture « lean and peek » : le personnage peut s'accoler aux éléments du décor pour se protéger et se découvrir subrepticement afin de jeter un coup d'œil ou faire feu. Le personnage est amené à utiliser des mitrailleuses fixes, une tourelle anti-aériennes ainsi qu'un char d'assaut et un exosquelette motorisé. Le système de détection de mouvement Sixaxis de la manette est requis pour ajuster la visée lors de l'utilisation du fusil de précision, pour ouvrir des valves et activer des charges explosives.

Le mode propose quatre niveaux de difficulté : Recrue, Soldat, Vétéran, Elite.

Multijoueur[modifier | modifier le code]

Le mode multijoueur en ligne permet à 32 joueurs divisés en deux équipes (ISA contre Helghasts) de s'affronter avec un système de squad à quatre. Il est possible de former un clan pouvant lancer des défis à d'autres clans. Il propose un système de grade qui permet de débloquer des classes de personnage et des armes au fur et à mesure de la progression.

Classes de personnage[modifier | modifier le code]

Le joueur dispose de 7 classes de personnage ayant chacune des facultés spécifiques. Une faculté principale propre à la classe et une faculté secondaire qui peut être combinée aux autre classes. Cette faculté secondaire n'est débloquée qu'après avoir obtenu un objectif précis avec la faculté principale et la possibilité de la combiner n'est débloquée qu'après avoir obtenu un objectif précis avec la faculté secondaire.

  • Le soldat est une unité de base sans faculté spécifique mais qui dispose d'un panel d'armement très large allant du fusil d'assaut au lance roquette en passant par le fusil à pompe et les mitrailleuses.
  • Le médecin (Medic) a pour faculté principale de soigner les équipiers mortellement blessés et pour faculté secondaire de déposer au sol des packs de soin. Il ne dispose que du fusil d'assaut de base comme arme principale.
  • Le sapeur (Engineer) a pour faculté principale de disposer des tourelles automatiques et pour faculté secondaire de réparer certains éléments (tourelle automatique, mitrailleuse fixe, caisse de munition). Il ne dispose que du fusil à pompe comme arme principale.
  • Le tacticien (Tactician) a pour faculté principale de pouvoir déposer des fumigènes servant de point de ré-apparition et en faculté secondaire de déposer une balise qui appelle un drone de support aérien. Il ne dispose que du fusil d'assaut de base comme arme principale.
  • Le commando (Assault) dispose d'une armure lourde qui accroît sa résistance et d'un système de boost qui lui permet de se déplacer à grande vitesse pendant un court laps de temps tout en regénérant sa santé. Il ne dispose que du lance grenade et de deux autres lances roquettes comme arme principale.
  • Le saboteur (Saboteur) a pour faculté principale de pouvoir se déguiser en l'un des membres de l'équipe adverse (en usurpant même son nom sur son icône) et pour faculté secondaire de pouvoir déposer des mines de proximité. Il ne dispose que du pistolet mitrailleur et du fusil de bataille comme arme de principale.
  • L'éclaireur (Scout) a pour faculté principale d'utiliser un camouflage optique le rendant presque invisible (quand il est immobile) et pour faculté secondaire de pouvoir « marquer » ses adversaires pour qu'ils apparaissent sur le radar de son équipe. Il ne dispose que du fusil de précision comme arme principale.

Types de mission[modifier | modifier le code]

Le mode multijoueur dispose de 8 cartes au lancement du jeu (d'autres seront proposées par la suite en téléchargement) où se déroule des sessions de jeu paramétrables et dynamiques pouvant proposer jusqu'à 5 types de missions différentes sans interruption.

  • Massacre (Body count) : un match à mort par équipe classique avec limite de temps et compteur de frag. L'équipe qui atteint le nombre de frag prédéterminé ou effectue le plus grand nombre de frag à la fin du temps imparti, emporte le point.
  • Recherche et destruction (Search and destroy) : une des équipes doit protéger deux cibles alors que l'équipe adverse doit y poser une charge. L'équipe de défense gagne le point si elle tient en échec l'équipe qui attaque jusqu'à la fin du temps imparti. L'équipe qui attaque gagne si elle arrive à piéger les deux cibles et empêche l'équipe de défense de les désamorcer avant la fin du compte à rebours.
  • Recherche et récupération (Search and retrieve) : un haut-parleur de propagande apparaît dans une zone neutre de la carte. Chaque équipe doit tenter de ramasser celui-ci afin de le déposer sur la cible du camp adverse pour faire apparaître un nouvel haut-parleur de propagande. L'équipe qui amène le nombre de haut-parleurs de propagande requis dans le camp adverse avant la fin du temps imparti ou obtient le plus grand nombre de haut-parleurs de propagande « livrés » à la fin du temps imparti emporte le point.
  • Assassinat (Assassination) : un joueur est désigné comme cible. Il a 20 secondes pour se mettre à couvert avant d'apparaître sur le radar du camp ennemi. Ensuite, il doit rester en vie jusqu'à ce que sa jauge soit pleine, dans la zone matérialisée en vert sur le radar (qui exclu sa base) ou alors jusqu'à la fin du temps imparti. Une cible mortellement blessée n'est pas comptée comme morte tant qu'elle n'est pas achevée ou ne réapparaît pas.
  • Capture et contrôle (Capture and hold) : trois bases de propagande sont dispersées sur la carte et chaque équipe doit se battre pour obtenir leur contrôle afin d'augmenter sa jauge de propagande. La première équipe à remplir sa jauge ou celle qui a la jauge la plus remplie à la fin du temps imparti emporte le point.

À la fin de la session, l'équipe qui a gagné le plus de manches gagne la partie et chaque joueur voit son score majoré par un coefficient de 1,5. De plus, le joueur obtient des rubans quand il réussit certains objectifs durant la session (tirs en pleine tête, survivre à une manche d'assassinat…). Quand il obtient 8 rubans identiques, il obtient la médaille correspondante débloquant un bonus (multiplicateur de point spécifique, faculté secondaire, arme...).

Cartes[modifier | modifier le code]

Le jeu dispose au départ de 8 cartes, toutes reprises de la campagne solo :

  • Marché de Salomone, c'est la deuxième plus grande carte. C'est un endroit urbain particulièrement sombre avec deux place de marché reliées entre elles. Deux grands bâtiments sont situés au centre reliés entre eux par une passerelle.
  • Industries helghastes, une carte de taille moyenne divisée en deux parties par une usine et un bâtiment de communication reliés entre eux par des passerelles. Ce complexe industriel est entouré par des taudis.
  • Académie Radec, qui comme son nom l'indique, se déroule dans une académie militaire Helghast. De taille moyenne cette carte possède deux niveaux et un souterrain. L'académie possède un amphithéâtre, des cuisines, des douches, une bibliothèque, des cachots, un garage ainsi qu'une grande cour intérieure.
  • Canal Sanglant : Une zone urbaine très dense qui s'étend sur plusieurs niveaux autour d'un canal asséché.
  • Dépôt Tharsis, il s'agit de la plus petite carte du multijoueur avec l'Académie Radec. Ce niveau est inspiré de la raffinerie Tharsis de la campagne solo. Il s'agit d'une plate-forme souterraine en suspension traversée par de nombreux tuyaux et conduits. Un bâtiment à 2 niveaux se trouve au centre. L'ISA et les Helghasts ont chacun leurs propre base.
  • Le marteau de Visari : Une carte avec de nombreuses tours et plateforme entourant une grande superstructure. Sa particularité est que les bâtiments sont peu nombreux, mais obligent à tout contourner pour traverser la carte.
  • La traversé de Corinth, cette carte comprend un immense pont qui relie les deux rives où se trouve respectivement les bases des deux factions. Les joueurs peuvent se battre sur trois niveaux différents.
  • Hauteurs de Pyrrhus, c'est la carte la plus grande. Elle est divisée en deux zones (une petite et une grande) reliées entre elles par trois ponts. La taille de la carte permet des combats à longue distance malgré une tempête de sable, elle est généralement préférée des snipers (ou éclaireurs).

Il y a sur le PSN des contenus téléchargeables disponibles, avec chacun 2 cartes:

  • Acier et titane : le Croiseur de Vecta, où les combats se déroulent dans un vaisseau spatial, le croiseur de l'ISA; Missile dans les friches : où l'on se trouve sur un train en marche (très impressionnant)[1].
  • Éclair et tonnerre : La Plage et Collines du Sud. Ces cartes sont inspirées de Killzone[2].
  • Napalm et Cordite : Falaise de Suljeva et Tours sentinelles, qui permettent d'utiliser le lance-flamme et le fusil à décharge[3].

Développement[modifier | modifier le code]

Killzone 2 est dévoilé en 2005 lors de l'Electronic Entertainment Expo (E3), conjointement à la PlayStation 3, avec une bande annonce restée dans les mémoires[réf. nécessaire], à la fois pour ses qualités visuelles impressionnantes et la controverse qui s'en suivit, les développeurs ayant laissé planer un doute quant à la nature de la vidéo, en réalité pré-calculée (un target render). La seconde apparition du jeu eut lieu deux ans plus tard lors de l'E3 2007, au travers une démonstration en temps réel. Les journalistes purent alors tester le jeu pour la première fois le 6 mai 2008 à Londres, lors du PlayStation Day.

Le budget de développement de Killzone 2 est estimé entre 25 et 35 millions d'euros[4],[5].

Une anecdote est que, pour finir le jeu à temps, le studio a dû utiliser un générateur diesel car la ville d'Amsterdam ne produisait pas assez d'électricité[6].

C'est Joris De Man qui s'est chargé de la bande son du jeu et l'a enregistrée à Abbey Road[7].

Critiques[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues

Presse papier
Média Note
Consoles + (FR) 17/20
Famitsu (JP) 32/40
Joypad (FR) 17/20
Presse numérique
Média Note
Eurogamer (GB) 9/10
Gamekult (FR) 8/10[8]
IGN (US) 9.2/10[9]
Jeuxvideo.com (FR) 17/20[10]
Agrégateurs de notes
Média Note
GameRankings 90.13 %[11]
Metacritic 91 %[12]

La plupart des journalistes ont encensé les graphismes, mais reproché le manque d'originalité dans le scénario et dans l'atmosphère (armes, modes de jeu...). La principale critique vient du fait qu'il n'y a pas de multijoueur en écran splitté (ou offline) donc pas de coop ni de deathmatch sur la même console. Ensuite, les tirs secondaires qui étaient présents sur le premier ont disparu. Il est considéré comme l'un des jeux les plus joués sur le PSN à ce jour[Quand ?].

Rééditions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Un prix pour le 'Steel & Titanium', play3live, 22 avril 2009
  2. Killzone 2 : un pack Beach Head et Southern Hills, play3live, 21 mai 2009
  3. Un 3e DLC pour Killzone 2, play3live, 11 juillet 2009
  4. (fr) « Budgets », 21 octobre 2009, JeuxVideo.com.
  5. (fr) « Rencontre avec Shuhei Yoshida, directeur des studios Sony PlayStation » de William Audureau, novembre 2008, Jeux Vidéo Magazine no 95, p. 39.
  6. Killzone 2 a posé des problèmes à Amsterdam, gamers.fr
  7. (en) Joris De Man Projects Killzone 2, site officiel de Joris De Man
  8. fiche de Killzone 2, gamekult
  9. fiche de Killzone 2, IGN UK
  10. test de Killzone 2, jeuxvideo.com, 29 janvier 2009
  11. fiche de Killzone 2, Game Rankings
  12. fiche de Killzone 2, metacritics

Lien externe[modifier | modifier le code]