Khwârezm-Shahs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dynastie des Khwârezm-Shahs
خوارزمشاهیان (fa)

Khwārezmšhāḥīān

10771231

Description de cette image, également commentée ci-après

L'empire khorezmien à sa plus grande extension, vers 1215

Informations générales
Statut Monarchie
Capitale Kounia-Ourguentch
Religion Islam
Démographie
Population 1218 ~ 20 millions
Histoire et événements
1077 Anushtigin est nommé gouverneur du Khwarezm par le pouvoir seldjoukide
1141-1172 Tutelle des Kara-Khitans
1215 Extension maximale de l'empire, après la chute des Qarakhanides et des Ghurides
1231 Chute de la dynastie
Shahs
(1er) 1077-1097 Anushtigin
(Der) 1220-1231 Jalal ad-Din

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Les Khwârazm-Shahs ou Khorezmiens étaient une dynastie perso-turque installée au Khwarezm, en Transoxiane et en Perse (10771231).

Souverains et histoire[modifier | modifier le code]

La dynastie fut fondée par Anushtigin (10771097), qui fut nommé en 1077 gouverneur du Khwarezm par le sultan seldjoukide Malik Shah Ier. Sa résidence devint Kounia-Ourguentch. Ses successeurs gagnèrent vite une large indépendance par rapport aux Seldjoukides entrèrent en conflit avec ceux-ci à propos de la domination sur le Khorassan. Après la défaite, en 1141, du royaume seldjoukide oriental contre les Kara-Khitans, le Khwarezm passa quelque temps sous la tutelle de ces derniers.

Ala ad-Din Tekish (11721200) arriva certes au pouvoir au Khwarezm avec l’aide des Kara-Khitans, mais put rapidement se débarrasser de leur tutelle. Sous son règne, en 1187, le Khorasan fut conquis et, en 1194, le dernier sultan seldjoukide fut déposé et la Perse conquise. Les Khorezmiens devinrent aussi les nouveaux protecteurs des califes Abbassides de Bagdad. Sous Ala ad-Din Muhammad (12001220), le royaume atteignit son extension maximale car les Qarakhanides de Transoxiane (1212) et les Ghurides du Khorassan (1215) avaient été renversés.

La montée rapide du Khwarezm au rang de grande puissance ne put se faire que par l’alliance de la dynastie avec les Kiptchak et les Oghouzes. Mais les campagnes et les razzias de ces derniers eurent des conséquences dévastatrices pour l’agriculture en Asie centrale et en Iran car, à côté des destructions liées aux guerres, beaucoup de champs furent transformés en pâturages pour les troupeaux des Kiptchak nomades.

La prospérité du royaume fut de toute façon de courte durée, car il provoqua une attaque des Mongols de Gengis Khan. En 1219, le gouverneur khorezmien d’Otrar sur le Syr-Daria fit assassiner une caravane de marchands-espions envoyés par Gengis Khan, et les ambassadeurs envoyés par celui-ci pour demander des explications connurent le même sort, ce qui déclencha une répression terrible.

En 1220, les Mongols conquirent l’Asie centrale, dont les grandes villes comme Samarcande, Boukhara, Merv et Nichapur subirent de sévères destructions. Ala ad-Din mourut en 1220 en fuyant, tandis que son fils Jalal ad-Din continuait depuis l’Azerbaïdjan la résistance contre les Mongols. Mais, à cause de ses razzias, il fut vaincu en 1230 par une coalition des Seldjoukides de Roum et des Ayyoubides. Avec l’assassinat de Jalal ad-Din en 1231, la dynastie des Khwârazm-Shahs prit fin.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes : Khanat de Khiva, Khwarezm et Khorezmiens.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • C.E. Bosworth, Les dynasties musulmanes, trad. Y. Thoraval, Actes sud, coll. Sinbad, 1996, (ISBN 2-7427-0713-1)
  • René Grousset, L'Empire des steppes

Lien externe[modifier | modifier le code]