Khemed

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Émirat du Khemed
Pays de la série Les Aventures de Tintin
Drapeau du Khemed
Drapeau du Khemed

Localisation Péninsule arabique
Régime politique Émirat
Capitale Wadesdah
Villes principales Khemkhah
Habitants principaux Mohammed Ben Kalish Ezab, Abdallah Ben Kalish Ezab, Bab El Ehr
Langue officielle Arabe
Monnaie

Religion dominante
Dirham

Islam (mais autres religions tolérées)

Créé par Hergé
Première apparition Tintin au pays de l'or noir (1950)
Autres apparitions Les Aventures de Tintin (série animée)
Éditeur Casterman
© Moulinsart

Le Khemed est une pétromonarchie (sous forme d'émirat) arabe imaginaire dans Les Aventures de Tintin qui semble se situer quelque part sur les rives de la mer Rouge.

Géographie[modifier | modifier le code]

Certains exégètes estiment que l’Émirat arabe du Khemed se situe quelque part sur les rives de la péninsule arabe, près de l'Arabie saoudite. On peut être plus précis en affirmant que cet État se trouve avant le golfe d’Aqaba en étant une enclave dans l'actuelle Arabie saoudite. En effet, on peut facilement atteindre la capitale en voiture en moins d'un jour (la jeep étant conseillée) à partir du port que l'on a cru être Haifa (un lapsus du Lieutenant du Speedol Star qui n'est que dans la première version de l'album) et qui en réalité est le port pétrolier de Caiffa (dénomination utilisée dans les parutions originales du Petit Vingtième et du Journal de Tintin) qui deviendra Khemkhah après le retrait des Anglais du Moyen-Orient.

Il pourrait ainsi s'agir du Liban, d'Israël, de l'Arabie saoudite ou de sa région le Hedjaz, du Yémen.

La capitale est sur les bords de la mer Rouge à mi-chemin entre Aqaba et Djeddah ainsi qu'il est clair dans le plan de situation préparé par Hergé (voir l'ouvrage Tintin, Haddock et les bateaux) pour Coke en Stock.

On sait qu'y souffle le khamsin, qui est un vent de sable brûlant venant du désert d'Égypte vers Israël (voir Tintin au pays de l'or noir). Les correspondants étrangers couvrant les affaires du Khemed sont basés à Beyrouth (voir Coke en Stock) et une liaison aérienne réguliére (autrefois par DC3) relie la capitale libanaise à celle de l’émirat. Enfin, on trouve dans le pays des vestiges (erronément prises pour des ruines romaines par Haddock) de la civilisation nabatéenne, dont le clou bien connu est Pétra, en Jordanie.

Le pays est habité par des tribus bédouines dont une opposition séculaire est bien connue entre les deux principales familles celle des Bab El Ehr (du patois bruxellois, babeleer, « bavard »[1]) et celle des Ben Kalish Ezab (kalische zap, « jus de réglisse »[1]) les premiers étant nomades et plutôt présents dans la partie ouest du désert et les second sédentarisés sur la bande côtière et majoritaires dans la capitale.

La famille des Patrash Pasha constitue la troisième plus importante des tribus nomades qui se tient généralement à l'écart des villes.

Capitale et ville principale du pays : Wadesdah (wat is dat « qu'est-ce que c'est ? »[1]).

Seconde ville de l'émirat, le port pétrolier de Khemkhâh (ik heb het koud, « j'ai froid »[1]) est très actif.

La ville de résidence de l'émir est Hasch El Hemm (HLM, « habitation à loyer modéré »[1]) située à 20 km de la capitale.

Le Khemed est constitué principalement d'un très important désert : le djebel Kadheïh. La principale ressource du pays est l'exploitation du pétrole on-shore.

Régime politique[modifier | modifier le code]

Émirat sous le régime de la monarchie absolue.

Le règne de l'émir Mohammed Ben Kalish Ezab est contesté. Des opposants sont commandés par le cheik Bab El Ehr de la tribu opposée. Ces rebelles ont eu leur heure de gloire avec l'appui d'un chef militaire d'origine européenne : Mull Pacha[2] : le Dr Müller. Dans un premier temps, les partisans ont atteint leurs objectifs avec l'aide de mercenaires et de matériel militaire moderne, mais une restauration a eu lieu.

Économie[modifier | modifier le code]

La ressource principale est le pétrole, convoité par les grandes multinationales faisant la loi sur ce marché. Le Khemed est traversé par plusieurs oléoducs.

L'aéroport de Wadesdah est desservi notamment par l'escale des vols quotidiens de l'Arabair assurant la ligne Beyrouth-La Mecque.

Civilisation[modifier | modifier le code]

Le pays est musulman et tolérant pour les autres religions (un non-musulman y a le droit de détenir de l'alcool mais pas d'en faire commerce).

La culture bédouine est très présente au Khemed.

Les mœurs y sont rudes. L'émir a encore le droit absolu d'infliger la bastonnade, et le supplice du pal y était pratiqué jusqu'à il n'y a guère.

Apparitions dans Les Aventures de Tintin[modifier | modifier le code]

Le Khemed apparaît à deux reprises dans la célèbre série dessinée : dans Tintin au pays de l'or noir et dans Coke en Stock.

Tintin au pays de l'or noir[modifier | modifier le code]

Une étrange épidémie d'explosions de moteurs éclate et même les Dupondt en sont victimes. Mais pour Tintin, la solution est bien au Khemed pays producteur d'or noir. Cette aventure marque le grand retour du Dr Müller qui appuie le Sheik Bab El Ehr alors que celui-ci cherche à renverser l'émir Ben Kalish Ezab. Tintin découvrira que c'est ce même Dr Müller (qui utilise le pseudonyme professeur Smith) qui falsifiait l'essence et qui a enlevé Abdallah, le fils de l'émir.

Coke en Stock[modifier | modifier le code]

En sortant d'un cinéma, le capitaine Haddock se cogne par hasard au général Alcazar, qui perd son portefeuille. Tintin tente de le lui rapporter, mais le général est inconnu à l'hôtel où il est censé loger. Tintin et le capitaine Haddock finissent par le retrouver dans un autre hôtel, en conversation avec Dawson, l'ex-chef de la police internationale de Shanghaï. Haddock lui rend le portefeuille pendant que Tintin suit discrètement Dawson et surprend une discussion sur un mystérieux trafic d'armes. En s'éclipsant, Tintin ne se rend pas compte qu'il a été repéré. De retour au château de Moulinsart, il découvre qu'Abdallah et sa suite s'y sont installés pour fuir un coup d'État au Khemed contre le père d'Abdallah, l'émir Ben Kalish Ezab. Tintin (voulant aider l'émir) et Haddock (voulant fuir Abdallah) décident de se rendre au Khemed.

À l'aéroport de Wadesdah, la douane les refoule sans explication et une bombe est placée dans leur avion. L'attentat échoue miraculeusement, un incendie de moteur forçant l'avion à atterrir avant que la bombe n'explose. Tintin et Haddock, aidés par Oliveira da Figueira, chevauchent jusqu'à la cité troglodyte où s'est réfugié l'émir (cité inspirée par Pétra, en Jordanie). L'émir leur explique que Bab El Ehr, qui l'a renversé, reçoit des armes et des avions du marquis Di Gorgonzola qui finance ces achats par la traite des esclaves.

Tintin et Haddock partent pour la côte et embarquent dans un bateau pour enquêter sur ce trafic, mais leur embarcation est coulée lors d'une attaque aérienne. Réfugiés sur un radeau, ils recueillent Piotr Szut, le pilote assaillant que Tintin a abattu. Les naufragés sont ensuite secourus par le yacht du richissime marquis Di Gorgonzola (qui n'est autre que Rastapopoulos, le directeur de film des Cigares du pharaon). Il ne peut rien tenter contre eux, Tintin et Haddock ayant été reconnus par une des croisiéristes, la célèbre cantatrice Bianca Castafiore.

Ils sont discrètement transférés la nuit suivante sur un cargo, le Ramona, où ils sont faits prisonniers par l'équipage qui travaille pour Di Gorgonzola (le capitaine Haddock retrouve à cette occasion une vieille connaissance, Allan). Un incendie survient pendant la nuit sur le navire et l'équipage fuit laissant derrière eux Tintin, Haddock et Szut, qui parviennent à éteindre le feu. Ce faisant, ils découvrent que le Ramona transportait dans ses cales un grand nombre d'Africains, en pèlerinage pour La Mecque. En fouillant le bateau, Tintin trouve un bout de papier sur lequel est inscrit un message mystérieux, intimant l'ordre de livrer du coke. Le cargo est alors accosté par un « commerçant » arabe qui leur demande à inspecter le « coke » : c'est en réalité le nom de code donné aux esclaves africains (cet album a été écrit avant que coke ne signifie cocaïne. Le terme coke sur un cargo s'applique normalement au charbon, ce terme innocent est ici utilisé par les contrebandiers pour désigner les esclaves noirs africains). Le trafiquant d'esclaves est finalement chassé, sous les quolibets du capitaine.

Di Gorgonzola-Rastapopoulos apprend par le trafiquant d'esclaves que le Ramona est sauf ; il tente alors de le couler à l'aide d'un sous-marin lanceur de torpilles puis d'une mine transportée par un homme-grenouille. Ces tentatives échouent grâce à l'intervention de l'U.S. Navy, appelée à la rescousse, qui arraisonne également le yacht de Rastapopoulos. Ce dernier parvient cependant à s'échapper grâce à un sous-marin miniature. La filière esclavagiste est néanmoins démantelée et le scandale est rapporté par la presse au retour de Tintin et du capitaine à Moulinsart. Ceux-ci retrouvent leur demeure libérée d'Abdallah, l'émir Ben Kalish Ezab ayant recouvré le pouvoir au Khemed. En revanche, ils devront supporter l'inénarrable Séraphin Lampion...

Commentaires[modifier | modifier le code]

  • Le nom « Khemed » est peut-être inspiré d'un des anciens noms donnés à l'Égypte (Kemet signifie « terre noire »). Si on utilise le patois bruxellois comme vocable d’origine, on peut traduire ’k hem het par « ça y est! j'ai compris » en réponse à Wadesdah, ou wat es da ?, qui signifie « qu'est-ce que c’est ? ».
  • Le nom et la petite taille du pays évoquent également le Koweït ou le Yémen.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Frédéric Soumois, Dossier Tintin : Sources, Versions, Thèmes, Structures, Bruxelles, Jacques Antoine,‎ 1987, 316 p. (ISBN 2-87191-009-X), p. 215
  2. Sans doute une évocation de John Bagot Glubb dit Glubb Pacha

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]