Khanat de Boukhara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Khanat, puis émirat de Boukhara
Buxoro Xonligi (uz)

15991920

Drapeau
Drapeau de l'émirat (1785-1920)
Description de cette image, également commentée ci-après

Le khanat vers 1600

Informations générales
Statut Khanat, puis émirat
Capitale Boukhara
Histoire et événements
1599 Fondation du khanat par les Djanides
1785 Le khanat devient émirat
1868 Protectorat de l'empire russe
1920 Proclamation de la république populaire soviétique de Boukhara

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Le khanat de Boukhara[1] (en persan: خانات بخارا; ouzbek: Buxoro Xonligi) est un ancien État d'Asie centrale majoritairement persophone fondé au début du XVIe siècle par la dynastie des Chaybanides, dont la capitale était Boukhara (actuellement en Ouzbékistan), et qui englobait aussi la ville de Samarcande. Il a occupé le territoire entre les fleuves Amou-Daria et le Syr-Daria, connu autrefois comme la Transoxiane. Tout comme les khanats voisins de Khiva et de Kokand, il est issu de la dislocation du khanat de Djaghataï.

Le Khanat[modifier | modifier le code]

Le khanat atteint son étendue la plus grande et son influence la plus importante sous l'avant-dernier souverain chaybanide, Abdoullah Khan II. Au XVIIIe siècle, le khanat est gouverné par la dynastie des Djanides après avoir destitué les autres descendants de Djötchi.

La conquête de Nâdir Shâh en 1740 amena son règne éphémère qui dura jusqu'à sa mort en 1747. Après sa mort, le khanat est gouverné par les descendants de l'émir ouzbek Khudayar Bi qui exerce la fonction d'ataliq (premier ministre) auprès du Khan. L'un de ses descendants, Shah Mourad prend le pouvoir effectif en 1785 à la mort d'Aboul-Ghazi, dernier khan djanide et transforme le khanat en émirat de Boukhara.

L'Émirat[modifier | modifier le code]

En 1868, l'Émirat de Boukhara est annexé en grande partie, y compris l'importante ville de Samarcande, par l'Empire russe. En 1873, le reste de l'émirat devient un protectorat russe, et se trouve inclus dans le gouvernorat général du Turkestan.

Peu après la révolution d'Octobre, après la prise de Boukhara par l'Armée rouge le 2 septembre 1920, il perd définitivement son indépendance pour former la république populaire soviétique de Boukhara[2] avant d'intégrer, en 1924, la RSS d'Ouzbékistan (dans sa grande partie). Aujourd'hui, le territoire de l'émirat défunt se situe essentiellement en Ouzbékistan, avec des parties en Tadjikistan, en Turkménistan et en Kazakhstan. Il s'est également étendu dans le passé, entre 1793 et ​​1850, au nord de l'Afghanistan.

Souverain de Boukhara[modifier | modifier le code]

Mohammed Alim Khan (1880-1944), dernier émir du Boukhara. Photo de Prokoudine-Gorski

Khan[modifier | modifier le code]

Émir[modifier | modifier le code]

  • 1860-1885 : Mouzaffaredine
  • 1911-1920 : Mohammed Alim Khan

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. On rencontre parfois la dénomination de Grande Boukharie
  2. http://www.centralasia-travel.com/fr/countries/uzbekistan/sights/bukhara_history

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Géopolitique de l'Ouzbékistan, Ouvrage collectif (Jacques Barrat, Coline Ferro, Charlotte Wang), Éditions SPM 2011

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]