Khanat d'Erevan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Khanat d'Erevan
خانات ایروان (persan)

17471828

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Le khanat d'Erevan (en jaune)

Informations générales
Statut Khanat
Capitale Erevan
Histoire et événements
1747 Création
1828 Abolition

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Le khanat d'Erevan (ou Erivan ; en persan خانات ایروان) est une principauté musulmane sous suzeraineté perse ayant existé de 1747 à 1828. Son territoire correspondait approximativement au centre de l'Arménie moderne, à la majeure partie de la province turque d'Iğdır, et aux raions azerbaïdjanais de Sadarak et de Sharur (Nakhitchevan). À la suite de la guerre russo-persane de 1826-1828, il est rattaché à l'Empire russe par le traité de Turkmanchai. Il forme dès lors avec le khanat de Nakhitchevan l'oblast arménien.

Histoire[modifier | modifier le code]

Pendant tout le XVIe et le début du XVIIe siècle, l'Arménie est le champ de bataille sur lequel s'affrontent les Ottomans et les Perses, passant tour à tour sous le contrôle des uns ou des autres[1]. Le traité de Qasr-i-Chirin met fin à cette situation en 1639 et accorde l'Arménie orientale, dévastée, à la Perse[2].

Au début du XVIIIe siècle, à la suite du déclin de la Perse séfévide et des premières incursions russes dans le Caucase, les Ottomans décident de réagir et marchent sur l'Arménie perse ; Erevan tombe ainsi le 7 juin 1724[3]. Ce n'est que dans les années 1730 que des troupes perses réussissent à reprendre le contrôle de la région[4]. En 1747, à la mort de Nâdir Châh, l'Arménie perse est répartie entre trois khanats relativement autonomes, les khanats d'Erevan, de Nakhitchevan et du Karabagh.

À partir de 1750, la suzeraineté immédiate du khanat d'Erevan est abandonnée par Muhammad Karim Khân au roi Héraclius II de Kakhétie, qui investit les khans vassaux et perçoit d'eux un tribut. Cette situation perdure malgré quelques révoltes sporadiques jusqu'à l'expédition du Kadjar Agha Mohammad Shah contre Tiflis en 1795[5].

Le khanat d'Erevan tombe aux mains des Russes à l'issue de la guerre russo-persane de 1826-1828 : en avril, l'armée russe entre à Etchmiadzin et en juin à Erevan, mais ne parvient pas à prendre sa forteresse ; elle ne capitule que le 1er octobre. Les Russes menaçant alors de marcher sur Téhéran, ils parviennent à arracher la paix. Leurs conquêtes sont entérinées par le traité de Turkmanchai en 1828[6]. La même année, un décret de Nicolas Ier réunit les khanats d'Erevan et de Nakhitchevan au sein d'une nouvelle entité, l'oblast arménien[7].

Population[modifier | modifier le code]

La population du khanat est composée d'Arméniens, de Perses (principalement établis autour de la capitale), de Turcs (sédentaires ou nomades) et de Kurdes (principalement nomades)[8]. Parmi les musulmans, le chiisme domine, mais sunnisme et yézidisme sont aussi présents[8]. En conséquence de la décision par Abbas Ier de déporter les Arméniens de la plaine de l'Ararat en Perse (1605), ces derniers ne forment que 20 % de la population du khanat[8],[9].

Après l'incorporation du khanat à l'Empire russe, en 1828, de nombreux musulmans (Azéris, Tatars, Kurdes, Lezguiens, ainsi que d'autres tribus nomades) quittent la région et sont remplacés par des dizaines de milliers d'Arméniens réfugiés de Perse. Des mouvements similaires, à une échelle moindre, continuent jusqu'à la fin du XIXe siècle[10]. En 1832, les musulmans vivant sur le territoire de l'ancien khanat sont dépassés en nombre par les Arméniens[11].

Khans d'Erevan[modifier | modifier le code]

Méliks d’Erevan[modifier | modifier le code]

Selon Cyrille Toumanoff, les méliks d’Erevan appartiennent à la famille des « Alamalides », rameau collatéral issu de la dynastie des « Avanides ou Avanian » de Varanda-Dizat, descendants de Vasak-Smbat de Khatchen[16],[17].

La liste a été établie sur la base des travaux de Cyrille Toumanoff[18] complétés par l’article de l’« Encyclopædia Iranica » qui mentionne des méliks non insérés dans la généalogie[19] :

  • mort vers 1653 : Gilan, descendant d’Alam ou Elam de mélik de Varanda-Dizat (vers 1566) ;
  • vers 1653-1693 : Catur Ier, son fils ;
  • vers 1693-1716 : Ałamal, son fils ;
  • 1716-1719 : Catur II ? ;
  • 1721-1719 : Naz Ier ? ;
  • 1721-1759 : Yakob-Jan, fils d’Alamal[20],[21] ;
  • 1759-1790 : Naz II ? ;
  • 1770-???? : Petros, fils de Djan Yakob ;
  • vers 1805 : Sahak Ier, son fils ;
  • 1805-1811 : Abraham, son frère ;
  • 1811-1828 : Sahak II, mort en 1835, son fils.

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Erivan khanate » (voir la liste des auteurs).

  1. Gérard Dédéyan (dir.), Histoire du peuple arménien, Toulouse, Éd. Privat,‎ 2007, 991 p. (ISBN 978-2-7089-6874-5), p. 389.
  2. Dédéyan 2007, p. 393.
  3. Dédéyan 2007, p. 458-459.
  4. Dédéyan 2007, p. 460.
  5. Marie-Félicité Brosset, Histoire de la Géorgie, partie II : « Histoire moderne », livraison 2, p. 211.
  6. Dédéyan 2007, p. 483.
  7. Dédéyan 2007, p. 485.
  8. a, b et c (en) Robert H. Hewsen, Armenia: A Historical Atlas, University of Chicago Press, 2001 (ISBN 0-226-33228-4), p. 168.
  9. (en) Baron von Haxthausen, Transcaucasia: Sketches of the Nations and Races between the Black Sea and the Caspian, Adamant Media Corporation, 2000 (ISBN 1402183674), p. 252.
  10. (en) Tim Potier, Conflict in Nagorno-Karabakh, Abkhazia and South Ossetia: A Legal Appraisal, Martinus Nijhoff Publishers, 2001 (ISBN 9041114777), p. 2.
  11. (en) Svante Cornell, Small Nations and Great Powers: A Study of Ethnopolitical Conflict in the Caucasus, Routledge, 2001 (ISBN 0700711627), p. 67.
  12. Marie-Félicité Brosset, op. cit., p. 249.
  13. (en) Georges A. Bournoutian, Russia and the Armenians of Transcaucasia 1797-1889, Mazda Publishers, 1998 (ISBN 1568590687), p. 31, note no 3 & p. 530.
  14. a et b (en) Georges A. Bournoutian, op. cit., p. 31, note no 3.
  15. (en) Ronal Grigor Suny, « Eastern Armenian under Tsarist Rule », dans Richard G. Hovannisian (dir.), The Armenian from Ancient to Modern Times, vol. II : From Foreign Dominion to Statehood: The Fifteenth Century to the Twentieth Century, Palgrave Macmillan, 2004 (ISBN 978-1403964229), p. 110.
  16. Cyrille Toumanoff, Les dynasties de la Caucasie chrétienne de l'Antiquité jusqu'au XIXe siècle : Tables généalogiques et chronologiques, Rome,‎ 1990, p. 253-255.
  17. Cyrille Toumanoff, Les dynasties de la Caucasie chrétienne de l'Antiquité jusqu'au XIXe siècle : Tables généalogiques et chronologiques, Rome,‎ 1990, p. 260.
  18. Toumanoff 1990, p. 260.
  19. (en) Erich Kettenhofen, George A. Bourtoutian et Robert H. Hewsen, « Erevan », dans Encyclopædia Iranica en ligne. Consulté le 16 décembre 2011.
  20. Selon Cyrille Toumanoff, il s’agit de deux méliks distincts (frères) qui règnent conjointement avec leur frère Mkrtoun.
  21. Le Catholicos contemporain Abraham III de Crète, qui ne semble connaître qu’un mélik, Djan-Jacob, précise qu’il assiste avec lui au couronnement de Nader Shah en 1736.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]