Khalid El-Masri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Khalid El-Masri (29 juin 1963) est un citoyen allemand d’origine libanaise. Né au Koweït de parents libanais, il y vit et est membre du groupe armé „Al Tawhid“. Il s'enfuit en 1985 en Allemagne où il obtient la nationalité allemande en 1995, se marie à une Libanaise en 1996 et a cinq enfants.


De son domicile à Ulm, il part sans sa femme et ses enfants pour aller à Skopje à la fin de l'année 2003. La CIA le détient à la frontière macédonienne le 31 décembre parce que son nom est identique (à la transcription près) à celui de Khalid al-Masri, accusé d'être allié à Al-Qaida à Hambourg. On le détient dans un motel en Macédoine pendant plus de trois semaines.

Détenu fantôme, il reste dans les mains de la CIA pendant plusieurs mois. En avril 2004, le directeur de la CIA George Tenet est informé du cas d'El-Masri. National Security Advisor Condoleezza Rice est informé en mai et donne l'ordre de le remettre en liberté. El-Masri est remis en liberté le 28 mai 2004. Il dit avoir été remis en liberté pendant la nuit dans une rue déserte en Albanie, sans excuse ni argent pour retourner à son domicile. Il se dit victime de la sauvagerie des États-unis et de la CIA.

Le Washington Post écrit dans un article le 4 décembre 2005 que l'Inspector General de la CIA examine une série d'enlèvements erronés, dont celui d'El-Masri. Le 5 décembre 2005, la chancelière allemande Angela Merkel dit que les États-Unis ont admis que la détention d'El-Masri était une erreur. Le 6 décembre 2005, l'American Civil Liberties Union aide El-Masri pour attaquer en justice l'ancien directeur de la CIA George Tenet et les propriétaires des avions privés loués au gouvernement américain que la CIA utilisait pour le transporter. Suite à l'invocation par l'administration Bush du privilège de secret d'État, le tribunal refuse de reconnaître l'affaire.

En 2012, la Cour Européenne des Droits de l'Homme a condamné la Macédoine pour violation des droits d'El-Masri sur Articles 3, 5, 8 et 13 de CEDH.