Kermoroc'h

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kermoroc'h
Le calvaire de Langouérat.
Le calvaire de Langouérat.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Guingamp
Canton Bégard
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Bégard
Maire
Mandat
Marie-Yannick Prigent
2014-2020
Code postal 22140
Code commune 22091
Démographie
Gentilé Kermorochois, Kermorochoise
Population
municipale
420 hab. (2011)
Densité 68 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 37′ 21″ N 3° 12′ 19″ O / 48.6225, -3.205277777777848° 37′ 21″ Nord 3° 12′ 19″ Ouest / 48.6225, -3.2052777777778  
Altitude Min. 79 m – Max. 147 m
Superficie 6,16 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Kermoroc'h

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Kermoroc'h

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Kermoroc'h

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Kermoroc'h

Kermoroc'h ([kɛʁmoʁɔk], mais traditionnellement [kɛʁmoʁo]) est une commune du département des Côtes-d'Armor, dans la région Bretagne, en France.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Kermoroc'h vient du breton Ker qui veut dire village, Mor pour la mer et Roc'h pour rocher, et signifie Village entre mer et rochers ou probablement du breton ker et morech ou moroc'h nom de famille[réf. nécessaire].

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1882 19xx Francois marie Colcanap   Notaire
mars 2001 mars 2008 Marie-Yannick Prigent DVG  
mars 2008 mars 2014 Maryvonne Le Berre PCF Retraitée
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
483 484 456 493 530 541 556 603 582
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
589 608 624 605 619 622 584 529 553
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
527 504 505 495 469 451 408 401 334
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
344 326 284 283 268 324 355 376 405
2011 - - - - - - - -
420 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Chapelle de Langouerat

La chapelle Saint-Louis, ancienne église paroissiale (XIVeXVIIe siècle), a été édifiée par les seigneurs Du Perrier en 1373. En partie détruite lors de combats entre Olivier de Clisson et le seigneur Du Perrier, elle fut remise en état et agrandie au XVe siècle. Une nouvelle restauration fut effectuée en 1645. Elle tomba en ruines vers le milieu du XXe siècle.Depuis 2004, une nouvelle association a entrepris de préserver les lieux et de remettre le site en état.

Visite[modifier | modifier le code]

Totem symbolisant l'entrée de la vallée du Perrier, taillé dans un arbre tombé lors d'une tempête

Vallée du Perrier : Sentier botanique reliant Kermoroc'h à Landebaëron d'une distance d'environ 6 km. La vallée du Perrier, avant 1984, n'était qu'une vallée abandonnée envahie par les herbes. En 1984, Gilberte Riou fonde l'association Les Amis de la Vallée du Perrier (dont elle est présidente) composée de bénévoles qui s'occupe de l'aménagement du sentier botanique, de l'élaboration de panneaux sur la faune et la flore (qui permettent une marche intelligente au cours de laquelle on découvre les animaux et plantes qui peuplent le bois), de la construction d'une aire de jeux et de la création d'un parcours de santé. Cette association a relié les gens dans des fêtes mêlant art, poésie et nature. D'avril 1997 à mars 1998 elle propose saisons d'une vallée : une période durant laquelle cinq artistes (Jan Maï, Guy Faidy, Jean-Luc Bourel, Tanguy Dohollau et Catherine Urien) vont décorer la vallée avec peintures, sculptures et poèmes. La vallée du Perrier a été visitée par environ 25 000 personnes au cours de l'année 1993[3].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  3. Journal Ouest-France daté du mardi 26 juillet 1994

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :