Kepler-69 c

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Kepler-69c)
Aller à : navigation, rechercher
Kepler-69 c
Vue d'artiste de Kepler-69c par rapport à la Terre.
Vue d'artiste de Kepler-69c par rapport à la Terre.
Étoile
Nom Kepler-69, KOI-172 [1],[2],
KIC-8692861[3],[4],
2MASS J19330262+4452080[5]
Constellation Cygne
Ascension droite 19h 33m 02.622s[1]
Déclinaison +44° 52′ 08.00″[1]
Type spectral G[6]
Planète
Caractéristiques orbitales
Demi-grand axe (a) 0,762[1] [2]  ua
Excentricité (e) 0,000[1] [2]
Période (P) 242,469±0,0068[1] [2]  j
Caractéristiques physiques
Rayon 1,54±0,42[1] [2]  RT
Température 281[1]  K
Découverte
Découvreurs Équipe de la mission Kepler
Méthode Transit
Date 7 janvier 2013[6]
Informations supplémentaires

Kepler-69 c[7],[8],[9] (anciennement KOI-172.02, K00172.02)[1],[10],[2],[4],[11] est une exoplanète confirmée de type Super-Terre située à 2 700 années-lumière du système solaire (une ancienne estimation de la distance de son étoile était de 1 040 années-lumière[4]). Elle a été découverte par des astronomes affiliés à la mission Kepler et annoncée le 7 janvier 2013[10],[6]. À la date de cette annonce, son existence restait toutefois à confirmer par des observations ultérieures. Cette confirmation a été apportée le 18 avril 2013[7],[8],[9]. Kepler-69 c orbite dans la zone habitable de son étoile et constituait, au moment de sa découverte, un des meilleurs analogues terrestres connus[6].

Exoplanète[modifier | modifier le code]

comparaison de taille
Terre Kepler-69 c
The Earth seen from Apollo 17.jpg exoplanète

Kepler-69 c est une Super Terre, avec un rayon de 1,54 fois celui de la Terre. Elle orbite autour d'une étoile de même type que le Soleil, nommée Kepler-69 (anciennement KOI 172[2]), à l'intérieur de la zone habitable[6] qui est une zone située autour de l'étoile permettant à l'eau à l'état liquide d'exister à la surface d'une planète. Les scientifiques affirment que l'exoplanète « pourrait être une parfaite candidate pour abriter de la vie extraterrestre »[6].

Étoile hôte et système planétaire[modifier | modifier le code]

L'étoile hôte, Kepler-69 (KOI-172, KIC 8692861, 2MASS J19330262+4452080)[2], est une étoile de type G un peu plus froide que le Soleil[6]. Kepler-69c, la planète, se situe à 112,654 millions de kilomètres de son étoile et elle effectue une orbite complète autour de celle-ci en 242 jours[6]. À titre de comparaison, la Terre orbite à une distance moyenne d'environ 150 millions de kilomètres du Soleil en 365 jours.

Champ de recherche du télescope spatial Kepler, dans le contexte de la Voie lactée.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) Staff, « Kepler KOI Search Results for KOI-172.02 », Space Telescope Science Institute,‎ 7 janvier 2013 (consulté le 11 janvier 2013)
  2. a, b, c, d, e, f, g et h (en) Staff, « NASA Exoplanet Archive -KOI-172.02 », CalTech (consulté le 11 janvier 2013)
  3. (en) Keith P. Graham, « Star Finder for KIC=8692861 », CThreePO.com,‎ 2008 (consulté le 11 janvier 2013)
  4. a, b et c (en) Wm. Robert Johnston, « List of Extrasolar Planets », JohnstonArchive.com,‎ 2 octobre 2011 (consulté le 11 janvier 2013)
  5. (en) Identification dans la base de données SIMBAD du Centre de données astronomiques de Strasbourg
  6. a, b, c, d, e, f, g et h (en) Clara Moskowitz, « Most Earth-Like Alien Planet Possibly Found », Space.com,‎ 9 janvier 2013 (consulté le 9 janvier 2013)
  7. a et b (en) Thomas Barclay, et al., « A super-Earth-sized planet orbiting in or near the habitable zone around Sun-like star »,‎ 17 avril 2013 (consulté le 20 avril 2013)
  8. a et b (en) Michele Johnson, J.D. Harrington, « NASA's Kepler Discovers Its Smallest 'Habitable Zone' Planets to Date », sur NASA, NASA,‎ 18 avril 2013 (consulté le 20 avril 2013)
  9. a et b (en) Dennis Overbye, « 2 Good Places to Live, 1,200 Light-Years Away », sur New York Times, New York Times,‎ 18 avril 2013 (consulté le 20 avril 2013)
  10. a et b (en) J. D. Harrington et Michele Johnson, « NASA'S Kepler Mission Discovers 461 New Planet Candidates », NASA,‎ 7 janvier 2013 (consulté le 11 janvier 2013)
  11. (en) 3 Potentially Habitable 'Super-Earths' Explained (Infographic)

Liens externes[modifier | modifier le code]