Kepler-16 b

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Kepler-16b)
Aller à : navigation, rechercher

Coordonnées : Sky map 19h 16m 18s, +51° 45′ 27″

Kepler-16b
Représentation du système de Kepler-16.
Représentation du système de Kepler-16.
Étoile
Nom Kepler-16
Constellation Cygne
Ascension droite 19h 16m 18s
Déclinaison +51° 45′ 27″
Type spectral K
Planète
Type Jupiter froid circumbinaire
Caractéristiques orbitales
Demi-grand axe (a) 0,7048 ± 0,001  UA  [1]
Excentricité (e) 0,0069+0,001−0,0015  [1]
Période (P) 228,776+0,02−0,037  d  [1]
Inclinaison (i) 90,0322+0,0022−0,0033°  [1]
Argument du périastre (ω) 318+10−22°  [1]
Caractéristiques physiques
Masse 0,333 ± 0,016  MJ  [1]
Rayon 0,7538 ± 0,0025  RJ  [1]
Masse volumique 0,964+0,047−0,046  g/cm3
Température 170 à 200  K
Découverte
Découvreurs Laurance Doyle et al.[2]
Méthode Transit
Date 15 septembre 2011
Statut
Informations supplémentaires

Kepler-16 (AB) b, plus simplement nommée Kepler-16 b de façon usuelle, est une planète circumbinaire orbitant autour d'une étoile binaire à éclipses située à environ 200 années-lumière[3] (60 pc) du Soleil dans la constellation du Cygne. Elle a été découverte à l'aide de données fournies par le télescope spatial Kepler[2]. Il s'agit d'une exoplanète ressemblant à Saturne par sa taille (trois quarts de rayon jovien) et par sa masse (un tiers de masse jovienne), vraisemblablement constituée pour moitié de gaz et pour moitié de glaces mêlées de roches[4], avec une température d'équilibre de -100 à -70 °C. Sa découverte constitue la première confirmation directe par transit de l'existence de planètes circumbinaires.

Caractéristiques du système[modifier | modifier le code]

La méthode des transits a permis de calculer avec une rare précision les paramètres des différents corps qui composent le système de Kepler-16. Ainsi, Kepler-16A est une naine orange de type spectral K d'environ 0,690 masses solaires et 0,649 rayons solaires, tandis que Kepler-16B est une naine rouge de type spectral M d'environ 0,203 masses solaires et 0,226 rayons solaires. Ces deux étoiles orbitent l'une autour de l'autre en 41 jours avec un demi-grand axe d'environ 0,224 UA, tandis que l'exoplanète Kepler-16b orbite autour du barycentre des deux étoiles A et B en 228,8 jours avec un demi-grand axe d'environ 0,705 UA. On a pu également déterminer que Kepler-16b cesserait de transiter devant Kepler-16B en 2014, et devant Kepler-16A en 2018, avant de recommencer à transiter devant ces étoiles autour de 2042.

Nom[modifier | modifier le code]

Kepler-16b est surnommée « Tatooine » en référence à la planète fictive de Luke Skywalker dans la saga Star Wars, qui possède également deux soleils.

Représentation du système Kepler-16 sous forme de gif animé
Vue d'artiste du système Kepler-16 avec Kepler-16A en jaune, Kepler-16B en orange et Kepler-16 (AB) b en violet

Habitabilité[modifier | modifier le code]

La zone habitable du système Kepler-16 s'étend d'approximativement 55 à 106 millions de kilomètres des deux étoiles. Kepler-16 b, avec une orbite d'environ 104 millions de kilomètres, réside dans la bordure externe de cette zone habitable[5].

Bien que les chances de trouver de la vie sur la géante gazeuse elle-même soient infimes, des simulations menées par des chercheurs de l'Université du Texas suggèrent qu'à un moment donné dans l'histoire du système, des perturbations par d'autres corps pourraient avoir causé la migration d'une planète tellurique depuis le centre de la zone habitable, la faisant quitter son orbite et permettant à Kepler-16 b de la capturer en tant que lune[5].

De plus, les chercheurs à l'origine de cette hypothèse ont également envisagé la possibilité d'une autre planète habitable plus éloignée, orbitant à environ 140 millions de kilomètres des deux étoiles, dans une zone habitable « étendue ». Cette seconde planète hypothétique pourrait retenir l'énergie thermique nécessaire au maintien de l'eau à l'état liquide, par le biais d'un épais mélange de gaz à effet de serre comprenant du dioxyde de carbone et du méthane[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g (en) « Star: Kepler-16 (AB) », sur Exoplanet.eu,‎ 15 septembre 2011
  2. a et b (en) Laurance R. Doyle et al., « Kepler-16: A Transiting Circumbinary Planet », Science, vol. 333, no 6049,‎ 16 septembre 2011, p. 1602-1606 (lire en ligne) DOI:10.1126/science.1210923
  3. (en) « NASA's Kepler Discovery Confirms First Planet Orbiting Two Stars », NASA,‎ 15 septembre 2011
  4. (en) ScienceNews.org « On Kepler-16b, shadows come in pairs », sur ScienceNews.org,‎ 15 septembre 2011
  5. a, b et c (en) Victoria Jaggard, « "Tatooine" Planet With Two Suns Could Host Habitable Moon? », National Geographic,‎ 9 janvier 2012 (consulté le 23 mars 2013)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :