Kenny Roberts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Roberts.

Kenny Roberts

{{{alternative}}}

Kenny Roberts en 1975

Surnom King Kenny
Date de naissance 31 décembre 1951
Lieu de naissance Modesto
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Années d'activité 1974
1978-1983
Qualité pilote de vitesse moto
Patron d'écurie de moto
Équipe Yamaha
Nombre de courses 60
Pole positions 22
Podiums 44
Victoires 24
Champion du monde 500 cm³ en 1978, 1979, 1980

Kenny Roberts, né le 31 décembre 1951 à Modesto en Californie, est un pilote de vitesse moto. Il fut le premier américain à remporter le championnat du monde de vitesse moto en catégorie 500 cm³.

Carrière sportive[modifier | modifier le code]

Kenny Roberts et Giacomo Agostini, tous deux sur MV Agusta, à Monthléry, en 2002, pour les Coupes Moto Légendes

Né à Modesto en Californie, il se fait un nom dans le monde de la moto sur les pistes américaines de « dirt racing ». Il remporte deux « AMA Grand National Championship », compétition qui se déroule sur différents type de course : mile, half-mile, short track, Tourist Trophy et piste. Il figure parmi les quatre seuls pilotes à avoir réalisé le grand chelem AMA. Durant cette carrière sur les circuits américains, ses victoires les plus prestigieuses ont lieu à Daytona 200, course qu'il remporte à trois reprises. Il est également connu aux États-Unis pour avoir remporté le Indy Mile National, course de dirt track, sur une Yamaha TZ 750 4 cylindres deux temps dont la puissance est inadaptée à ce genre de piste, Yamaha voulant ainsi combler un manque de puissance de moto XS650 face à son concurrent Harley-Davidson. Finalement Roberts devance ses deux adversaires pilotant des Harley lors du dernier tour. Après la course, Roberts déclara : « They don't pay me enough to ride that thing. » [1]

En 1978, Yamaha étant incapable de lui fournir une moto pour le AMA Championship, il rejoint les Championnats du monde de vitesse, dont la majorité des courses se déroulent sur le circuit européen, ce qui a pour conséquence qu'il est méconnu ou mésestimé sur le continent américain et un peu délaissé par les pilotes issus de celui-ci.

Malgré la méconnaissance des circuits européens, il surprend les spécialistes : dès son premier grand prix, il remporte la course en 250 cm³, catégorie dans laquelle il remporte deux victoires et termine à la quatrième place à l'issue de la saison, tout en n'ayant disputé que quatre courses. Surnommé King Kenny ou aussi le « Nain Jaune » (en raison de sa taille et de la couleur de sa combinaison), il court principalement dans la compétition reine des 500 cm³ où il remporte, au guidon de sa Yamaha jaune, quatre courses et termine champion du monde.

Les deux années suivantes, il continue sa domination dans la compétition reine en remportant deux nouveaux titres consécutifs de champion du monde, agrémenté de 5 puis trois nouvelles victoires en grand prix.

Les saisons suivantes, il termine à la troisième place puis la quatrième place du championnat du monde, remportant quatre nouveaux grand prix. La saison 1983 est l'une des saisons les plus spectaculaires de l'histoire du championnat du monde : le titre se dispute entre Roberts et Freddy Spencer, pilote Honda. Ils remportent tous deux six victoires dans un championnat composé de douze grands prix. Finalement c'est Spencer qui remporte le titre avec deux points d'avance[2].

Roberts quitte le monde du championnat du monde à l'issue de cette dernière saison sur une dernière victoire lors du grand prix de Saint-Marin.

Sécurité[modifier | modifier le code]

Kenny Roberts a été un des grands artisans de la prise de conscience des problèmes de sécurité dans le monde des grands prix. Avant son action, il arrivait que la piste soit traversée par des rails de chemin de fer. Cela traduit dans les faits par le boycott du Grand prix de Belgique en 1979. Les pilotes envisagent même de fonder leur propre compétition, World Series. Cela oblige la Fédération internationale de motocyclisme (FIM) à changer son attitude envers les pilotes: amélioration des conditions de sécurité, améliorations des primes[3] ...

Technique[modifier | modifier le code]

Kenny Roberts a introduit un nouveau style de pilotage, basé sur la glisse, à l'instar des courses sur herbe ou terre battue.

Post-carrière[modifier | modifier le code]

Après sa carrière de pilote, il entame une carrière de « team manager » : il dirige Eddie Lawson, Wayne Rainey, Luca Cadalora et remporte quatre championnats du monde en tant que team-manager, trois en 500 cm³ avec Wayne Rainey et un en 250 avec John Kocinski.

Il se lance alors dans un nouveau défi : il quitte Yamaha pour fonder sa propre écurie, Team Roberts. Il se lance dans un partenariat avec le manufacturier Malaisien Modenas. Le Français Jean-Michel Bayle participe à la mise au point de la Modenas KR-3 qui participe ensuite au championnat du monde. Le fils de Kenny Roberts, Kenny Roberts Jr pilote dans le team de son père en 1998 avant de passer ensuite chez Suzuki.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Roberts a deux fils, Kenny et Kurtis. Kenny est lui-même devenu champion du monde de 500 cm³ en 2000. Kurtis est également pilote de moto et court sur les circuits américains.

Palmarès[modifier | modifier le code]

  • Champion du monde de vitesse 500 cm³ en 1978, 1979 et 1980
  • 3e du championnat du monde 1981, 4e en 1982, 2e en 1983
  • 22 victoires en 500 cm³, 2 en 250 cm³

Résultats en grand prix[modifier | modifier le code]

Année Catégorie Team 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 Points Classement Victoire
1974 250 cm³ Yamaha GER
DNS
ITA
DNS
IOM
DNS
NED
3
BEL
DNS
SWE
DNS
FIN
DNS
CZE
DNS
YUG
DNS
ESP
DNS
10 19e 0
1978 250 cm³ Yamaha VEN
1
ESP
2
FRA
2
ITA
DNS
NED
1
BEL
DNS
SWE
DNS
FIN
DNS
GBR
DNS
GER
DNS
CZE
DNS
YUG
DNS
54 4e 2
500 cm³ Yamaha VEN
DNS
ESP
2
AUT
1
FRA
1
ITA
1
NED
2
BEL
2
SWE
7
FIN
DNF
GBR
1
GER
3
110 1er 4
1979 500 cm³ Yamaha VEN
DNS
AUT
1
GER
2
ITA
1
ESP
1
YUG
1
NED
8
BEL
DNS
SWE
4
FIN
6
GBR
1
FRA
3
113 1er 5
1980 500 cm³ Yamaha ITA
1
ESP
1
FRA
1
NED
DNF
BEL
3
FIN
2
GBR
2
GER
4
87 1er 3
1981 500 cm³ Yamaha AUT
DNF
GER
1
ITA
1
FRA
5
YUG
3
NED
DNS
BEL
2
SM
DNS
GBR
2
FIN
7
SWE
DNF
74 3e 2
1982 500 cm³ Yamaha ARG
1
AUT
3
FRA
DNS
ESP
1
ITA
4
NED
2
BEL
4
YUG
DNS
GBR
DNS
SWE
DNS
SM
DNS
GER
DNS
68 4e 2
1983 500 cm³ Yamaha SAF
2
FRA
4
ITA
DNF
GER
1
ESP
2
AUT
1
YUG
4
NED
1
BEL
1
GBR
1
SWE
2
SM
1
142 2e 6

Distinction personnelle[modifier | modifier le code]

Il a été introduit en 1998 au Temple de la renommée international Motorsports.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) The Bike That Wouldn't Die, sur le site superbikeplanet.com
  2. (en) Freddie Spencer, sur le site du AMA's Motorcycle Hall of Fame
  3. (en) 1979 Grand Prix motorcycle racing

Annexe[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]