Kenneth II d'Écosse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Kenneth II d'Écosse († 995), (gaélique : Cináed mac Máel Coluim), roi d'Écosse de 971 à 995.

Origine[modifier | modifier le code]

Kenneth II ou Cináed mac Maíl Choluim est le fils de Malcolm Ier († 954), le roi Dubh († 966) est son frère ainé. Kenneth semble avoir épousé une femme issue de la lignée des Uí Dúnlainge roi du Leinster du nord. Il devient roi après la mort de Cuilén dans un combat contre les Bretons du royaume de Strathclyde et il règne 24 ans et deux mois[1].

Règne[modifier | modifier le code]

Portait fictif de Kenneth II d'Écosse

Début de règne[modifier | modifier le code]

Kenneth doit faire face pendant plusieurs années aux prétentions au trône d' Amlaíb c'est-à-dire en vieux norrois Olafr un frère de Cuilén, reconnu comme « rí Alban » par les Chroniques d'Irlande qu'il tue en 977[2], mettant ainsi fin à deux décennies de conflits et de rivalités entre deux lignées de la famille royale; les descendants de Constantin Ier († 876), l'ancêtre de Kenneth et ceux du roi Aed († 878), à laquelle appartient Cuilén son prédécesseur[1]. Ses places fortes, à l'instar des autres monarques de sa branche de la maison de Kenneth Mac Alpin se situent principalement au nord de la Tay[3].

rí Alban[modifier | modifier le code]

Kenneth entreprend immédiatement des expéditions de pillage contre le royaume de Strathclyde, mais selon la Chronique des Rois d'Alba ses forces terrestres subissent un séreux revers à « Moin Uacoruar » lieu non identifié[4]

Il reprend également sa politique d'agression en Angleterre La Chronique des Rois d'Alba indique qu'il razzie la « Saxonia  »jusqu'à Stainmore et les « lacs de Derann » certainement deux lacs de Cumbria Derwentwater et Bassenthwaite [5] à cette occasion il capture ou obtient en otage un « fils du roi des Saxons » qu'Alex Woolf identifie comme un fils de Eadwulf Evilcild ealdorman de Bamburgh ou de Waltheof[6].

Le récit contemporain de la soumission des princes gallois au roi Edgar d'Angleterre à Chester en 973 [7], semble avoir été élaboré par Florence de Worcester de manière a y inclure également Kenneth II comme l'un des rois qui reconnaissent sa suprématie[1] en ramant dans la barque dont Edgard Ier tient symboliquement le gouvernail [8]. Ce qui est par contre certain c'est que le roi Edgar vers 975 reconnait formellement l'autorité de Kenneth II sur le Lothian qui avait été annexé sous son prédécesseur par le royaume d'Écosse après qu'Édimbourg est tombée entre les mains du roi Indulf entre 954 et 962. Il est cependant possible que le Lothian ait été temporairement occupé par les comtes de Northumbrie dans la dernière année du règne de Kenneth II en 994995[1]

Selon la saga des Orcadiens, les mormaers (chefs de clan, comtes) de Kenneth sont engagés, durant son règne, dans un conflit contre Sigurd Digri, Jarl des Orcades[9], pour la possession du Caithness[10] et d'autres districts du nord. Les Écossais n'obtiennent aucun succès durable dans cette lutte.

Relations avec l'église[modifier | modifier le code]

Kenneth II est également un bienfaiteur de l'église et il fonde le monastère de Brechin, en Angus, peut-être comme une communauté de Céli Dé: car ces Céli Dé ou Culdee le contrôlent jusqu'au début du XIIIe siècle[1]Il demeure cependant conjectural que Brechin ait été fondé pour des raisons stratégiques plus que pour des motifs religieux. Sa situation au nord de Strathmore, dans la large et fertile vallée qui s'étend du nord-est de Gowrie, au nord de Perth, aux Mearns dans le moderne Kincardineshire, est sans doute dans un territoire contesté[1]

Fin de règne et mort[modifier | modifier le code]

Kenneth II entre dans un conflit dans le Strathmore qui sera la cause de sa mort[1]. Il est reputé avoir tué à Dunsinane en Gowrie, le fils unique de Finguala ou Finella, la fille de Conchobar ou Conchar, comte d'Angus. Par vengeance, Finguala organise le meurtre de Kenneth II[11] en 995[12] à Fettercairn dans les Mearns l'acuel Aberdeenshire pas très loin de Fetteresso où avait été tué son propre père Malcolm Ier ce qui permet de penser que l'aristocratie locale était favorable au parti d'Indulf[13].

Selon Jean de Fordun[14], cette conspiration aurait été ourdie, en fait, par le futur Constantin III d'Écosse, fils de Cuilén, petit-fils d'Indulf et Giric le petit-fils de Dubh[15]

Union et postérité[modifier | modifier le code]

De son épouse irlandaise[16], peut-être issue de la dynastie des Uí Dúnlainge de Leinster. Kenneth laisse au moins un fils Malcolm II, roi des Scots de 1005 à 1034[1]

Contrairement à l'hypothèse de Alfred P. Smyth; selon Dauvit Broun[1], Boite mac Cinaeda serait probablement un autre fils de Kenneth II plus qu'un fils de Kenneth III[17], mais sans doute né d'une autre mère.

Alex Woolf évoque aussi les deux possibilités mais il estime que le « scenario » qui fait de Gruoch la petite-fille de Cináed mac Duibh lui semble préférable[18]. En tout état de cause Boite à un petit-fils anonyme qui est tué par Malcolm II en 1033[19] et également une fille, Gruoch, qui épouse successivement, Gillacomgain mac Maelbrigte, roi de Moray († 1032), et Macbeth, roi de Moray et roi des Scots († 1057).

Kenneth II est peut-être également le père du « Dunghal mac Cinaedh » dont la mort est relevée en 998 par les Annales des quatre maîtres.

Dunghal mac Cinaedh [mac Mael Coluim ?] est tué par Gillacoimghim mac Cinaedh [mac Duhh ?][20].


Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) Dauvit Broun « Kenneth II [Cináed mac Maíl Choluim] (d. 995) », Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, 2004.
  2. Annales d'Ulster AU: 977.4
  3. La Tay est la plus longue rivière d'Écosse, elle prend sa source dans le sud des Highlands et se jette en Mer du Nord.
  4. (en) Marjorie Ogilvie Anderson Kings and Kingship in Early Scotland 3e réédition par John Donald Birlinn Ltd, Edinburgh (2011) (ISBN 9781906566302) p. 252
  5. (en)Alex Woolf From Pictland to Alba 789~1070 The New Edinburgh History of Scotland. Edinburgh University Press, Edinburgh (2007) (ISBN 978-0-7486-1234-5) op.cit p. 210
  6. (en) Alex Wollf op.cit p. 211
  7. Six seulement selon la Chronique anglo-saxonne AS 972 qui ne cite pas leurs noms
  8. The Chronicle of Florence de Worcester: AD 973 p. 104-105
  9. Les îles Orcades se situent tout au nord de l'Écosse. Voir Orcades.
  10. Le Caithness est une région située tout au nord de la Grande-Bretagne
  11. Nomina Regum Scotorum
  12. Annales d'Ulster AU: 995.1
  13. (en) Alex Woolf op.cit p. 212
  14. Chronicle Of the Scottish Nation, livre IV p. 165.
  15. (en) Anne Williams, Alfred P. Smyth, D.P.Kirby A biographical dictionnary of Dark Age Britain, Seaby Londres 1991 (ISBN 1852640472) p. 166
  16. Selon la Prophétie de Berchán
  17. (en) Alfred P. Smyth Warlords and holy men : Scotland AD 80-1000, Édimbourg, Edward Arnold (Publishers) Ltd, 1984, (ISBN 0-7131-6305-4) p.  221
  18. (en) Alex Woolf op.cit p. 247
  19. Annales d'Ulster AU 1033.7
  20. Annales des quatre maîtres M 998.14

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) Alex Woolf From Pictland to Alba 789~1070 The New Edinburgh History of Scotland. Edinburgh University Press, Edinburgh (2007) (ISBN 978-0-7486-1234-5)
  • (en) Alfred P. Smyth Warlords and Holy Men. Scotland AD 80~1000 Edinburgh University Press (1984) (ISBN 0748601007) p. 224-8 & 232-3.
  • (en) Alan Orr Anderson Early Sources of Scottish History: AD 500–1286, 2 Vols, (Edinburgh, 1922), republished, Marjorie Anderson (ed.) (Stamford, 1990), vol 1 p. 511-516.
  • (en) Dauvit Broun « Kenneth II [Cináed mac Maíl Choluim] (d. 995) », Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, 2004.
  • (en) Marjorie Ogilvie Anderson Kings and Kingship in Early Scotland 3e réédition par John Donald Birlinn Ltd, Edinburgh (2011) (ISBN 9781906566302)