Kazem Shariatmadari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mohammad Kazem Shariatmadari

Ayatollah Mohammad Kazem Shariatmadari (19051986) (en persan : محمد کاظم شريعتمداري) était un des religieux de plus haut rang en Iran et en Irak. Après la mort du Grand Ayatollah Borujerdi en 1962, il est devenu marja-e taqlid, avec des disciples en Iran, au Pakistan, en Inde, au liban, au Koweït et dans les états du sud du golfe Persique. Il a reconnu l'Ayatollah Khomeini en 1963 et a été un des personnages clés de la révolution iranienne. Pendant la période du gouvernement provisoire, il mène une des factions politiques qui est contre Khomeini et fonde le parti républicain du peuple islamique en 1979. Il a aussi dirigé le Centre d'études et de publications islamiques de Qom et a été l'administrateur de la madreseh Fatemeh à Qom.

En avril 1982, Sadegh Ghotbzadeh est arrêté sur les charges de complot avec des officiers militaires et des religieux pour perpétrer un attentat à la maison de Khomeini et renverser l'état. Ghotbzadeh nie les intentions d'attentat et déclare qu'il voulait changer le gouvernement, et ne pas renverser la république islamique. Il a aussi impliqué Ayatollah Shariatmadari, dont il disait qu'il était informé du plan et qui avait promis des fonds si le plan réussissait. Le beau-fils de Shariatmadari, qui avait servi d'intermédiaire entre Shariatmadari et Ghotbzadeh, est puni de prison, et une campagne de diffamation est mise en place pour discréditer Shariatmadari. Grâce à sa condition de mujtahid, il n'est pas exécuté, mais son parti est démantelé, son centre des études et publication islamiques fermé et il est resté assigné à domicile jusqu'à sa mort en 1985.

Sources[modifier | modifier le code]