Kawanishi N1K1-J

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pix.gif Kawanishi N1K2-J Shiden-KAI Su-27 silhouette.svg
Kawanishi N1K Shiden.jpg Vue de l'avion

Constructeur Drapeau : Japon Kawanishi
Rôle Avion de chasse
Premier vol
Mise en service Début 1944
Nombre construits 1 435
Équipage
1 pilote
Motorisation
Moteur 1 Nakajima NK9H Homare 21
Nombre 1
Type 18 cylindres en double étoile
Puissance unitaire 1 990 ch
Dimensions
Envergure 12,00 m
Longueur 8,90 m
Hauteur 4,10 m
Surface alaire 23,50 m2
Masses
À vide 2 900 kg
Maximale 3 900 kg
Performances
Vitesse maximale (à 5 600 m) 595 km/h (Mach 0,49)
Plafond 12 500 m
Vitesse ascensionnelle 766 m/min
Rayon d'action 2395 km
Armement
Interne 4 canons de 20 mm
Externe charge de bombes de 500 kg

Le Kawanishi N1K1-J est un avion de chasse de la marine japonaise de la Seconde Guerre mondiale. C'était un dérivé d'un hydravion de combat, le N1K1 Kyofu.

Conception[modifier | modifier le code]

N1K1-J Shiden[modifier | modifier le code]

Le Kawanishi Shiden (紫電) fut l'un des meilleurs chasseurs terrestres utilisés par la marine impériale japonaise à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Extrapolé de l'hydravion de chasse N1K1 Kyofu (code allié Rex), qui vola pour la première fois en août 1942, le N1K1-J, pourvu d'un train d'atterrissage à roues, fut développé à la fin de la même année et prit l'air le 27 décembre 1942. Ce projet industriel n'était pas une commande de la marine mais un développement privé de l'avionneur Kawanishi, aussi ne reçut-il pas dans un premier temps l'accueil qu'il méritait. Écarté au profit du Mitsubishi J2M Raiden, il fut finalement accepté comme principal avion de chasse basé à terre par la marine quand le chasseur concurrent connut d'importants retards de production.

L'appareil, surnommé George par les Alliés, entra en service au début de 1944 et sa production s'éleva à 1 007 exemplaires de trois versions différentes par leur armement.

Le N1K1-J donna rapidement satisfaction car son armement et son blindage étaient en net progrès par rapport au Mitsubishi Zero. La maniabilité était cependant très bonne du fait de l'utilisation de volets de combat à commande automatique. Cependant, l'avion souffrait de problèmes importants au niveau du train d'atterrissage entre autres. Le train très long du fait des ailes médianes et de la très grande hélice obligeaient la mise en place d'un système complexe de rétraction. De nombreux avions furent détruits à l'atterrissage du fait de la rupture des jambes.

Il n'en demeure pas moins que le Shiden, dans les mains de pilotes expérimentés (denrée rare en 1944) était un adversaire tout à fait à la hauteur des F6F5 de la marine américaine.

N1K2-J Shiden KAI[modifier | modifier le code]

Le succès du N1K1-J motiva le développement d'une version améliorée, le N1K2-J ou Shiden KAI : 紫電改. KAI étant l'abréviation de kaizo : 改 signifiant « modifié » en japonais. Pour résoudre le problème de longueur excessive du train, l'aile fut déplacée vers le bas, ce changement imposant la révision complète du fuselage. Le nombre de ses éléments avait été réduit d'un tiers pour gagner 225 kg.

Les performances du nouvel avion étaient en net progrès. Le N1K2-J fut construit à seulement 428 exemplaires dans le chaos final de la guerre. Le Shiden Kai équipa le célèbre 343 kōkūtai, l'escadre des as japonais créée avec les meilleurs vétérans à la manière de la JV44 allemande. Quand ces hommes avaient assez d'avions et de carburant, ils étaient un rude choc pour les aviateurs américains qui croyaient toute opposition balayée.

Variantes[modifier | modifier le code]

  • N1K1-J  : prototypes à moteur Nakajima NK9B Homare 11 de 1 820 ch, 2 mitrailleuses type 98 de 7,7 mm de capot et 2 canons Type 99 de 20 mm en gondoles sous les ailes.
  • N1K1-J  : modèle 11, moteur NK9H Homare 21 de 1 990 ch. Armement supplémentaire : 2 canons type 99 d'ailes.
  • N1K1-Ja : 4 canons Type 99, tous dans les ailes (suppression des gondoles et des mitrailleuses de capot).
  • N1K2-J  : modèle 21, ailes basse, armement du N1K1-Ja.
  • N1K2-K  : version biplace d'entraînement du N1K2-J.
  • N1K2-Ja : évolutions mineures, dérive modifiée, rails pour bombes.
  • N1K3-J  : projet, modèle 31, projet, fuselage rallongé pour améliorer le centrage, deux mitrailleuses de capot de 13,2 mm.
  • N1K3-A  : projet, modèle 41, version navalisée du modèle 31.
  • N1K4-J  : projet, modèle 32, moteur amélioré : NK9H-S Homare 23 (injection basse pression).
  • N1K4-A  : projet, modèle 42, c'est un modèle 32 navalisé.
  • N1K5-J  : projet, modèle 43, modèle 41 avec moteur Mitsubishi MK9A de 2 200 ch.

Lien externe[modifier | modifier le code]