Katharina von Bora

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Katharina von Bora, (Catherine de Bore), née le 29 janvier 1499 à Lippendorf, décédée le 20 décembre 1552 à Torgau, fut l'épouse de Martin Luther.

Portrait de Catherine, épouse de Martin Luther, par Lucas Cranach l'Ancien, 1526

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Issue d'une famille de la petite noblesse de Saxe, dès l’âge de cinq ans, Katharina est placée par ses parents dans un couvent de bénédictines. Pour ses parents appauvris, ce placement semble la seule chance d’une éventuelle ascension sociale. Dans cet univers peu familier, Katharina retrouve d’autres fillettes qui, comme elle, sont soumises à la règle bénédictine. Il faut se lever tôt pour participer aux offices et à la vie austère du couvent. En 1508, à la mort de son épouse, Hans von Bora confie sa fille à l’abbaye cistercienne de Nimbschen, au sud de Grimma. Sous la direction de sa tante et abbesse Margaretha von Haubitz, Katharina y apprend à lire et à écrire. Quelques notions de latin lui permettent de parfaire sa formation et en 1515, elle prononce ses vœux de nonne.

Une fuite mémorable[modifier | modifier le code]

En 1521, Martin Luther[1] avait publié le De votis monasticis, déclarant que rien dans les écritures ne justifiait l'existence du monachisme et que les vœux prononcés par les religieux n'avaient aucune valeur. À Pâques 1523, grâce à un voiturier qui vient livrer du poisson à l’abbaye, Katharina et onze de ses consœurs peuvent se dissimuler dans des caques de poisson et franchir en cachette les portes de l’abbaye. Des complices extérieurs attendent les évadées et leur permettent de trouver des refuges. À Wittenberg, Katharina est hébergée par Barbara Brengebier, épouse du peintre Lucas Cranach l'Ancien depuis 1512. Chez ce dernier qui s’était lié d’amitié avec Philippe Melanchthon et Martin Luther, Katharina va rencontrer son futur époux.

Mariage avec Martin Luther[modifier | modifier le code]

Le 13 juin 1525, Katharina et Martin fêtent leurs fiançailles et deux semaines plus tard leur mariage en présence des témoins Barbara et Lucas Cranach. Johann Friederich von Wittenberg, le prince électeur (Kurfurst) de Saxe, met à la disposition du jeune couple le monastère augustin désaffecté de Wittenberg. Katharina qui n’a rien perdu de son dynamisme et de ses acquis de nonne cistercienne y pratique la pisciculture, l’apiculture, le travail de la terre, l’élevage de volailles, le brassage de la bière … l’entretien et la réfection des bâtiments, l’hébergement des étudiants de son époux qui, quant à lui, gagne sa vie en enseignant et en prêchant.

Elle aura six enfants, trois fils et trois filles :

D'autres enfants, des nièces et neveux de familles alliées, agrandiront encore le cercle familial et Katharina aura fort à faire pour nourrir, vêtir et éduquer les enfants.

Après la mort de Martin Luther[modifier | modifier le code]

Malade mais soigné avec beaucoup de dévouement, Martin Luther meurt en février 1546. Dès lors, Katharina se trouve dans une situation précaire et doit même se battre contre la justice et le droit local de Saxe qui veulent l'obliger à se retirer dans un hospice pour veuves avec comme seul héritage une chaise et une robe. En cette même année 1546, la Guerre de Ligue de Smalkade l’oblige à fuir pour rejoindre Magdebourg. De retour à Wittenberg, elle doit fuir une seconde fois en 1547 vers Brunswick puis revient au mois de juillet de la même année pour retrouver ses bâtiments délabrés et les terrains en friche. Katharina s’y réinstalle pourtant jusqu'en 1552 lorsqu'une épidémie de peste et la crise économique la font fuir pour rejoindre Torgau. Aux portes de la ville, à la suite d'un incident, les chevaux s’effarouchent et Katharina tombe de la voiture. Relevée avec une fracture du bassin et de nombreuses autres blessures, Katharina décède quelques jours avant Noël le 20 décembre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Annick Sibué, Luther et la Réforme protestante, Paris, Eyrolles, 2011, pages 155-156

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Cet article est partiellement basé sur Katharina von Bora du site Wikipedia en allemand.